Hommage

Fernando d’Amico (ex-LOSC) : « Je suis catholique, mais le Dieu c’était Maradona »

26/11/2020 à 18:22

Milieu de terrain, Argentin et catholique comme Maradona, Fernando d'Amico, l'ancien lillois aujourd'hui installé en Espagne, raconte les souvenirs de son Diego.

De Buenos Aires à Lille, en passant par l’Espagne, la disparition de Diego Maradona a ému des millions – si ce n’est des milliards – d’amoureux du football. Au sein de notre championnat français, de nombreux acteurs, parmi lesquels joueurs et entraîneurs, ont tenu à lui rendre hommage. Pour certains, le choc était terrible. Fernando d’Amico, ancien joueur argentin ayant évolué sous les couleurs de Lille (1999-2003), n’a pas hésité à oser la comparaison. « Je suis catholique, mais le Dieu c’était lui, s’est-il emporté dans un entretien à La Voix du Nord. Le plus important footballeur de l’histoire, le meilleur. C’était un génie comme Mozart à la musique ou Picasso à la peinture. Sa mort, si jeune, va le mettre un peu plus dans l’éternité. » 

Une rencontre, pour l’éternité

Footballeur, Argentin, catholique… D’Amico cumulait de nombreux points communs avec « El Pibe de Oro ». Cela ne l’empêchait pas pour autant de l’élever au rang d’idole. Alors, lorsqu’il l’a rencontré, en personne, en 2006, le temps semble s’être suspendu. C’était lors d’un match avec d’anciens internationaux, en Andalousie. Il raconte : « J’ai été reçu à son hôtel. On devait passer trois ou quatre contrôles pour arriver jusqu’à lui. Quand j’arrive, il est dans son lit, il me tend à boire et un cadeau : le maillot de la sélection de 1986. La fenêtre était ouverte, le soleil passait. J’ai presque senti la présence de Dieu ce jour-là. »

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟