Réclamation

FFF : les fortes revendications d’un millier de clubs amateurs !

03/04/2020 à 10:50

Il y a quelques jours, le président de l'AS Saint-Priest annonçait son intention d'adresser un courrier au président de la FFF, Noel Le Graet, pour échanger au sujet de la crise préoccupante subie de plein fouet par les clubs. Après avoir appelé les structures amateurs et professionnelles à le rejoindre, le dirigeant rhodanien a reçu les soutiens de plus d'un millier de clubs. Ce dernier a rendu publique ce matin la lettre co-signée par le président de AFFA (Association Française du Football Amateur) puis envoyée aux hautes sphères des instances fédérales.

Dialoguer avant de décider

Le message est clair. Patrick Gonzalez (président de l’AS Saint-Priest, Rhône) et Eric Thomas (président de l’AFFA), désormais soutenus par un millier de clubs revendiquent leur droit de participation quant à la prise des futures décisions. « Dans le monde du football, les dirigeants bénévoles des clubs de football amateurs doivent enfin pouvoir s’exprimer, être écoutés, être entendus sur leurs besoins et leurs attentes prioritaires. Merci à ceux qui ont déjà engagé des mesures d’urgences pour nos structures, mais la plupart des responsables de la FFF, des ligues, des districts ne doivent plus prendre des décisions qui nous concernent tous, sans prendre le temps du dialogue et de la concertation » exposent-ils dans le courrier adressé ce matin.

« Une situation grave mais pas désespérée »

Pour les rédacteurs du courrier, il faut opérer dès maintenant de profonds remaniements et ce de manière collective sous peine que la crise sanitaire devienne une catastrophe en tout point de vue. « Cette période inédite de confinement doit nous amener à réfléchir profondément sur nos choix de société. C’est un moment propice aux remises en cause. Comme pour beaucoup d’entreprises et d’associations les conséquences économiques vont être très importantes et nos clubs vont se trouver encore davantage en difficulté. La situation est grave, mais pas désespérée si on veut bien, pour une fois, « jouer collectif ». Car cette crise sanitaire peut vite se transformer en catastrophe économique, sociale… voire démocratique ».

Six revendications fortes formulées « pour construire le football de demain »

  • Annulation pure et simple du premier prélèvement automatique sur les licences, pour tous les clubs amateurs.
  • Consultation de tous les clubs sur les décisions à prendre concernant les championnats en cours, pour garantir au mieux l’équité sportive.
  • Mise en œuvre d’un fonds de secours et d’urgence en faveur du football amateur. Réclamé depuis de nombreuses années, ce fonds doit être doté d’au moins 300 millions d’euros, compte-tenu des circonstances exceptionnelles et des conséquences du Covid-19.

Dès le 22 mars, la Fédération Française de Rugby annonçait 35 millions d’euros d’aide exceptionnelle pour ses 1 900 clubs, ainsi que la mise en place d’un train de « mesures d’exception » destinées à faciliter la vie des clubs. La FFF compte 15 000 clubs amateurs.

  • Report d’un an de toutes les élections (districts, ligues, FFF) prévues en 2020.
  • Création d’une vraie Ligue du Football Amateur (alter ego de la LFP) disposant d’un budget autonome et rendant compte de ses actions.
  • Organisation, dès que possible, dans toutes les ligues, des « Etats généraux du football », associant tous les acteurs du football français pour débattre des grands sujets : gouvernance, financements, vie des clubs, compétitions, arbitrage, formation, valorisation du bénévolat, rôle social et citoyen du football…

Lire la lettre dans son intégralité…

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟