Covid-19Finances

Foot amateur : la saison blanche se profile, des clubs refusent de payer leurs cotisations

07/03/2021 à 13:42

Après le probable arrêt des championnats, plusieurs clubs amateurs ont pris la décision de ne pas payer la dernière part de leurs cotisations à leur Ligue. Plus d'informations.

La fronde a commencé en Alsace. Fin janvier, tous les clubs ont reçu un courrier de la Ligue du Grand Est (LGEF) les invitant à honorer leurs frais pour la saison en cours avant le 31 mars prochain. Une requête qui n’a pas du tout plu aux présidents de clubs qui se sont mobilisés pour réclamer une baisse drastique des sommes demandées, voire purement et simplement l’annulation de celles-ci nous informait lalsace.fr. Une pétition avait alors été envoyée à l’instance régionale.

Le mouvement s’étend à l’Ile-de-France

Aujourd’hui, c’est en région parisienne que le mouvement a pris le relais ! Il faut dire que la décision de ne finalement pas relancer le N2 et les propos de Noël Le Graët, ont bien allumé le feu. En effet, le président de la FFF a fait comprendre cette semaine qu’il y avait que très peu de chance que les championnats amateurs reprennent cette saison. Selon Le Parisien, plusieurs clubs ont alors décidé de ne pas verser la dernière part de leurs cotisations à leur Ligue au titre du 2e acompte des licences pour la saison 2020-2021, tout comme leurs homologues du Grand Est.

C’est Philippe Calvé, président du FC Parisis, qui a lancé la révolte. « J’ai trouvé hallucinant que la Ligue me demande d’envoyer un virement de 4 469 euros alors qu’on a disputé que 2 mois de compétition en septembre et octobre. J’ai perdu 14 % de licenciés cette saison (720 contre 838 la saison précédente) tandis que des clubs voisins ont, eux, perdu jusqu’à 25 % de leur effectif. Cette baisse va s’accentuer l’an prochain et cela va avoir un impact sur les championnats car si on n’aligne pas une formation dans les catégories U14, U16 et U18, l’équipe fanion est automatiquement reléguée » s’est justifié le patron du club val-d’oisien pour Le Parisien.

Les instances absentes ?

Il y aurait 32 clubs réfractaires en région parisienne selon la Ligue, plus d’une centaine selon les meneurs du mouvement. La Ligue de Paris-Ile-de-France, elle, a réagi à ce mouvement qu’elle semble ne pas comprendre. « Pour moi c’est surprenant et déplacé de ne pas vouloir verser ce 2e acompte. Monsieur Calvé a demandé une aide de 10 000 euros à la Ligue pour l’achat d’un minibus et on a aidé son club à hauteur de 500 euros pour son match de Coupe de France. Ce président met en difficulté la gestion de la Ligue et ses licenciés ne sont pas assurés » a communiqué Jamel Sandjak, le président de la Ligue de Paris Ile-de-France.

Dans le Sud Est, après consultation de ses clubs, le District de Provence a pris lui même l’initiative de lancer le débat sur les frais engagés par les clubs, comme les licences, engagements et cotisations en cas de saison blanche. L’instance départementale a même, selon nos informations, formulé une demande d’informations, restée sans réponse à ce jour, auprès des Présidents de la F.F.F. et de la L.F.A indiquant que certaines associations réclamaient une aide financière.

Le débat est bien lancé. Et il pourrait encore prendre de l’ampleur dans les prochains jours si la Fédération annonçait officiellement l’arrêt de ces championnats amateurs et la saison blanche. Affaire à suivre…

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟