Mediapro

Jaume Roures : « Mediapro c’est pas trois gars et une fille dans une pièce »

21/10/2020 à 11:40

Jaume Roures donnait une conférence de presse ce matin à Paris pour évoquer la situation de sa société. Le patron de Mediapro a assuré vouloir rester engagé sur la durée mais souhaite trouver une conciliation pour redéfinir les termes du contrat de l'exercice 2020/2021.

Arrivé en retard devant les médias ce matin, Roures a confirmé son intention de mener à bien son projet et délivré quelques messages intéressants. « Nous avons gagné un appel d’offres il y a deux ans. Il n’était pas surpayé, en comparaison avec les autres ligues européennes. Pour 80% de la Ligue 1 et 780 millions, c’était un prix correct. Les associés chinois sont entrés par la suite dans notre capital. Notre projet était pour quatre ans. Nous le maintenons. On savait qu’il ne serait pas rentable dès la première année. On savait qu’on aurait pas des millions d’abonnés dès le premier jour. On se tient à ce projet » a-t-il déclaré, avant de révéler le nombre de 600 000 abonnés à Téléfoot à ce jour.

Mediapro souhaite une procédure de conciliation

Comme évoqué, le boss de Mediapro souhaite obtenir une ristourne sur les montants dus pour la saison actuelle, se justifiant par les effets néfastes de la crise sanitaire sur le football professionnel français. « Personne ne pouvait prévoir les effets socio-économiques du Covid. Cela nous a amenés à voir avec la Ligue comment nous adapter à cette situation, sans remettre en cause l’engagement d’avril 2018. Tout le bruit fait ne bénéficie pas à la Ligue ni à nous. Cela nous met davantage en difficulté les uns et les autres. Pour avoir des abonnés, c’est pire. Nous avons confiance dans la procédure de conciliation. Pendant les plusieurs semaines que cela va prendre, nous avons le temps de trouver des solutions raisonnables. » Trouver un accord avec Canal+ a par ailleurs été tenté par le groupe audiovisuel, sans succès pour le moment.

« Nous existons depuis 25 ans »

Enfin, le producteur espagnol a montré les crocs au moment d’évoquer la capacité financière de son groupe, qui subit des critiques depuis plusieurs semaines sur sa réelle puissance économique. « Notre accord avec RMC ne coûte pas 175 millions comme je l’ai lu. Nous n’avons pas que 100 000 abonnés comme je l’ai entendu aussi. J’ai encore entendu que l’accord avec TF1 était millionnaire. Tous ces chiffres consistent à nous décrire comme très faibles et incapables de tenir nos engagements. Mediapro, c’est pas trois gars et une fille dans une pièce. Nous existons depuis 25 ans. Nous sommes présents dans plus de trente pays dans le monde. Un chiffre d’affaires de plusieurs milliards. Nous ne sommes pas n’importe qui. » Encore faut-t-il le prouver…