National 2 (B)ITW

Jean-Guy Wallemme (Chartres) : « J’estime que l’on peut jouer tous les trois jours »

02/04/2020 à 15:15

Le coach de l'équipe National 2 du C' Chartres Football, Jean-Guy Wallemme, nous partage son regard sur la crise sanitaire actuelle et la suspension des championnats.

Quelle organisation avez-vous mis en place face à la crise sanitaire ?

La première chose était de répondre aux instructions du gouvernement. Donner un programme chaque semaine aux joueurs en fonction de l’évolution. Comme il y a 15 jours de plus, ce que l’on appréhendait, on s’adapte… Nous sommes dépendants des directives données.

Pas évident de s’adapter à ce nouveau rythme de travail ?

Non, nous sommes obligés d’être confinés, de donner des perspectives aux joueurs sans projections très précises car on n’a pas de date de reprise. On demande aux joueurs de garder la forme physique et le moral. L’inactivité est un peu l’ennemi du sportif donc il faut être prêt s’il y a une reprise bientôt.

Que préconisez-vous comme issue pour les championnats ?

Je n’ai aucune idée, aujourd’hui on entend tout et son contraire ! Les différentes fédérations sportives, footballistiques ou non, prennent des décisions. L’Allemagne estime peut-être qu’il faut repartir. Selon les scientifiques et les politiques, l’urgence est de donner la priorité à la santé, mais aussi à l’économie. Les décisions ne seront pas prises en fonction de cela, mais il est clair que si ça dure plus d’un mois ça va être compliqué. Le problème des joueurs en fin de contrat en juin se pose aussi. Les gens attendent que la courbe de la mortalité baisse un peu, ce qui a l’air d’être le cas, pour prendre des décisions.

Que pensez-vous de la formule avec une saison sans descente, combinée à la montée du leader à la trêve et du leader actuel (voir notre enquête) ?

Je vais parler pour ma paroisse… Nous sommes actuellement deuxièmes (du groupe B de National 2, NDLR). On a été battus en championnat l’année dernière sur la fin (Chartres avait terminé à deux points de la montée en 2018-2019), ça serait donc vraiment une grosse déception pour nous. Et cette saison, on a été premier assez longtemps, mais nous sommes aujourd’hui deuxièmes derrière Saint-Brieuc. Cette formule ne va pas nous satisfaire, mais dans ce cas-là chacun pense à soi, voit midi à sa porte. Ceux qui sont les derniers espèrent ne pas descendre avec une saison blanche. Moi, j’estime qu’il y a neuf matches encore en jeu. Ça ne reflète pas le classement, mais nous avons battu Rouen (3e) et Saint-Brieuc (1er), on pourrait dire que l’on mérite aussi de monter. Je ne sais pas ce qui va se décider, mais avec cette formule ça serait une grosse déception. En tant que sportifs, on aimerait aller au bout de ce championnat pour démontrer que celui qui montrera, et ceux qui descendront, l’auront mérité ou non.

Pensez-vous qu’en National 2 on puisse jouer en juin-juillet ?

Avec les neuf matches restant, j’estime que l’on peut jouer tous les trois jours, même si dans le monde amateur certains joueurs travaillent. Je pense que ça peut se faire en un mois. Il y a eu des propositions pour finir jusqu’en juillet, sans avoir une grosse trêve estivale ou hivernale. C’est possible, mais il ne faut pas que le confinement dure trop longtemps…

D’après-vous, la crise actuelle aura-t-elle de lourdes conséquences économiques sur le foot amateur ?

Oui, dans le football dans son ensemble, mais forcément en amateur. Je pense que les subventions des communes et des sponsors vont être diminuées. Ces derniers ne donneront pas la priorité au football et se tourneront plus vers l’économie traditionnelle. Il y aura des dégâts sur certains clubs, c’est sûr.

Comment occupez-vous vos journées ?

Je regarde les matches de la saison, je range mes séances… On s’occupe comme tout le monde, avec la télévision aussi et on sort dès que l’on peut pour s’aérer.

Votre avenir à Chartres dépend-il de la fin de saison ?

Mon avenir dépend de beaucoup de choses… Déjà, de la situation actuelle, comment va se finir la saison ou pas. Moi, je suis en fin de contrat au mois de juin, comme pas mal de monde dans le football… Il y a des contraintes, il n’y a pas de CDI… Si le championnat se termine, on aura la possibilité de jouer les matches et éventuellement de jouer la montée. Et, si on monte, j’ai une année supplémentaire dans mon contrat. Après, si le championnat ne reprend pas est-ce que Chartres aura un projet pour monter ou non ? Est-ce que d’autres clubs chercheront un coach ? Je pense que ça va être très difficile à tous les niveaux !

Propos recueillis par Farid Rouas.

Crédit Photo : C' Chartres Football

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟