PortraitJeunes

Kamal Bafounta, la jeune pépite nantaise à l’assaut du monde professionnel

25/04/2018 à 17:28

Everton et Dortmund. Ce sont des noms de clubs avec une histoire dans l'Europe du football et qui ne surprennent personne. Ce sont aussi des clubs qui souhaitent enrôler dès le prochain mercato la jeune pépite nantaise Kamal Bafounta. Seulement âgé de 16 ans, le jeune joueur a commencé le football à Vénissieux avant de rejoindre St-Priest puis l'Olympique Lyonnais. De 2013 à 2017 il est parti au FC Lyon avant de rejoindre les Canaris l'été dernier. Fils de l'ancien boxeur professionnel Aimé, est-il capable de suivre ses traces dans le monde du ballon rond ? Eléments de réponse avec ce portrait réalisé autour d'éducateurs et proches qui l'ont côtoyé et le suivent encore.

La France du football ne le connaît pas encore, mais à n’en pas douter c’est un talent à polir qui évolue au sein de l’école nantaise. Kamal Bafounta amène du monde lors des matchs des U17 Nationaux du FC Nantes cette saison. De nombreux recruteurs de grands clubs étrangers viennent assister aux performances du milieu de terrain au profil atypique ( 1m93, 84kg). C’est ce profil qui lui a valu d’être toujours surclassé et au-dessus de la moyenne lorsqu’il était plus petit. Jean Marc Audemar, éducateur qui l’a eu en charge à St Priest en 2011 explique que par « sa taille et ses deux têtes de plus que les autres, il évoluait un niveau au-dessus. En plus de ça il était très rapide avec une qualité d’accélération impressionnante et de grandes capacités d’organisateur au milieu de terrain. Il ne rechigne jamais au travail, il veut progresser constamment. A l’époque il demandait déjà ce qu’il devait faire pour continuer à progresser.. » L’entraîneur réunionnais se souvient encore de la capacité de Kamal à faire basculer un match à lui tout seul : « Face à Bourgoin équipe invaincue toute la saison, Kamal a récupéré le ballon, dribblé deux joueurs et envoyé une frappe lucarne opposée dès la 5ème minute de jeu. A lui tout seul il a éteint l’équipe adverse et depuis je l’appelle le Bazooka »

Cette réussite qui l’entoure, qu’il est en train de provoquer, Kamal la doit beaucoup à son acharnement dans le travail à toujours vouloir répéter ses gammes pour être meilleur chaque jour, mais pas que ! Tous ses éducateurs sont unanimes, il est très bien entouré par ses proches et notamment son père qui sait le canaliser et fait en sorte qu’il prenne les bonnes décisions. Aimé, son père et ancien boxeur professionnel a confié dès le plus jeune âge son fils à son entraîneur de boxe Fayçal Omrani qui a emmené des athlètes jusqu’aux Jeux Olympiques. Il lui a appris à être agressif et combattif tout en restant humble. Pour ce dernier qui a avant tout vu le fils d’un ami naître, « Kamal aurait même pu percer dans la boxe. C’est un gagnant qui ne lâche jamais rien, et si il échoue il recommencera. Il sait très bien que c’est dur de devenir un champion, et encore plus de le rester. C’est un garçon très mature et qui fait bien plus que son âge mentalement. »

« Il a ce profil à la Pogba avec plus de simplicité et moins de fantaisie »

Ce jeune joueur arrivé à Nantes l’été 2017 dernier compte 6 sélections en équipe de France U16. C’est un personnage très timide et réservé qui n’a pas une forte personnalité. Sa personnalité il la forge dans le travail et dans l’envie de réussir, tout le reste l’importe peu. Pour Fred Prat qui l’a accueilli au FC Lyon, « le fait de ne pas l’avoir pris dans le groupe un jour de finale de coupe nationale, l’a peut-être servi pour lui faire comprendre que ça ne viendrait pas tout seul. C’était une réelle déception pour lui. » Ce dernier est aussi recruteur du côté de l’Olympique Lyonnais, club où il a évolué pendant la saison 2012/2013. Pour lui, une éventuelle réussite ne va pas dépendre que du joueur : « La cellule familiale a un rôle, il faut des personnes autour de lui pour le protéger de cet environnement qui est souvent négatif pour l’évolution des jeunes. Il a les atouts pour faire carrière, si il est à Nantes et qu’il est courtisé par des grands clubs européens, ce n’est pas pour rien. C’est qu’il mérite de continuer dans cette voix-là. »

 Kamal Bafounta est pris en charge personnellement par Abdelkader Belarbi, ancien entraîneur des U16 de l’OL qui a vu passé la génération des Benzema et consorts. Il l’aide à améliorer sa technique individuelle en mettant l’accent sur ses points faibles, où le jeune milieu de terrain s’avère être un peu plus friable. Pour ce coach individuel, pas de doute : « Kamal a des qualités techniques supérieures à des garçons de son profil. Mais il doit encore progresser dans sa projection vers l’avant, même si il y a du mieux et qu’il commence à marquer des buts. Il est très complet, il a ce profil à la Pogba avec plus de simplicité et moins de fantaisie. Des joueurs comme lui, il n’y en a pas des millions et ça ne m’étonne pas que des clubs comme Everton et Dortmund soient intéressés. » A ce propos, selon l’Equipe Dortmund tiendrait la corde, puisque la famille du joueur aurait visité les installations allemandes le week-end dernier. Encore un jeune talent français qui risque d’éclore aux yeux des observateurs à l’étranger…

                                                       Adrien Santucci