InfoCovid-19

Covid-19 : la Coupe de France se disputera même en cas de confinement

26/01/2021 à 15:45

Alors qu'un risque de troisième confinement a été évoqué ces derniers jours, il ne semble toutefois pas encore d'actualité. La FFF a également anticipé ce risque dû à l'évolution de la crise sanitaire.

Les amateurs ne seront pas reconfinés. En tout cas pas ceux qui seront engagés en Coupe de France. C’est l’annonce faite par le directeur de la Ligue du Football Amateur, Pierre Samsonoff à nos confrères de l’Equipe. « La Coupe de France est considérée comme un événement protégé par l’Etat », rassure d’emblée le dirigeant. A l’exception d’un confinement total (comme en mars) avec l’arrêt de toutes les compétitions, la compétition centenaire pourra donc continuer à se dérouler. « Maintenir la Coupe de France, le tout dans un cadre sûr de lutte contre la pandémie, est la priorité, assure-t-il conscient de la situation sanitaire incertaine, sinon, en cas de changements, on prendra nos responsabilités. » S’il reconnaît que le timing de reprise est compliqué et très serré pour les clubs, il rappelle que les clubs ont la possibilité de s’entraîner depuis début décembre « sous des formes aménagées », sans contact et sans confrontation.

Pas de dérogation au couvre feu

Si la FFF a annoncé mardi dernier la reprise de la Coupe de France dès ce week-end (30-31 janvier), elle n’a en revanche pas obtenue de dérogation nationale au couvre-feu à 18h00. Certains présidents de Ligue ont d’ailleurs lancé la démarche auprès des préfets des départements pour leurs équipes encore en lice. Certains en ont obtenu, d’autres non, ce qui risque de créer des inégalités lors des rencontres.

Sur la présence d’un médecin le jour du match

Parmi les inquiétudes des clubs encore en lice, il y a également les tests PCR (48 à 72h avant le match) et les tests antigéniques (jour du match ou la veille). Cela implique donc une organisation au sein de chaque association sportive. La présence d’un médecin est également requise pour attester des résultats des tests antigéniques le jour du match. « Ces exigences, mises en place par l’Etat, sont légitimes. Il faut un cadre sûr pour la santé publique, même si cela implique de la lourdeur. Je précise que la présence d’un médecin se limite à la vérification des tests négatifs, soit une demi-heure environ. Il n’a pas un temps de présence sur l’intégralité du match », assure Pierre Samsonoff.

Des forfaits non-sanctionnés

Comme relayé dès la semaine dernière, les équipes qui déclareront forfaits, comme c’est le cas du FC Flers, du FA Illkirch Graffenstaden ou encore de l’US Tourcoing, ne seront pas sanctionnés financièrement. « Ils ne font pas ça de gaieté de cœur, c’est une source de frustration. On ne va pas ajouter des sanctions à cette situation… », explique encore le directeur de la LFA.

Pour rappel, la tenue de ces rencontres, jouées à la mi-journée ou en début d’après-midi pour respecter le couvre-feu, s’effectuera à huis clos. La FFF et les clubs pourraient décider de délocaliser la rencontre afin de ne pas créer de rassemblement autour des enceintes amateurs, souvent moins bien protégées.

Photo : Icon Sport

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟