HumourJul&Jim

« L’arbitrage vidéo ne pourrait-il pas être (un rien) plus réactif ? »

03/03/2020 à 10:16

Actufoot.com la joue offensif en ce mois de février avec l'arrivée dans la team d'un sacré duo d'attaquants. Chaque lundi, Jul&Jim feront trembler les filets en revenant sur un fait marquant du week-end foot. Jul au dessin, Jim au texte, une question, une tentative de réponse... et pour ce deuxième épisode, le VAR est au centre des débats.

« L’arbitrage vidéo ne pourrait-il pas être (un rien) plus réactif ? »

Ne comptez pas sur nous pour faire à notre tour le procès de ce formidable outil au service du foot qu’est l’arbitrage vidéo. Son arrivée a considérablement amélioré le jeu en fiabilisant les décisions prises. Ouf, il est enfin derrière nous le temps de l’intuition, de l’acceptation de l’erreur humaine, des débats entre supporters.

On parlait parfois un jour, voire deux, d’un penalty litigieux ou d’un hors-jeu non signalé. L’avènement du VAR (qui n’a aucun lien avec une hypothétique résurrection du football pro toulonnais, big up Delio Onnis), c’est le bout de lacet qui dépasse de la ligne invisible, l’ongle du pouce droit qui effleure la balle, le crampon qui frôle ou pas la chaussette adverse. Tout ça certifié, avéré, décortiqué, en quoi ? Moins d’une heure, la plupart du temps. Merci à la technologie et aux arbitres en bus, cadreurs en short et experts en herbe de nous fournir les certitudes qui manquent tant au reste de notre existence.

L’arbitrage vidéo, s’il gagne (à peine un peu s’il vous plaît) en rapidité, prouvera définitivement qu’on peut prendre la même décision contestable en live, après 20 secondes ou au bout de deux heures de zoom au 50 milliardième de pixel. Allez, on vous laisse, on va expliquer aux gamins du club qu’en fait, c’est pas un jeu, le foot. De la précision, de la rigueur, de la vérité pure. Là, on est bien…