Championnats européensUEFA

Les ligues européennes dangereusement mises sous pression par l’UEFA

03/04/2020 à 15:18

Hier, le conseil d'administration de la Pro League (Belgique) préconisait un arrêt définitif de la saison 2019/2020 pour les compétitions professionnelles avec comme classement retenu, celui de la dernière journée. Une prise de position qui a fortement déplu à l'UEFA qui menace désormais d'exclure des compétitions européennes tout pays qui irait définitivement dans ce sens.

Les fédérations sont désormais prévenues des risques

Après avoir pris connaissance de la tendance plus que sérieuse évoquée hier en Belgique, l’instance européenne a réagi et considéré qu’il était injustifié et bien trop tôt pour décider de l’arrêt des championnats professionnels en Europe. Les stopper dès maintenant est une idée qui va à l’encontre de l’avis du président de l’UEFA Aleksandr Ceferin qui se dit « confiant » quant à une reprise du foot « dans les mois à venir ». De plus et dans l’optique de permettre aux ligues européennes de conclure leur championnat respectif, l’UEFA s’annonce prête à décaler la Ligue des Champions, sa compétition phare, en juillet voire en août. Un gros effort qu’elle n’apprécierait donc pas de voir galvaudé.

Néanmoins, cette prise de position des Belges, qui doit encore être validée devant une assemblée générale mi-avril, pourrait ne jamais voir le jour à la suite de la réaction menaçante de l’instance européenne. Cela dit, si les clubs belges peuvent a priori représenter des cibles plus faciles à exclure des compétitions de l’UEFA, quid des Anglais et des Italiens qui réfléchissent aussi sérieusement à prendre cette direction ? Lorsque l’on sait l’importance des meilleures écuries de Serie A et de Premier League dans la plus prestigieuse des compétitions européennes, on peut se demander jusqu’où ces menaces peuvent aller.

L’UEFA a t-elle eu une influence sur le COMEX de ce matin ?

Alors que les décideurs de l’avenir du foot français, contrairement à ce que les échos pouvaient laisser présager mercredi, ont décidé de ne pas se prononcer avant mi-avril lors du Comex relaté tout à l’heure,  il se pourrait que les présences de Jean-Michel Aulas (président OL), Marc Keller (président RC Strasbourg) et de Nathalie Boy de la Tour (présidente LFP), aient aussi joué leur rôle dans l’obtention d’un statut-quo. En effet, alors que les diffuseurs beIN Sports et Canal + ont déjà décidé d’arrêter les versements tant que les championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 sont en suspens, ce sont tous les clubs professionnels qui se retrouvent dangereusement menacés d’un point de vue économique.

Etre rayé des prochaines compétitions européennes est inimaginable pour les formations de Ligue 1, notamment pour le cahier des charges de clubs comme Lyon, l’OM, ou Lille (une présence en phase de groupe de Champions League rapporte environ 20 millions d’euros), et pourtant, si de nombreuses ligues décident de s’orienter vers ce cheminement, c’est bien le sort qui pourrait leur être réservé. Surtout, en cas de défection de plusieurs championnats, ce serait l’issue finale de la Ligue des Champions qui serait menacée et les Droits TV des clubs qui vont avec. Puisque l’UEFA propose de jouer la suite de ses compétitions en juillet/août, au moment même où doivent habituellement se disputer les tours préliminaires des éditions 2020/2021, ne sommes-nous pas devant une réflexion de ré-aménagement des calendriers de la part de l’instance européenne ? On rappelle que cette solution long terme avait été lancée au grand jour en France par Jean-Pierre Rivère il y a quelques semaines. Au vu de la tournure des événements, la question mérite de leur être posée.

 

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟