SanctionDiscipline

Lourdement suspendu, un joueur de District veut faire entendre sa voix

24/05/2018 à 14:29

C'est le 7 octobre dernier, lors d'un match traditionnel de D3 dans le Rhône, que le parcours de Romain, footballeur amateur, a basculé. A Saint-Pierre, son équipe, de l'AS Montrottier-Albigny est défaite (7-6) après une pénalty sifflé dans les dernières minutes. Quelques semaines après, le joueur est lourdement sanctionné par la commission de discipline du District du Rhône : 30 ans de suspension. La raison ? "Coups à arbitre". Un rapport mensonger selon le joueur, qui voit, en plus de sa sanction personnelle, son équipe être radiée de son championnat, et ses partenaires privés de football. Depuis des mois, Romain lutte pour sa défense. Aujourd'hui, il dénonce "une énorme erreur d'appréciation et de sanction sur ce dossier" par les instances, qui ont trop tendance à protéger les arbitres selon lui, et a engagé les procédures nécessaires pour faire entendre sa voix. Récit de la procédure engagée à l’encontre d’un licencié qui en 25 ans de football, n’avait jamais fait l’objet du moindre incident disciplinaire

« A la limite, j’aurais compris si j’avais pris 5 matches »

« J’étais agacé de l’arbitrage. On avait pris beaucoup de cartons jaunes, des cartons blancs. L’arbitre refusait qu’on lui parle, malgré le statut de capitaine. A la fin de la rencontre, je vais le voir en lui disant que j’ai trouvé son arbitrage limite, procédurier et autoritaire. J’ai pris un jaune. J’ai simplement continué à lui parler et j’ai pris un carton rouge. Ensuite, je lui ai dit tendu la main, et tapoté l’épaule ironiquement. Je me retrouve avec un rapport officiel dans lequel je suis accusé de « coups à arbitre ». De son côté, il est allé voir son médecin (qui lui a signifié 0 jour d’ITT) et a porté plainte pour coups et blessures. Le District m’a sanctionné de 30 ans de suspension. J’ai fait appel auprès de la Ligue en prenant cette fois un avocat et ils ont vu que le témoignage de l’arbitre ne tenait pas la route. Je leur ai présenté plusieurs témoignages pour prouver qu’il n’y a rien eu. Plus encore, le médecin de l’Arbitre disait qu’il n’y avait aucune trace de coups et les services de gendarmerie ont classé sans suite la plainte pour absence d’infraction ! J’ai fait une erreur, on n’a pas à toucher un arbitre et j’ai présenté mes excuses. Mon geste était ironique . A la limite, j’aurais compris si j’avais pris cinq matches. Mais 30 ans de suspension… »

La Ligue Auvergne Rhône-Alpes abaisse la sanction à 3 ans, le CNOSF saisit

Suite à la décision d’appel de la Laura foot qui descend la sanction à « seulement 3 ans », Romain ne se montre pas satisfait pour autant, et tient à faire valoir ses droits. Il explique ne pas avoir frappé l’arbitre et décide de faire une demande de conciliation au CNOSF. Ce dernier a été auditionné par Mr Lacabarats (Ancien Président de la Chambre civile et de la Chambre sociale à la Cour de Cassation N.D.L.R) qui a proposé à la Ligue une sanction réduite à 9 mois (vu que ce délai était déjà quasiment purgé en raison de la durée des différentes procédures). « Je suis allé jusqu’au comité olympique en avril. Pour apaiser un peu la chose, ils ont proposé une solution de conciliation qui me faisait manquer seulement toute cette saison. Mais la Ligue Rhône-Alpes Auvergne a inexplicablement refusé. J’ai la sensation qu’ils cherchent surtout à ne pas décourager les Arbitres et qu’ils les soutiennent donc quoi qu’il arrive. Dans la très grande majorité des cas, c’est évident qu’il faut soutenir les Arbitres et leur rôle est essentiel. Mais quand ils font n’importe quoi et que c’est manifeste, ce n’est pas normal qu’on bafoue toutes les règles pour ne pas les désavouer » continue le joueur licencié à Montrottier-Albigny. « Pour lui, ce dossier n’aurait même pas dû venir jusqu’au CNOSF » s’exclame-t-il encore. Désormais que sa suspension de trois ans est définitive, le capitaine de l’AS Montrottier-Albigny ne lâche pas : « J’engage maintenant des procédures au tribunal administratif contre La Ligue Rhône-Alpes Auvergne pour qu’il soit statué sur la légalité de ma sanction et obtenir la réparation de mon préjudice. Cette procédure a pour objectif de démontrer que la Ligue Rhône-Alpes Auvergne a fait une énorme erreur d’appréciation dans ce dossier. Ce dossier est suivi depuis le départ par Maître Bringand, avocat spécialisé en droit du sport ».

Rappel des événements :

Le district a prononcé :

– une sanction de 30 ans au joueur capitaine de l’équipe,

– une suspension de l’équipe première de toute compétition avec relégation au niveau inférieur.

Laura foot (lors de l’appel) a abaissé les sanctions à :

– 3 ans pour le joueur capitaine de l’équipe,

– remise en compétition de l’équipe première avec tous les matchs à rattraper.

Le CNOSF a proposé une conciliation avec une suspension jusqu’à la fin de la saison 2017-2018

– La Laura Foot a refusé la conciliation

 

Actufoot vous tiendra au courant des suites de l’affaire…