Coupe de FranceClub

L’US Montagnarde, le petit poucet à la conquête de son record

05/03/2021 à 18:33

Club breton de Régional 1, l'US Montagnarde possède déjà une belle histoire dans la Coupe nationale. Ce week-end, une nouvelle page pourrait s'écrire avec le 16e de finale contre Saumur (N3).

Les Forgerons ne veulent pas en rester là. Alors que la saison ne devrait pas reprendre pour le foot amateur, l’US Montagnarde (R1 Bretagne) espère bien continuer l’aventure. « En cas de défaite, on sait que c’est la fin de saison. Il n’y aura plus de dérogation ni d’entrainement. C’est pour ça qu’il faut se battre pour se qualifier et continuer à exister. Le groupe vit bien et a encore envie d’être ensemble », nous confie Kévin Le Gal, le président.

Au précédent tour, les Montagnards ont réussi l’exploit d’éliminer le Stade Briochin, évoluant trois divisions au dessus en National (3e division) et dont le championnat a continué malgré la crise sanitaire. C’est le portier Mattéo Petitgenet qui s’est illustré et est devenu le héros du match. Impérial pendant le match en n’encaissant qu’un but, le gardien a enchaîné les parades lors de la séance de tirs au but. C’est aussi lui qui, malgré son jeune âge (23 ans), a pris ses responsabilités en transformant le dernier face à face (1-1, 3-2 aux tirs au but). L’USM a dans son histoire aussi évolué à ce niveau de D3, c’était lors des saison 1979 à 1983 et 1985 à 1993.

US Montagnarde
Mattéo Petitgenet, gardien héros de l’US Montagnarde en 32e de finale (Photo : Pierre Le Vaillant / US Montagnarde)

L’US Montagnarde est une habituée de cette Coupe de France. En effet, cette saison, le club fondé en 1937 a atteint son septième 16ème de finale. Deux campagnes se sont mêmes prolongées un tour de plus, en 8e de finale. En 2002, les bleus, alors en DH (équivalent R1) étaient tombés contre l’AS Monaco (0-1). Lors de la saison 1998-1999, les pensionnaires de CFA2 avaient chuté contre le FC Rouen, également en CFA2 (0-2 après prolongations). Dix-neuf ans après, les Bretons espèrent renouveler la même performance. « La Montagne a toujours eu un amour pour cette compétition. On est très fier de ce qu’on a fait jusqu’à présent et on est dans l’action. Il y a un record à aller chercher. Le club a fait deux huitièmes dans son histoire », explique plein d’entrain Nicolas Cloarec.

Nicolas Cloarec, l’atout expérience de l’US Montagnarde

Coach de l’US Concarneau entre 2009 et 2018, l’ancien milieu du FC Lorient et du Clermont Foot possède une solide expérience. Avec les Thoniers, il a connu deux accessions de National 3 jusqu’en National. Contraint de quitter le club pour des raisons de santé, Nicolas Cloarec connaît une courte expérience avec l’AS Vitré en 2019. Sans victoire après neuf rencontres, il est démis de ses fonctions. « Je suis content de retrouver les terrains, le niveau de pratique. J’avais beaucoup trop donné à Concarneau et j’ai fini épuisé avant d’être licencié de Vitré par la suite. Après cette période de tempête, je (re)trouve des courants porteurs. Je suis aussi content pour moi car ma prise de risque en reprenant le challenge s’avère pour l’instant payante. On est sur du gagnant-gagnant », se félicite-t-il.

En décembre dernier, il accepte en effet le défi proposé par l’US Montagnarde et prend le relais de Pierrick Le Bert. « J’assure une continuité suite au travail de Pierrick en Coupe de France. Ma disponibilité a fait que j’ai repris la suite. C’est une aventure particulière et c’est la première que je prends en route », confie encore l’entraîneur de 43 ans. Invaincus et leaders de leur championnat, les Montagnards réalisent également un parcours parfait en Coupe de France avec plusieurs grosses performances. « C’est sûr qu’on est content du parcours, les exploits sont là sur les tours précédents. Les gars ont fait ce qu’il fallait malgré les stades vides et les huis clos, ce qui est frustrant car on aime la Coupe et la fête », admet le président Le Gal.

Une édition très particulière à tous points de vue

L’édition 2020-2021, la 104e de Coupe de France, restera nécessairement liée à cette crise sanitaire. Le format de la compétition a même dû être modifié début décembre par la FFF. Les parcours des amateurs et des professionnels ont été séparés plus longtemps. C’est seulement à l’occasion de ces 16es de finale qu’ils se rejoignent. Habituellement, les clubs de Ligue 2 font leur entrée en lice au 7e tour et ceux de Ligue 1 en 32es. Du fait de l’arrêt des championnats amateurs, qui pourraient ne pas reprendre, la Fédération a obtenu une dérogation du Ministère des Sports pour une reprise du parcours amateurs mi-janvier, après trois mois d’arrêt.  « C’est un parcours qui est épuisant car c’est une organisation spéciale avec tous les protocoles à respecter. On joue toutes les semaines alors qu’en général, la Coupe de France est espacée sur une saison. C’est assez pesant parce qu’on a pas de répit », témoigne Kévin Le Gal.

« L’édition 2020/2021 est particulière parce qu’elle permet encore plus aux clubs amateurs d’assurer leur pérennité. » Nicolas Cloarec est conscient du privilège que son équipe a de pouvoir continuer à s’entraîner et jouer des matches. Demain à 16h30, c’est un nouvel exploit qu’il faudra réaliser contre l’Olympique de Saumur (N3). « La Coupe c’est stop ou encore, là c’est vraiment stop ! Les matches s’enchainent mais les joueurs sont bien ensemble, comme à l’entraînement. Contre Saumur, il faudra avoir envie, estime l’entraîneur. J’ai vu leurs derniers matchs, contre Sablé et Guichen, j’ai complété par certains renseignements. Je travaille aussi par la lecture de la presse. Outre l’analyse, l’exploit peut être double : aller gagner sur le terrain d’une N3 et battre le record du club. »

US Montagnarde
L’US Montagnarde a l’opportunité ce week-end d’atteindre son troisième 8e de finale de Coupe de France (Photo : Pierre Le Vaillant / US Montagnarde)

La pérennité sportive dans la saison actuelle mais aussi pour les prochaines. Les dotations financières vont permettre aux 17 clubs amateurs qualifiés pour les 16es de finale d’envisager plus sereinement le futur, encore incertain en raison de la crise sanitaire. « On est purement amateur, on n’a pas les mêmes besoins financiers que les autres. Malgré tout, ces dotations vont nous faire du bien notamment suite à l’arrivée de Nicolas Cloarec. On essaye de repartir sur un projet. Ca a un coût même si je suis conscient que dans le même temps, d’autres clubs sont à l’arrêt », reconnaît le président Kévin Le Gal. L’US Montagnarde va-t-elle réaliser un nouvel exploit ? Réponse demain à partir de 16h30.

Photo : Pierre Le Vaillant / US Montagnarde

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟