Interview National 1FCVB

Maxime Jasse (FCVB) : « A peu près le même discours que la saison dernière ! »

03/08/2018 à 16:36

Les 16 joueurs caladois retenus pour le déplacement à Sannois Saint-Gratien, dans le cadre de la 1ère journée de National, ont pris le bus en direction de la région parisienne sur les coups de 13h, jeudi, sans leur capitaine Maxime Jasse, malheureux suspendu pour l'ouverture de la saison. Le milieu de terrain, qui ne manquera pas une miette du match de ses coéquipiers grâce au live diffusé par la FFFTV, a tout de même confié sa vision de la préparation estivale, la nouvelle dimension prise par le club ainsi que les objectifs du FCVB au troisième échelon national. Interview.

Quel est le sentiment général qui pré-domine au sein du FC Villefranche-Beaujolais à l’approche de votre première entrée en lice dans ce championnat National ?

Avant tout de l’excitation de découvrir ce niveau, mais en même temps beaucoup de détermination et de concentration. Je pense qu’on a bien préparé cette saison pendant la préparation physique. On a maintenant hâte d’en découdre.

Quel est votre regard sur celle-ci, ainsi que sur les amicaux disputés ?

Elle a été très bonne. Sans parler des résultats car ce n’est pas le plus important. On est monté en puissance petit à petit. La prépa a été calibrée pour qu’on soit prêt durant le mois d’août. On est pas encore à 100% mais c’est le cas de toutes les équipes. On a bien travaillé, c’est positif.

« Ce qui est important, c’est que les joueurs qui nous ont rejoint sont des joueurs de qualité »

Malgré la montée, dix nouvelle recrues sont venues se greffer au groupe. Quels vont être leur apport ?

Il y a pas mal de joueurs qui ont connu le niveau National, donc ils vont nous apporter l’expérience de ce niveau là. Même si, pour moi, ça ne reste que du football, et que National 2 ou National, ça ne change pas grand chose. Ce qui est important, c’est que les joueurs qui nous ont rejoint sont des joueurs de qualité, et qui, sur ce qu’on a vu lors de la préparation physique, amènent une plus-value au club.

Peut-on dire que la concurrence s’annonce rude au FCVB ?

Bien sûr, mais c’est aussi ce qui fait avancer les choses. Le club et le coach ont fait en sorte de doubler tous les postes. S’il y a un mec qui est pas bien ou suspendu, comme moi d’ailleurs le premier match, ou blessé, il peut le remplacer par quelqu’un d’autre qui ne fera pas baisser le niveau de l’équipe.

« Aujourd’hui, le football est tellement serré, que ce soit en N2 ou en National, qu’il faut essayer d’acquérir le maintien le plus rapidement possible »

Jusqu’où souhaitez-vous aller ?

Honnêtement, c’est à peu près le même discours que l’année dernière. Aujourd’hui, le football est tellement serré, que ce soit en N2 ou en National, qu’il faut essayer d’acquérir le maintien le plus rapidement possible. Une fois qu’on a atteint cet objectif, on peut se permettre de rêver plus haut. On reste très prudent sur ce début de championnat, il faut essayer d’avoir les points requis pour se maintenir. On a déjà tout vu, des équipes qui sont montés de fois de suite, des équipes qui ont fait une bonne saison et qui sont restés en milieu de tableau, des équipes qui sont redescendues… Donc l’objectif est de se maintenir, si on y arrive et qu’on voit qu’on est bien positionné, on prendra match par match pour aller le plus haut possible

Etes-vous déjà conscient, au quotidien, d’avoir gravi un échelon par rapport à la saison dernière ?

Il y a quand même des différences. Le club a été obligé de se structurer encore plus en arrivant à ce niveau. Que ce soit sur les infrastructures, le cadre sportif… On voit pas mal de changements à ce niveau là. Après, les entraînements sont avec le même coach, il y a un noyau dur de joueurs, on est habitué. La charge de travail est la même. Mais oui, on voit des petits détails qui nous rapproche plus du monde professionnel.

« C’est anecdotique, mais rien que notre maillot avec notre nom et notre numéro attitré. C’est un truc tout bête, mais ça nous fait goûter un petit peu au monde professionnel »

Quels sont-ils justement ?

C’est anecdotique, mais rien que notre maillot avec notre nom et notre numéro attitré. C’est un truc tout bête, mais ça nous fait goûter un petit peu au monde professionnel. Ensuite, tout ce qui est organisation de déplacement, avec des longs voyages sur toute la France. Lundi, j’étais à la Fédération Française de Football pour la présentation de cette saison… Ce sont toutes ses petites choses qui font qu’on sent qu’on a gravi un échelon.

Les matches sont désormais diffusés sur le site de la FFF. Le FCVB a également la possibilité de passer sur les chaînes du groupe Canal+. Comment accueillez-vous cela au sein du groupe ?

Honnêtement, on en parle pas du tout. Comme je vous ai dit, c’est vrai qu’il y a pas mal de joueurs qui ont déjà connu ce niveau. Après, il y a aussi d’autres joueurs qui ont connu un plus haut niveau, même si ce n’était que quelques matches ou quelques minutes. Dans l’absolu, pour nous, ce n’est pas quelque d’extraordinaire même si cela reste très positif, pour notre entourage, nos familles aussi. Ils peuvent nous suivre et sont quand même fiers de nous voir à la télé.

Vous débutez d’ailleurs par un long déplacement à Sannois Saint-Gratien. Est-ce un critère qui peut jouer sur une rencontre de National, notamment en terme de forme physique ?

Honnêtement, je ne sais pas. C’est très « personnel » comme question. Cela peut dépendre en fonction des joueurs. Le groupe est parti à Sannois depuis 13h (jeudi) et dormira à l’hôtel le soir. C’est une préparation professionnelle. Après, il y aura des déplacements en train, en avion. Le club a mis les moyens pour qu’on soit dans les meilleures conditions possibles.

« On s’attend à un combat à l’extérieur »

Que savez-vous de votre premier adversaire ?

On sait que c’est une équipe qui va très vite, et qui met beaucoup d’impact physique. On a essayé de préparer le match en connaissant le mieux possible l’adversaire, même si c’est très difficile sur les premières journées de championnat. On s’attend à un combat à l’extérieur, contre une équipe qui jouait déjà en National la saison dernière. On s’est préparé pour être dans cette optique là, tout en essayant de développer notre jeu qui nous a plutôt bien réussi l’année dernière.

 

Propos recueillis par TG

 

Crédit photo : FC Villefranche-Beaujolais