N2Saison 2018/2019

Nicolas Usaï : « Une grande fierté d’assister à la naissance de l’Athletico Marseille »

11/08/2018 à 10:30

Retour dans le Sud pour Nicolas Usaï. Après avoir entraîné le CS Sedan-Ardennes l'an passé, l'entraîneur revient dans sa ville d'origine pour être le premier à prendre les commandes de l'Athletico Marseille, ancien GS Consolat.

Vous voilà de retour aux sources…

C’est un retour dans ma ville d’origine, pas un retour aux sources, car c’est un nouveau club, avec un héritage écrit par Marseille Consolat. La naissance aura lieu demain à 18 heures (aujourd’hui, NDLR).

Pourquoi ce retour ?

Il y avait une décision personnelle sur mon retour à Marseille. Ma fille a 18 ans et va rentrer en fac de médecine. J’avais besoin d’être avec ma femme et elle pour cette année qui est nouvelle pour elle. J’ai eu l’opportunité de ce nouveau projet. C’est une signature bien réfléchie, et, à partir de plein de choses, j’ai foncé dedans sans hésitation.

Vous avez retrouvé vos habitudes ou c’est une découverte ?

Non, ce n’est pas une découverte pour ce qui est du sportif. Au départ, on fait une préparation avec 25 joueurs, des entraînements qui se ressemblent, la charge du travail est la même. Les infrastructures, on les connait. Il n’y a rien de révolutionnaire. C’est plus autour que ça change, mais ce n’est pas mon travail. Mon travail est de préparer les joueurs et les amener à la compétition. Il y a des anciens joueurs avec qui j’ai travaillé et qui sont revenus : Salim Mramboini, Jérémy Nicodème, il y en d’autres que je découvre. En matière de travail, ça ne me change pas de ce que c’est. C’est le club qui va rechercher une identité. La meilleure façon est d’être performant.

Quel est votre objectif cette saison ?

Pour la saison, il faut demander aux dirigeants. Le seul que j’ai est de préparer le match de demain soir (ce soir) et le gagner, c’est le seul objectif que je me fixe à titre personnel et que je donne aux joueurs et au staff. On veut faire un bon match, qui est intéressant sur le plan comptable.

Vous repartez en National 2…

Je l’ai découvert l’an dernier (avec Sedan, NDLR). C’est un championnat surprenant par rapport au National. Il n’y a qu’une équipe qui monte, dès le départ c’est très difficile. Il y a des équipes premières et des réserves pros, ce sont toutes des formation qui jouent différemment. Il y a un grand panel qui ne se ressemble pas du tout. Il faut le prendre en compte.

Après l’Est et le Nord l’an dernier, vous allez affronter des équipes du Sud-Est principalement…

On démarre avec un groupe reconstitué. On découvre la poule. Il y aura pas mal de derbies. C’est un environnement que je connais, car je suis né dans cette ville. Je fais abstraction de ça. Ce qui m’intéresse, c’est le contenu, et c’est la seule chose qui m’importe. Quand le contenu est bon, les résultats suivent.

Un mot sur l’adversaire de ce premier match ?

Je suis à l’Athletico, c’est un grande fierté d’assister à la naissance de ce club. C’est le premier match d’une saison qui débute. On a envie d’être performant. J’ai eu quelques infos sur le CA Pontarlier, mais je n’ai pas assez de billes pour parler de l’adversaire.

Crédit : FFF