Analyse

Quel est le niveau des gardiens français aujourd’hui ? (2/2)

27/01/2021 à 14:31

A chaque semaine, un poste. Avant l'Euro 2021, la rédaction d'Actufoot poursuit sa série sur les postes en Equipe de France. Aujourd'hui, on vous propose de découvrir notre analyse du niveau des gardiens de but français.

Championne du monde en titre, l’Equipe de France s’appuie depuis plus de 10 ans sur Hugo Lloris. Le gardien de but formé à l’OGC Nice s’est imposé comme gardien numéro 1 dès 2009 et reste indéboulonnable depuis. Hormis des blessures ou des matchs à moindres enjeux, le portier a tout le temps répondu présent (120 capes). Celui qui a connu Domenech, Blanc et Deschamps en tant que sélectionneur détient aujourd’hui le record de longévité chez les Bleus. Titulaire à Tottenham, le capitaine tricolore devrait sauf imprévu disputer son troisième Euro cet été après sa troisième Coupe du Monde en 2018. Derrière lui, ils sont peu nombreux à avoir eu leur chance. Mandanda, Areola, Maignan, Costil… Lloris n’a laissé qu’une trentaine de matchs à sa concurrence. Le gardien des Spurs est désormais âgé de 34 ans, la question de son successeur commence donc à se poser.

Meslier, le portier de demain ?

Si Steve Mandanda a honoré 34 sélections, le gardien de l’Olympique de Marseille (35 ans) semble toutefois être sur la fin de carrière, malgré son importance ces dernières années dans le vestiaire des Bleus. De par leurs expériences, Alphonse Areola (27 ans), qui semble néanmoins sur une pente descente en ce moment, et Mike Maignan (25 ans), titulaire indiscutable depuis cinq saisons et pilier du LOSC, semblent les mieux armés pour à court terme tenir cette place de titulaire dans les cages des Bleus. Mais il faudra aussi compter sur la montée en puissance des gardiens des équipes de France jeunes comme Illan Meslier (Leeds United), Stefan Bajic (ASSE), Dimitry Bertaud (MHSC) ou encore Alban Lafont (FC Nantes).

Illan Meslier, peut-être encore un nom inconnu pour vous, mais bientôt plus pour très longtemps. Aujourd’hui dans les cages de Leeds United avec qui il a connu l’accession en Premier League, le natif de Lorient est déjà promis à un bel avenir. Du haut de ses 20 ans (2000) – et de son mètre quatre-vingt seize – le joueur formé chez les Merlus a réussi à s’imposer dans l’équipe de Marcelo Bielsa après une année de prêt. Titulaire à 18 ans en Ligue 2, à 19 ans en Championship et à 20 ans en Premier League, il est le gardien français qui connaît la plus forte ascension. Et pourtant, il a pris le risque « fou » de quitter le FCL il y a un an et demi pour s’imposer en tant que numéro un alors que Christophe Pélissier venait de lui annoncer qu’il serait numéro deux derrière Paul Nardi. Un choix qui s’est avéré payant puisqu’il éclot depuis aux yeux de tous. Convoqué chez les Espoirs tricolores, il n’a pour le moment pas disputé de match mais compte déjà douze sélections chez les catégories de jeunes.

« Illan a le profil-type du futur gardien de l’équipe de France et qui peut avoir des chances d’être à l’étranger », nous confiait récemment Christophe Lollichon, l’ancien entraîneur des gardiens de Nantes, Rennes et de Chelsea. « Illan doit être le porte drapeau de ce que doit produire la formation française. Son calme et sa sérénité m’impressionnent. Il me rappelle un peu Petr Cech. Si je devais faire un mélange en mettant la barre très haute, je dirais qu’il est proche de la lecture de jeu à la Cech, d’un jeu au pied à la Ederson et la vitesse pour aller au sol de Courtois. Si on mélange le tout, on n’est pas loin d’avoir le meilleur gardien du monde. » Le désormais recruteur des gardiens de Chelsea ne tarit donc pas d’éloges sur le jeune portier, encore en apprentissage mais qui franchit les étapes à vitesse grand V. L’été dernier, Illan Meslier a d’ailleurs été convié à l’entraînement par Didier Deschamps qui préparait les matches de Ligue des Nations contre la Suède et la Croatie. Preuve des qualités et de l’intérêt porté à ce jeune gardien.

Bajic, Bertaud, Lafont à l’affût

Si les performances de Meslier sont mises en avant du fait de sa progression fulgurante outre-Manche, d’autres portiers français ont également un profil intéressant pour l’avenir de l’Equipe de France. L’international U19 Stefan Bajic (19 ans, 2001) est pour le moment cantonné à un rôle de doublure à Saint-Etienne derrière Jessy Moulin, malgré le départ de Ruffier. Mais il représente bel et bien l’avenir au poste de gardien dans le Forez. Dimitry Bertaud (22 ans, 1998) est lui aussi numéro 2 à Montpellier mais a participé à quatre rencontres cette saison, du fait des blessures ou suspensions de Jonas Omlin.

Alban Lafont (22 ans, 1999) a lui aussi, depuis très jeune, le profil d’un gardien pour l’avenir des tricolores. Titulaire à Nantes où il est prêté par la Fiorentina, l’international Espoirs (11 sélections) formé à Toulouse où il s’est révélé, doit néanmoins franchir de nouveaux paliers après une ascension folle qui a fait oublier qu’il est encore très jeune. Il est d’ailleurs, avec Illan Meslier et Hugo Lloris, l’un des rares gardiens de but français à avoir attiré le regard de formations étrangères.

Malgré la mauvaise passe des Canaris, les qualités d’Alban Lafont sont indéniables. Initialement milieu de terrain avec d’excellentes qualités physiques, il a été replacé dans les buts lors d’un tournoi à Rhône-Vallées. « Très tôt, on a vu que c’était un garçon avec un fort potentiel athlétique et de grosses qualités techniques au poste de gardien de but. Et puis, il a franchi rapidement les paliers. Il a très vite eu cette capacité à faire des matchs de très haut niveau », expliquait il y a quelques années, Rémy Loret, directeur du centre de formation du TFC. En plus de ses qualités athlétiques, Alban Lafont tout comme les autres gardiens évoqués ci-dessus possèdent un mental d’acier. Des aptitudes essentielles pour être un bon gardien comme nous l’évoquions dans notre première partie du dossier.

La relève tricolore est donc presque prête à suivre les pas de Hugo Lloris pour aider les Bleus à glaner de nouveaux titres. Elle doit encore s’aguerrir au plus haut niveau pour s’imposer dans les tous meilleurs clubs européens. Cette saison, seul Edouard Mendy, formé en Normandie et franco-sénégalais, représentera la « France » dans les gardiens des 8èmes de finale de la Ligue des Champions.

Photo : Icon Sport