PortraitCoupe de France

Papa Camara, l’étoile du Grenoble Foot 38

08/02/2018 à 10:27

Après avoir grandi sur les terrains du Sénégal et une saison au Portugal, Papa Demba Camara a débarqué à Sochaux. Quatre ans et une vingtaine de matches professionnels plus tard, il est arrivé à Grenoble en octobre 2016. Ce soir, le gardien de 25 ans sera l'ultime rempart du pensionnaire de National face au RC Strasbourg. En huitième de finale de Coupe, c'est un nouveau défi de taille pour l'ambitieux portier.

Devant sa télévision, peut-être, ce jeudi soir, un téléspectateur aura un oeil plus attentif que les autres. A l’occasion du dernier huitième de finale de Coupe de France, Aliou Cissé, le sélectionneur du Sénégal, aura l’occasion d’observer Papa Demba Camara. A quatre mois de la Coupe du Monde, une place dans le groupe des Lions en Russie pourrait se jouer pour le gardien du Grenoble Foot 38, face à Strasbourg. « Je n’y pense pas trop. Dans le foot, ça va vite. Peut être, j’y arriverai. Mais dans ma tête, c’est Grenoble, le championnat, le match de Coupe. Si je vais en sélection, je le prendrai comme une récompense », tempère le portier de 25 ans qui n’est pas retourné avec les A depuis deux ans.

Depuis la Coupe d’Afrique des Nations 2015, qu’il a vécue en tant que remplaçant, l’aventure internationale a donc été mise en pause pour le natif de Pout, ville située sur les bords de l’Atlantique. Il ne s’en fait pas. « Il faut que j’enchaîne des matches en compétition » pour y retourner. Ce n’est pas encore le cas. Désigné numéro 2, derrière Brice Maubieu, dans la hiérarchie des gardiens du GF 38 par Olivier Guégan et son staff, il n’a que la Coupe de France pour l’instant. Sans état d’âme. « En championnat, je suis gardien remplaçant, mais j’ai fait pas mal de matches quand même. Le coach et le groupe connaissent mes qualité. Je m’entraîne comme si j’étais numéro 1, ainsi, si le coach fait appel à moi, je suis prêt », affirme-t-il, avant d’évoquer sa situation. « C’est comme ça. On attend. Au début de saison, on a parlé de l’année à venir avec le coach et l’entraîneur des gardiens, on a mis les choses au clair. Il y a un numéro 1 et un numéro 2. Celui qui joue fait de bons matches, il est au club depuis longtemps, il n’y a rien à lui reprocher. »

« J’aime bien commander ma défense »

Lui peut compter sur « une concentration énorme », même s’il doit encore gérer « ses prises de risque ». Serein dans ce groupe qu’il côtoie depuis octobre 2016, Papa Camara profite alors pleinement de l’aventure en Coupe de France. Au tour précédent, à Biesheim, il a sauvé deux tirs au but. « Mais le héros, c’est le GF38, je n’ai fait que mon travail. Je n’ai pas gagné tout seul. On gagne en équipe, on perd en équipe », confesse-t-il modestement. Depuis, il a fallu se remettre. « J’ai eu une contusion au mollet. J’ai passé 12 jours sans rien faire. J’ai repris lundi. Maintenant, je suis opérationnel. Au niveau physique et mental, ça va ». Il sera à 100 % ce soir pour défier le RC Strasbourg dans un Stade des Alpes qui s’annonce bouillant ! « Ce sera un match très compliqué, mais on aura notre chance. Il faudra la jouer à fond », clame-t-il. « Je ne vais pas dire que c’est un match comme les autres. Il y a des joueurs de qualité. A nous d’être costauds offensivement, de ne pas faire trop d’erreurs défensives. Notre force, c’est le collectif, c’est l’équipe. Chacun se bat pour celui qui est à côté. A la fin, on sera récompensé. » Loin d’être favori, Grenoble peut rejoindre les quarts de finale pour son dernier rempart. « En Coupe de France, on a vu plein de choses. Sur un match, on peut faire l’exploit. Ca viendra de nous, il faudra le chercher. Il faudra être des chiens de guerre pour le gagner », lance Camara.

A 25 ans, lui sera l’un des acteurs majeurs de ce rendez-vous pour aller chercher la qualification. Ca ne l’effraie pas. « J’aime bien commander mon équipe et ma défense. Mes coéquipiers doivent avoir confiance en moi », assume le fan de Buffon, pour « sa sérénité et son assurance. » S’il n’a pas le même vécu que l’international italien, Papa Demba Camara peut compter sur un passé déjà riche. Il a joué une saison au Portugal, au Sporting Braga, en provenance de l’Etoile Lusitana, une académie sénégalaise qui est la propriété de José Mourinho. « Avec Lusitana, on a joué des matches au Portugal. C’est là où ils m’ont repéré. J’ai essayé, mais ce n’est pas passé. J’ai évolué un an avec la réserve. C’était compliqué au niveau de la langue. Je n’avais pas le temps d’apprendre le Portugais. Et puis, mon rêve était de jouer en France », raconte-t-il. Le FC Sochaux s’est présenté. Il ne rate pas l’opportunité. Dans l’ombre de Teddy Richert, Camara continue son apprentissage. Il vivra plusieurs matches de Ligue 2 et une rencontre de Ligue 1. Un beau souvenir. « Ce n’est pas donné à tout le monde. C’est une source de motivation pour le reste de ma carrière. Depuis que j’avais signé pro, j’attendais ça. Mais ce n’est que le début », souffle-t-il.

La suite passe par Strasbourg, ce soir. Un duel face à une formation de Ligue 1 sous les caméras de télévision. Dans les buts du GF 38, Papa Camara sera prêt. Pour poursuivre l’aventure… et, peut-être, rêver de Russie…

 

Crédit photo : Julian Diaféria - GF 38