National 2Interview

Patrick Delacroix (US Colomiers) : « Pourquoi on se rapproche de Montpellier… »

15/07/2017 à 12:34

Une semaine après avoir signé un partenariat avec le Montpellier HSC, le président de l'US Colomiers en précise les origines, les contours et la manière avec laquelle il entend l'animer, notamment vis à vis du voisin téféciste.

Président, comprenez-vous que certains s’étonnent de vous voir vous rapprocher de Montpellier… au détriment du TFC ?

Evidemment, nous n’avons rien contre le TFC. Mais le fait est que c’est Montpellier qui est venu nous chercher avec des propositions très intéressantes pour notre club et un état d’esprit qui nous a beaucoup plu. C’est aussi une histoire d’hommes, de bonnes relations que nous avons toujours entretenues avec José Gomez, leur représentant sur la région qui fut aussi celui qui remit il y a quelques années la formation de l’USC sur les bons rails. Les liens sont étroits et ne datent pas d’hier.

Quels sont les contours de ce partenariat ?

Je ne vais pas entrer dans les détails. Mais ils reposent sur un principe que Robert Nouzaret a voulu rappeler lors de la conférence de presse en disant qu’entre un gros club de Ligue 1 et un autre de National 2, l’échange ne peut fonctionner que si le premier commence à donner au second. Ça illustre bien leur état d’esprit et on a trouvé ça très élégant de leur part.

C’est une approche que n’a jamais effectué le TFC ?

Nous aurions beaucoup aimé qu’ils le fassent mais hélas cela ne s’est pas passé ainsi. Cette saison, un éducateur de chez nous a signé très récemment chez eux, sans que j’en sois informé, ni par l’intéressé, ni par le TFC… quand bien même je me démenais pour essayer de lui trouver une situation professionnelle.

Nous n’empêcherons jamais un jeune de rejoindre le TFC s’il en a envie

Pourquoi ne parvenez-vous pas à collaborer avec eux ?

Probablement à cause de la proximité territoriale qui fait que nos équipes de jeunes se retrouvent souvent en concurrence dans leurs championnats respectifs, ce qui crée pas mal de tensions, de frictions « sportives » entre éducateurs. C’est souvent des deux côtés le match de l’année et au final cette rivalité l’a toujours emporté sur les possibilités et les éventuelles volontés « logiques » de rapprochement des deux clubs voisins. Encore une fois, je le regrette mais en tant que président je ne me vois pas aller frapper à la porte du TFC. La démarche doit venir d’eux si tant est que ça les intéresse. Je respecte beaucoup le travail du TFC en matière de formation et j’ai de très bons échos de Jean-François Soucasse, le président délégué, mais je ne me permettrais pas d’aller les déranger.

N’est-ce pas finalement pénalisant pour les jeunes ?

On est bien d’accord, on est là avant tout pour le bonheur et le bien-être des enfants; A ce niveau, la logique pousse évidemment vers la proximité géographique, et nous n’empêcherons jamais un jeune de rejoindre le TFC s’il en a envie. Mais encore une fois, les conditions de notre partenariat avec Montpellier sont très intéressantes pour nous, et donc forcément pour nos jeunes joueurs qui, grâce à cet accord, qui reste encore à animer et à rendre opérationnel – ce qui n’est pas toujours le plus facile -, nos jeunes joueurs bénéficieront de meilleures conditions pour leur formation et leur progression. Et c’est le plus important à nos yeux.

Crédit photo : page Facebook de l'US Colomiers