PrésentationLille

Qui est Jonathan David, la recrue la plus chère de l’histoire du LOSC ?

12/08/2020 à 13:31

En déboursant près de 27 millions d'euros hors bonus pour recruter Jonathan David (20 ans), le LOSC s'est offert la recrue la plus chère de son histoire. L'international canadien aura la lourde tâche de faire oublier Victor Osimhen dont le départ pour Naples contre 80 millions d'euros bonus compris constitue là aussi, un record pour les Dogues.

Lorsqu’on ne connait pas Jonathan David et que l’on se penche sur quelques-unes de ses compilations, dont on sait qu’elles ont pour vocation de ne montrer que les meilleures capacités d’un joueur, un aspect apparaît néanmoins vite évident : le jeune international canadien (11 buts en 12 sélections) est un joueur très complet. Rapide, puissant, doté d’une excellente frappe et très bon dans la finition, le natif de Brooklyn dans les quartiers de New York aime aussi participer au jeu, décrocher pour parfois mieux surgir aux abords de la surface.

A l’instar d’Osimhen, il devrait aussi faire mal à de nombreuses défenses de Ligue 1 de par ses appels tranchants et variés. » C’est un phénomène, à mon sens supérieur à Victor Osimhen et à ce qu’il a montré sur la dernière saison même s’ils ont un profil un peu différent. Jonathan David est très, très mobile. Il a brillé dans un système construit autour de lui dans un 4-4-2 losange la saison dernière. Il a une très grande faculté à rentrer au bon moment dans la surface et est assez exceptionnel dans la finition » décrivait, hier, sur les ondes de RMC, Guillaume Gautier, journaliste spécialiste du football belge.

Finisseur et numéro 10

Ses stats (18 buts, 7 passes décisives) en 27 matches avec La Gantoise en Jupiler League témoignent à la fois de son sens du but, puisque l’intégralité de ses réalisations en championnat ont été inscrites dans la surface et de son sens du collectif, lui qui termine meilleur passeur du top 10 des buteurs belges. « En vérité, c’est plutôt un numéro 10 qui bouge entre les lignes et surgit dans la surface qu’un attaquant qui joue dos au but », analysait Jess Thorup, le coach danois des Buffalos pour le média belge, Sport Magazine.

Reste à savoir dans quel rôle Christophe Galtier l’utilisera, en pointe ou ou en soutien de l’autre recrue offensive, Burak Yilmaz. Laurent Depoitre, coéquipier de David sur le front de l’attaque la saison dernière, n’a pas non plus tarit d’éloges à l’égard de son cadet fan d’un certain… Ronaldinho. « Il multiplie les efforts sans se fatiguer, il est très rapide, il dribble facilement et il a une très bonne vision du jeu. Il a toutes les qualités de l’attaquant moderne ».

Jamais passé par un centre de formation, Jonathan David est arrivé en Europe de façon atypique. Mis à l’essai par La Gantoise en 2016 après que son agent, Nick Mavromaras, ait envoyé une vidéo de son poulain à l’un des scouts des Buffalos, l’attaquant alors âgé de 16 ans est cajolé pendant une saison et demi lors de laquelle il effectuait des allers-retours entre le Canada où il jouait et la Belgique. C’est en 2018 qu’il paraphe son premier contrat pro puis signe une prolongation jusqu’en 2022 quasi dans la foulée suite aux intérêts des gros clubs du pays, attentifs à ses débuts fracassants.

Le LOSC, seulement un tremplin

Au vu de son âge, de ses qualités et de son potentiel, on peut imaginer que le nouveau numéro 9 du LOSC, qui a signé un contrat de cinq ans dans le Nord, n’est que de passage chez les Dogues. Recruté plus cher mais sur les mêmes principes que Victor Osimhen, celui qui compte déjà deux saisons complètes en première division belge pourrait suivre les traces du Nigérian dès l’été 2021 en cas de saison explosive. Les grosses écuries espagnoles et anglaises suivaient déjà attentivement l’évolution du phénomène canadien et se tiennent probablement prêtes à passer à l’action une fois le tremplin lillois validé.