ITWNational

Ringayen (USCL) « Ma carrière, c’est une question de choix et de chance »

21/12/2017 à 18:26

Actufoot est parti à la rencontre du défenseur de Créteil Lusitanos, Jonathan Ringayen. Il porte un regard objectif sur sa carrière et l’étranger ne lui fait pas peur. Entretien.

Jonathan, comment vivez-vous cette première partie de saison ?

Il a été compliqué parce que je ne jouais pas. Mais maintenant, ça va beaucoup mieux.

Le changement d’entraîneur était-il nécessaire pour remobiliser le groupe ?

Honnêtement, je ne sais pas. Ceux qui sont sur le terrain, c’est nous, les joueurs.  Mais je pense qu’il fallait un électrochoc afin que les résultats changent.

Qu’est-ce qui est différent avec le nouveau coach, Yann Lachuer ?

Écoutez, ça fait maintenant à peu près trois semaines que le coach est là, tout ce que je peux vous dire c’est qu’il a une façon différente de voir le football.

Le groupe est-il assez fort pour se sauver ?

La question n’est pas là. Je pense qu’il y a encore la place pour jouer les trouble-fêtes pour une éventuelle montée.

Yann Lachuer a une façon différente de voir le football

Pouvez-vous nous résumer votre carrière jusqu’à aujourd’hui ?

C’est une question de choix et de chance, je n’ai pas toujours fait les bons choix. Il y a eu Amiens où j’aurais pu rester, Paris FC où j’ai failli y aller qui ensuite sont montés en Ligue2, et Guingamp où j’aurais dû prolonger.

Guingamp justement, est-ce que vous avez le regret de ne pas avoir percé sous l’ère Gourvennec ?

Non pas du tout. Mais peut-être qu’à cette période j’ai été mal conseillé également. Guingamp est un club sein où j’aurais aimé faire ma carrière.

Pas trop dur de déménager autant en aussi peu de temps ?

Honnêtement oui, ça devenait pesant de déménager tous les ans car au bout d’un moment, on a besoin de stabilité.

Quels sont vos plus beaux souvenirs de footballeur jusqu’à maintenant ?

J’en ai deux. Le match avec Vannes contre Monaco en Coupe de France et le match en Coupe de la Ligue avec Guingamp contre Marseille.

Vous êtes-vous familiarisé avec la vie Parisienne ?

Pas vraiment (rires). Je préfère honnêtement jouer en province dans un petit cadre moins stressant.

Est-ce qu’une aventure à l’étranger pourrait vous plaire ?

Pourquoi pas. J’aurais aimé l’Angleterre ou sinon vivre l’expérience dans un autre pays. J’ai envie de voir autre chose étant donné que ça fait sept ans que je suis dans le championnat français.