Edito

Rival majeur du PSG, Monaco a gagné 16 matchs d’affilée

30/08/2017 à 10:30

Alors que les transferts de Neymar et Mbappé ont affolé la galaxie foot, l’AS Monaco reste sur sa dynamique et engrange les victoires.

Les dictons n’ont pas été inventés par hasard, ils sont tous fondés sur l’expérience. Jamais peut-être autant que cette saison la sentence «Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué» est d’actualité.  En football cela donne : «Il ne faut pas dire que le championnat va être gagné par un club avant qu’il ne le gagne».  Dans le Landerneau du ballon rond, presque tout le monde voit le PSG écraser la L1 2017-2018. A vrai dire, rien n’est fait et le rendement des Monégasques nous rappelle qu’il faut respecter la compétition et ne pas voir son issue avant d’avoir vécu toutes les journées de L1. Il suffisait de voir Monaco 6-1 Marseille, le 28 août 2017 pour s’en rendre compte. Les Marseillais ont pris une correction qui ne souffre pas d’une ombre de contestation. Sur l’envie, la technique, la stratégie et le réalisme, les Monégasques ont dominé les Marseillais de partout. La tactique défensive de Rudi Garcia, qui aligna six défenseurs- y compris le gardien- au coup d’envoi, fut un schéma des moins performants. Les joueurs de Leo Jardim, toujours fidèle à son 4-4-2, ont plié le match dès la deuxième minute par l’ouverture du score avec un but du défenseur central polonais Kamil Glik qui envoya le ballon au fond des filets comme on glisse une enveloppe dans une boîte aux lettres dans les rues de la Principauté. Le «Champions Project» a du plomb dans l’aile. L’excuse de l’absence de Payet n’en est pas une. Le recrutement effectué par les Phocéens n’est pas celui d’un club qui veut jouer le haut de tableau. La star actuelle de l’OM semble surtout être Pamela Anderson qui alimente la chronique people avec Rami.

Monaco a vendu Benjamin Mendy (Man City),  B. Silva (Man City), T. Bakayoko (Chelsea), V. Germain (Marseille) et K. Mbappé (PSG), autant de talents en moins. Malgré ces pertes de premier plan, l’ASM continue sur sa lancée de la saison dernière et poursuit sa série de victoires d’affilée : 16 ! Série en cours. Les champions sortants ne sont pas disposés à céder leur couronne et il faudra un PSG très costaud pour gagner le titre devant Monaco qui n’est pas disposé à rentrer dans le rang. Monaco est devenu expert dans les transferts. On se souvient que les dirigeants de l’ASM se sont déjà séparés de James Rodriguez (Real Madrid, prêt au Bayern Munich) et d’Anthony Martial (Man United) sans conséquence sportive. Au contraire, plus Monaco vend ses joueurs plus de nouveaux jeunes se distinguent. Le réservoir de pépites du Rocher princier paraît inépuisable et les nouveaux joueurs de Jardim brillent déjà. Il suffisait de voir évoluer contre l’OM, Jorge, Rony Lopes et Adama Diakhaby pour constater que la nouvelle mayonnaise montée par le manager de l’ASM était réussie : 6-1, voilà un score de tennis.

A la 4e journée de L1, Monaco n’a pas lâché prise et occupe la première place du classement avec Paris. Les deux clubs ont fait carton plein, soit 12 points les deux avec comme goal-average + 12 pour le PSG et + 10 pour l’ASM, autrement dit il n’y qu’une feuille à cigarettes qui les sépare. A noter que le PSG appartient à un Etat (le Qatar) tandis que Monaco aux couleurs de la Russie évolue au sein d’une principauté. Cela en dit long sur le pouvoir financier des deux clubs.  La grande différence entre les deux c’est que le PSG dépense énormément tandis que Monaco engrange les Euros. L’avenir nous dira comment tout cela se traduit sur le terrain sur une échelle de longue haleine. Les débuts de compétition sont parfois trompeurs : Paris affiche en ce début de saison 2017-2018, un visage ultra positif. Ceux qui condamnent les dépenses du PSG sont les mêmes qui se régalent devant les exploits de Neymar. Ne parlons pas de déontologie car l’éthique sportive n’est plus de mise même à l’époque du fair-play financier qui n’avait pas prévu que Monaco pouvait prêter un joueur avec option d’achat (Mbappé) à son rival le plus coriace (PSG) dans le but que celui-ci soit dans les règles avant de débourser 180 M€ la saison prochaine.  Les comptes en banque ont des raisons que la raison ne connaît pas.

Bernard Morlino

Crédit photo : AS Monaco FC