InterviewFormation

S. Brevot-Choplin (PSG Liban Academy) : « On n’est pas dans la course au joueur parfait, mais on y viendra »

04/04/2018 à 19:24

Sébastien Brevot-Choplin, précédemment Head Coach de la Paris Saint-Germain Academy Egypte, est aujourd'hui le directeur technique de l'Académie du PSG au Liban. Le fonctionnement de l'institution qu'il dirige, ses missions, ses échanges avec le PSG, la concurrence et sa vision du futur des Académies dans le football mondial. Entretien.

Sébastien, vous êtes le directeur de la PSG Liban Academy depuis plusieurs mois. Pouvez nous expliquer le fonctionnement de l’institution, ses objectifs, le projet ?

La PSG Academy Liban, c’est une académie du Paris Saint-Germain qui a vu le jour en septembre. Moi, j’y suis depuis juin pour la mettre en place. Ma première mission a été de faire un recrutement, de m’entourer de personnes pour pouvoir l’organiser. Elle représente aujourd’hui 1200 jeunes sur des sites à travers tout le pays. On continue de développer la marque Paris Saint-Germain sur le territoire et en termes d’objectifs pour 2018-2019, notre but sera d’ouvrir plusieurs sites supplémentaires (4 actuellement) pour faire progresser les joueurs et les amener sur le chemin du haut niveau. Il y a onze PSG Academy dans le monde, la PSG Academy Liban se positionne en deuxième place derrière la France. On compte 1200 joueurs mais je pense que d’ici l’année prochaine, on dépassera les 1500.

En tant que responsable technique, quelles sont vos différentes missions ? 

Ma principale mission c’est d’être capable de mener une planification stratégique à long terme. On a des programmes Paris Saint-Germain qui sont établis dans la maison mère de Paris, et mon rôle à moi, c’est de mettre en place la politique sportive de l’Academy en faisant justement respecter cette planification. Moi, je travaille sur la périodisation tactique. En fait, on choisit un système. Au PSG, c’est le 4-3-3. Ensuite, on définit des principes de jeu validés en amont par le Paris Saint-Germain, et on les met en place sur une planification. Après, on utilise des jeux références pour que les gamins puissent s’organiser le plus vite possible. On a un mode de fonctionnement qui fait que petit à petit, les enfants adhèrent au fonctionnement. Par exemple, on va travailler les principes de conservation-progression, récupération du ballon, déséquilibre et finir. Ce sont des principes que l’on retrouve un peu dans toutes les planifications, sauf qu’après, on met les en pratique pour coller au plus vite sur le système de jeu, et pour que les enfants soient opérationnels le plus vite possible pour progresser. Il faut que tous nos sites soient en synergie et mon rôle, c’est de les coordonner en faisant passer le message de cette planification à tous les coaches via des formations, des réunions, pour que tout le monde soit en osmose

« Les Académies tendent petit à petit vers l’Elite »

Vous chapeautez énormément de monde ? Comment organisez vous votre travail ?

Mon rôle, c’est aussi d’avoir des responsabilités, d’avoir envie de contrôler les choses et réduire les zones d’incertitudes. Donc ce qui est important, c’est de paramétrer la performance et donc de s’entourer d’un staff performant. Ca passe par de la formation, des réunions. Transmettre les valeurs et les idées que j’aies, et les idées du Paris Saint-Germain, en essayant justement de convaincre, d’être un bon communicant. Cela permet d’avoir des résultats plus facilement et plus facilement

L’implantation des académies à travers le monde joue t’elle un rôle important selon vous, dans l’acheminement du PSG vers les sommets du foot européen et mondial ?

Le Paris Saint-Germain, c’est déjà un très très grand club ! Je pense que le club est reconnu aujourd’hui au niveau européen voire mondial. Maintenant, les Académies tendent petit à petit vers l’Elite. Le projet a démarré avec des Académies pour faire découvrir la marque PSG. Le club s’oriente vers des institutions qui seront plus définies comme élites, à l’avenir. On va aller vers cela d’ici quelques temps et ça permettra peut-être de voir éclore des nouveaux talents qui sortiront de ces Académies justement

Les méthodes de travail sont-elles facilement applicables au Liban ? Rencontrez-vous certaines difficultés  ?

Les méthodes d’entraînements de la PSG Academy France et de la PSG Academy Liban sont identiques. On a les mêmes formations, les mêmes programmes, les mêmes planifications. Après, c’est juste au niveau de la culture que cela change. Pour avoir été en Egypte et maintenant au Liban, deux pays du Moyen-Orient, on va rencontrer quelques difficultés au début au niveau de la discipline, chose qu’on n’a pas forcément en France. Mais avec les méthodes d’entraînements, cela rentre vite dans l’ordre pour aboutir sur de la performance

« Il faut être tout de suite opérationnel, être dans la créativité… »

Lorsqu’on occupe votre poste, est-il important d’avoir une grosse connaissance du pays en amont ?

Oui et non. J’ai déjà eu l’expérience en Egypte, je me suis vite acclimaté, je savais à quoi m’attendre. Pour quelqu’un qui débute, arriver sur un pays étranger, il y aura forcément des difficultés mais il faut être dans l’adaptation, on n’a pas le choix. On n’a pas forcément besoin d’être préparé à  l’avance, mais il faut être tout de suite opérationnel, être dans la créativité…

Quels sont vos interlocuteurs directs au PSG ? Avec qui échangez vous au quotidien depuis Paris, voire depuis Doha ?

On a Pierre-Yves Bodino (Directeur technique PSG Academy) qui est en permanence avec nous, qui s’occupe de tout ce qui concerne le recrutement, et de la mise en place du programme Paris Saint-Germain. Benjamin Houri (Head Coach PSG Academy)  a les mêmes fonctions. Mais lui part à travers le monde mettre en place les Académies en amont, préparer le terrain, avant que les directeurs techniques arrivent. Et Fabien Dilem (Haut responsable de la PSG Academy) qui est sur Doha et qui gère tout le Moyen-Orient, en ce qui me concerne. C’est beaucoup de comptes-rendus, des bilans. Du 11 au 16 avril prochain, nous avons la PSG Academy Cup qui aura lieu à Clairefontaine, et qui regroupera les onze pays possédants des Academy PSG, avec des sélections. Moi, j’aurais donc la sélection 2005-2006 et 2007-2008 de mon pays, le Liban, qui seront opposés aux autres Académies du PSG dans le monde (Brésil, Canada, Etats-Unis, Portugal, Inde, Egypte etc). C’est un moyen aussi de nous retrouver

Vous étiez le responsable de l’Académie PSG en Egypte avant de prendre la tête de celle du Liban. Quelles différences avez-vous pu remarquer dans votre travail quotidien entre ces deux pays ?

Déjà, en termes de projet. En Egypte, j’étais sur un projet de création d’Académie qui est passé de zéro à 200 joueurs. Aujourd’hui, je suis sur un projet à 1200 joueurs, avec une grosse organisation derrière, une structuration, des gens qui s’occupent de la comptabilité, du marketing. On a un partenariat avec MTV pour le Liban, qui est la première chaîne ici, un peu comme TF1 en France. On a des conférences télévisées, d’un point de vue marketing, même pour moi en tant qu’entraîneur, c’est important et c’est pour ça aussi qu’on fait ce travail. Pour continuer d’avancer et de progresser dans ce métier

Qu’en est-t’il de la culture foot de ces nations ?

L’Egypte est qualifiée en Coupe du Monde, ce n’est pas anodin. Il y a des joueurs de talent en Egypte, au Liban, après, c’est à nous en tant que formateurs de sortir des joueurs, de bien les former pour les amener au plus haut niveau. Le but, c’est qu’ils franchissent les échelons pour intégrer les différentes catégories des sélections nationales, pour ensuite faire une carrière et devenir de grands joueurs. C’est notre objectif !

« Pourquoi ne pas en avoir très bientôt qui terminent dans l’équipe première du PSG »

L’OL a également une Academy basée au Liban. Peut-on parler de concurrence entre le PSG et Lyon d’un point de vue des académies implantées à travers le monde ?

Oui, on peut parler de concurrence. En Egypte pour le PSG, j’avais toutes les Académies autour. Le Real Madrid, Barcelone… Au Liban, il y a une grosse implantation avec l’Atletico Beyrouth qui est en partenariat avec l’Olympique Lyonnais. Nous, le Paris Saint-Germain, on est arrivé cette année sur le marché. En termes d’effectifs, comme je vous l’ai dit, on est à 1200 joueurs, donc on arrivé très fort. Mais on parle de concurrence plus d’un point de vue business que football, et ce n’est pas ma partie. Mais c’est vrai qu’on peut parler de concurrence. En termes de foot, on est amené à jouer l’un contre l’autre sur des compétitions libanaises (Copa Academia), mais il n’y a pas de concurrence sur le terrain. S’il y en a une, elle est bonne.  C’est plus les dirigeants, les patrons de l’Académie qui sont concernés par cette concurrence. Nous, on est davantage là pour la formation des joueurs

Donc pas de « courses aux pépites » ?

Non, les Académies ne sont pas encore là-dedans. On n’est pas dans la course au joueur parfait, le nouveau Ronaldo, Messi ou Neymar. Maintenant, je pense que petit à petit, on y viendra. Et le projet du Paris Saint-Germain tend vers ça. On s’oriente vers des Académies de mieux en structurées et performantes avec des staffs de qualité, des gens compétents et diplômés. Il y aura forcément des joueurs qui sortiront de ces Académies et pourquoi ne pas en avoir très bientôt qui terminent dans l’équipe première du PSG

Vous avez connu l’Egypte, le Liban, avez vous également des ambitions personnelles ? 

Un plan de carrière forcément, on a toujours des ambitions, des envies. Si on regarde un peu mon profil, après plusieurs clubs amateurs en tant que directeur technique en France, il me reste deux ans de contrat avec la PSG Liban Academy, la suite logique serait de continuer avec le PSG. Avec le gros site qui va s’ouvrir à Poissy dans quelques temps. Pour la suite, on peut me souhaiter de prendre la direction, plus tard, d’un centre de formation comme directeur ou rentrer dans un staff à l’étranger. On sait que tout va très vite là-bas.

TG.

 

CV
Joueur : Passé par Louhans-Cuiseaux 71 (Ligue 2) et par le National / Entraîneur : Diplômé UEFA 1 / Plusieurs certifications dont optimisation de la performance en préparation mentale / Expérience au sein du centre de formation du MHSC / Certification Futsal / Vergèze (Gard) –  Coach U19 DH (3 ans) / Coach a sein de plusieurs clubs DH / DHR Seniors UNECATEF – expérience en Irlande du Nord avec la SélectionsNationale U13 / Head Coach PSG Academy Egypte / Responsable technique PSG Liban Academy (en cours)

Crédit photo : PSG