InterviewNational

Simon Pontdemé (FC Chambly) : « On commence à trouver la bonne recette »

14/09/2018 à 8:31

Passé par le monde professionnel, Simon Pontdemé, 30 ans, fait aujourd'hui le bonheur de la défense du FC Chambly. Garant de la solidité de la base arrière, le gardien brille en ce début de saison, avant d'affronter l'US Boulogne Côte d'Opale. Mais, il le répète à l'envi, cette excellente entame en terme de buts encaissés est la réussite de toute une équipe.

Affronter le premier du championnat, c’est un match spécial ?

C’est le leader, ça reste Boulogne sur Mer, ce n’est pas un petit du National. Ca va être un gros match demain (aujourd’hui). En plus, ils restent sur une bonne série. Ils sont plein feu, ce sera à nous de les faire déjouer le plus possible.

C’est une équipe qui prend peu de buts…

Ils sont costauds défensivement, et offensivement, ils sont pas mal. Ils ont bien recruté, ils ont des joueurs d’expérience. Ca va se jouer sur des détails, ça peut être sur coup de pied arrêté. Mais c’est une équipe joueuse. Ils ne vont pas venir chez nous et se contenter de coups de pied arrêtés, il ne vont pas venir pour bétonner.

Riffi Mandanda, le gardien boulonnais, démarre bien, comme vous. Ce sera un match de gardiens ?

Il fait un bon début de saison à l’image de l’équipe. Mais un match de gardiens, je ne pense pas. Ce sera un petit duel à distance. Moi, je fais un bon début de saison, mais parce que ma défense est très solide. Anthony Soubervie et Thibault Jaques sont très performants, comme les autres défenseurs. Ils me permettent de ne ramasser que quelques miettes. On est costaud derrière. Certes, on a du mal à marquer, mais avec les matches et la confiance, les attaquants vont finir par trouver le chemin des filets.

Vous avez trois étoiles depuis le début du championnat.

C’est bien. Contre Villefranche, j’ai fait mon meilleur match. Face à Tours et Quevilly, on a fait un gros match défensivement. C’est pour ça que je doute sur le fait que ce soit un duel de gardiens contre Boulogne. Ce sera surtout un duel de défenses. Ils sont costauds défensivement, nous aussi. Ca va être surtout offensivement que ça va se jouer. Après le premier qui va marquer, ça va être fermé pour l’autre. Je ne m’attends pas à une avalanche de buts. Ce sera compliqué de renverser la vapeur pour celui qui va concéder l’ouverture du score.

Globalement, il y a peu de buts dans ce championnat National. Qu’en pensez-vous ?

Ca ne me surprend pas. C’est la quatrième année que j’enchaîne avec Chambly. En National, les équipes sont très portées vers la défense, elles sont bien en bloc. C’est un championant très rude, très homogène. Les équipes sont très bien en place et défendent pas trop mal, ce qui explique le peu de buts encaissés.

Pour Chambly, c’est trois nuls et deux victoires en ce début de saison. C’est une bonne entame ?

Oui, c’est un début cohérent, par rapport à l’année précédente, qui était catastrophique, puisqu’on avait gagné notre premier match au bout de 5-6 journées. Ce n’était pas évident. Puis on avait enchaîné trois victoires et deux nuls je crois. Nous sommes satisfaits de ce début de saison mais on espère qu’on va monter crescendo. Avec le potentiel qu’on a, on peut faire encore mieux. Ce n’est pas bon, pas mauvais, c’est correct. Être dans le ventre mou avec un match en moins, c’est correct.

Il ne manque plus que les buts en votre faveur…

C’est ça. Ce qui manque aujourd’hui c’est de marquer un peu plus de buts mais on reste sur deux victoires. Il faudrait un peu plus de créativité offensive, de jeu vers l’avant. Mais on commence à trouver la bonne recette, puisqu’on vient de gagner deux fois. Il faut l’appliquer le plus souvent et le plus longtemps possible. La série va s’arrêter un jour, on le sait. Or, on n’a jamais enchaîné plus de trois victoires consécutives depuis que je suis arrivé à Chambly. Ce serait très beau d’en avoir une troisième ce week end.

Un mot sur votre parcours. Vous avez côtoyé des groupes de Ligue 1, sans jamais rentrer.

A mon actif, si on les comptait, en Ligue 1, je serais bien, puisque j’ai entre 50-60 bancs entre Brest et Auxerre. Je ne regrette pas mes choix, même si, quand on est là comme doublure, comme un second choix, voire un troisième, la côte baisse. On se dit « il ne joue pas, où il en est ». Je ne regrette pas mon parcours. Je suis heureux, épanoui à Chambly. Je prends du plaisir, je suis content d’être au club. J’ai fait six mois au Mans, après une période de chômage. Je remercie le président de Chambly qui m’a accueilli. Je ne voulais pas aller en National, ça a été la meilleure solution. Le club m’a ouvert ses portes. J’ai fait des sacrifices, mais dans 3-4 journées, je vais faire mon 100e match de National avec Chambly. Ca fait toujours plaisir d’être dans un club qui est stable. J’ai un peu voyagé. Ca commençait à faire beaucoup. Je suis bien, épanoui, et heureux.

Le monde pro, vous n’y pensez plus ?

J’y ai déjà goûté. Je ne suis pas dans l’optique d’y retourner à tout prix. Sinon, j’y serais retourné en doublure. Après, oui, j’ai l’ambition d’y revenir. Mais je ne partirai pas pour un rôle de second choix. Je ne suis pas prêt à ne pas jouer. Si j’ai la chance et le bonheur de monter avec Chambly, ce serait l’idéal et un exploit, car ça ne sera pas facile.

Crédit : Eric Crémois / FC Chambly