Saison 2018/2019N2

Stéphane Masala (Vendée Les Herbiers) : « On ne repart pas de zéro »

09/08/2018 à 14:33

Après la folle fin de saison dernière marquée par la relégation de National et la finale de Coupe de France, le Vendée Les Herbiers Football repart au combat, toujours avec Stéphane Masala à sa tête. A deux jours de la reprise de N2, le technicien s'est confié sur cette nouvelle étape.

Quel bilan faites-vous de cette préparation ?

C’est la septième semaine. On avait repris le 25 juin, en espérant être repéchés en National. Ca a été très long, vu qu’on n’a pas été repéché, le championnat commençait une semaine après. Ca a une préparation difficile. Par contre, il y a de la satisfaction. Les garçons ont bien travaillé. Des joueurs sont arrivés au fur et à mesure, donc le niveau n’est pas encore bien homogène, mais c’est un bilan plutôt satisfaisant.

Vous avez adapté votre préparation après avoir appris que vous restiez en National 2 ?

Oui, on a prévu les deux cas. On est monté progressivement. On l’a forcément adapté par rapport à la N2. On a réussi à se réorienter pour trouver un dernier match amical. Ca a été positif.

Cette descente est-elle digérée ?

Oui, complètement. Il fallait qu’elle le soit. C’était le discours qu’on avait avec les joueurs qui restaient pour l’aventure, de faire le deuil du National et repartir sur un challenge différent.

D’autant que vous avez perdu pas mal de joueurs.

Sur 28, j’en ai perdu 20. Ca mesure la tâche. J’ai même reconstruit mon staff technique. J’ai mon entraîneur des gardiens et mon préparateur physique qui ont eu des opportunités ailleurs.

C’est un nouveau cycle ?

Oui, comme tous les ans, c’est toujours une nouvelle aventure, même quand on arrive à garder des bases solides. Ca reste un challenge hyper intéressant, car, sur les dix dernières saisons, aucun club qui est descendu n’a réussi à remonter de National 2 à National.

C’est l’objectif ?

Oui, bien sûr. Ca mesure l’ampleur de la tâche, mais c’est l’objectif fixé par le président et le club. On va essayer de le faire.

Vous avez passé six mois fous à la tête de l’équipe. Que gardez-vous de ces moments ?

C’est vrai que ça a été six mois incroyables, avec du haut, des bas. Je pense que j’ai beaucoup appris. J’ai gagné en expérience à tous les niveaux, sur le plan humain ou technique.

Vous allez démarrer une poule de N2 avec beaucoup de déplacements.

Absolument. Je crois que sur la moyenne, on va faire 14 000 km. C’est quasiment autant qu’en National. Ce n’est pas nous qui décidons des poules. On a pris compte. Il y a énormément de déplacements, il va falloir bien se préparer et répondre au défi de la N2.

Ce sont des facteurs qu’on prend en compte dans la gestion du groupe ?

Complètement. On va s’appuyer sur nos expériences et nos années du National, où les déplacements et la récupération sont aussi importants. C’est pour ça qu’on ne repart pas de zéro. Le parcours de Coupe de France, on va s’appuyer dessus aussi.

Votre mercato est-il terminé ?

Oui, à moins de blessures. C’est le groupe qu’on voulait, il est prêt à démarrer.

Place à la première journée, sur le terrain du Stade Bordelais. Qu’en attendez-vous ?

C’est un lancement. On a hâte que ça démarre, de voir comment le groupe va répondre en mode compétition. Les matches amicaux, les principes de jeu, c’est bien, mais la compétition, c’est encore autre chose. J’ai hâte de voir mon groupe, et avec les objectifs qu’on s’est fixé, on veut bien démarrer la saison.

Crédit : Vendée Herbiers Football