InterviewExpat

Yoann Damet (FC Cincinnati) : « La MLS poursuit sa croissance et se structure »

21/06/2017 à 13:11

Après une pige à l'Impact Montréal (MLS) en tant que coordinateur technique, Yoann Damet a pris la direction du FC Cincinnati, club évoluant end deuxième division nord-américaine (USL). Zoom sur ce français qui réussit outre-Atlantique. Entretien

 

Yoann, afin d’arriver à Cincinnati, quel a été votre parcours ?

J’ai commencé à entraîner à l’âge de 16 ans dans un club de DH où j’avais la responsabilité des U13 en France, j’ai passé mes diplômes puis suivi un cursus universitaire et obtenu une licence Entraînement Sportif. J’ai alors continué mon développement dans un club de CFA, à Jura Sud où j’ai eu d’abord la responsabilité des U17 Honneur puis des U15 Inter-Ligue l’année suivante. Mon chemin s’est ensuite poursuivi au Dijon FCO l’année suivante en tant qu’entraîneur adjoint des U15 Inter-Ligue et de responsable des U11. Cette même année j’ai fait mes valises pour le Canada, direction la MLS et l’Impact de Montréal. J’ai été nommé coordinateur technique de la Pré-Académie, entraîneur U12 et préparateur physique adjoint de l’Académie. Ma mission principale était de créer l’école de foot (appelée là-bas Pré-Académie et qui n’existait pas avant, les équipes s’arrêtant en U13) et d’y décliner le projet de formation du club. J’intervenais également en parallèle sur les U16 et U18 à titre de préparateur physique et entraineur adjoint. Après 2 ans j’ai été nommé entraineur U18, tout en conservant mon titre de coordinateur technique de la Pré-Académie. J’ai occupé ces nouvelles fonctions durant 15 mois avant finalement de m’engager dans un nouveau projet au sein du FC Cincinnati, un club ambitieux de deuxième division nord-américaine (USL).

Pourquoi avoir choisi de quitter l’Impact Montréal ?

D’abord parce que j’ai cette volonté permanente d’apprendre, de grandir et de m’enrichir et le projet du FC Cincinnati me donner cette perspective d’évolution, d’apprentissage et d’épanouissement à un nouveau niveau. Dans un second temps, j’ai toujours eu ce souhait d’intégrer le staff d’une équipe professionnelle, l’opportunité se présentant il a pour moi était difficile de ne pas accepter ce nouveau défi. Pour finir je suis quelqu’un de projet, j’aime m’engager pour construire et bâtir, comme ça a pu être le cas à l’Impact de Montréal au sein de l’Académie. Le projet du FC Cincinnati m’a dans ce sens beaucoup plu et a motivé ma décision. Le club étant très jeune (il vit actuellement la seconde saison de son histoire) il n’en est pas pour le moins ambitieux, l’engouement qu’il suscite auprès de la communauté et le nombre de fans du club en témoigne.

Justement, quel est votre rôle au FC Cincinnati ?

Je remplis la fonction d’entraîneur adjoint où je travaille en étroite collaboration avec le coach ainsi que le reste du staff. J’occupe dans ce cadre un rôle technique, de façon générale je travaille sur la conception des séances d’entraînement et leur animation avec l’entraineur, la mise en place du modèle de jeu de l’équipe mais également sur la supervision de nos adversaires et la rétroaction de nos matchs, sans compter les différentes taches annexes inhérentes à mes fonctions.

Quelle est l’ambition future du club ?

Le FC Cincinnati est un club ambitieux qui souhaite se structurer et s’installer dans le paysage du football nord-américain comme un des clubs majeurs. Son ambition est d’intégrer le championnat MLS et pour cela le club a pour projet de construire prochainement son propre stade (nous jouons actuellement au Stade Nippert de l’Université de Cincinnati) ainsi qu’un centre d’entraînement.

Sur un plan plus personnel, quels sont vos objectifs ?

A court terme, c’est de remplir ma mission au sein du club et de travailler dans le but d’atteindre nos objectifs c’est-à-dire atteindre les play-offs et aller le plus loin possible. À l’avenir, bien évidemment je souhaite contribuer à l’évolution du club et son développement mais de façon plus générale je souhaite continuer à travailler dans un environnement professionnel dans lequel je pourrai contribuer au projet et apporter ma pierre à l’édifice.

Quelle est la différence entre dans le quotidien professionnel entre l’Europe et les USA ?

Elle est minime, les clubs fonctionnent d’une manière similaire et les infrastructures des clubs sont très proches de ce qui se fait en Europe. Je parlerai davantage d’une différence liée à la spécificité à l’Amérique du Nord en terme de championnat et de distance entre les clubs. Les championnats fonctionnent avec un système de play-offs qui ne garantit pas à l’équipe qui termine première de sa saison régulière le titre de champion et qui relance donc le championnat. Les distances ainsi que le décalage horaire et les voyages sont également des spécificités difficiles à ignorer et c’est pour ces raisons qu’il est difficile de jouer à l’extérieur. La planification, la méthodologie de travail ainsi que le suivi des joueurs et le management du groupe sont donc d’autant plus importantes.

Comment voyez-vous l’évolution de la MLS ?

La MLS poursuit sa croissance et se structure. Les Académies ainsi que la formation des entraîneurs, notamment grâce au partenariat avec la FFF, sont des facteurs importants dans l’amélioration de la ligue, les premiers joueurs formés dans les clubs commencent à sortir et montrent la qualité des jeunes en Amérique du Nord. Tactiquement on peut également voir de plus en plus d’équipes proposer de la variété dans les animations offensives et défensives pour poser des problèmes à l’adversaire, ce qui rend le jeu d’autant plus intéressant.  Je pense que la MLS est sur les bons rails et se donne les moyens d’évoluer et d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés, l’engouement dans les villes et stade qui ne cesse de grandir en est le témoin.

Envisagez-vous un retour en France ?

Je suis à Cincinnati pour le moment et souhaite contribuer au projet du club. Je ne fais donc pas de plans pour le futur, même si la France est mon pays et qu’y travailler un jour dans un environnement professionnel serait une belle opportunité. Je ne me fixe pas d’objectifs de destination, ce qui me motive est de pouvoir mettre mes expériences et mes compétences au service d’un projet sportif dans lequel je crois et dans lequel je peux exprimer ma sensibilité.