ITWD1

Alain Nicosia (CDJ Antibes/Juan-les-Pins) « Créer un groupe et lui donner une âme »

23/03/2021 à 16:35

Il y maintenant plus d'un mois le CDJ Antibes et la JS Juan-les-Pins annonçaient un rapprochement au niveau des catégories du foot à 11. Et la semaine passée, les deux clubs ont dévoilé le nom de leur nouveau coach en Seniors (D1), en la personne d'Alain Nicosia. L'ancien coach de la N3 de Mandelieu s'est donc exprimé sur son nouveau rôle et ses ambitions à ce nouveau poste. Entretien.

Alain, après votre départ de Mandelieu, vous avez rejoint la JS Juan-les-Pins. Quel était votre rôle ?

J’étais en charge de la section sportive de Juan-Les-Pins. C’est comme un sport étude avec des classes aménagées de la 6e à la 3e où les joueurs ont deux séances en plus par semaine. Mon rôle était surtout de les faire progresser au niveau technique et mental…

La semaine passée, le CDJ Antibes et la JS Juan-les-Pins annonçaient votre prise de fonction à la tête de l’équipe Seniors pour la saison prochaine. Qu’est-ce qui vous a poussé à prendre part à ce projet et ce nouveau poste ?

J’avais stoppé à Mandelieu car je n’avais plus la possibilité pour prendre part au projet à 100%. Mais au fil des semaines et des mois, cette aventure humaine commençait clairement à me manquer. Ça m’a fait du bien de couper pendant un moment, mais quand j’ai entendu parler de rapprochement, ça m’a vraiment intéressé. Après, on est venu à moi pour me proposer le poste et savoir si j’étais intéressé. Anthony Crivelli, le coach de cette saison avait envie de prendre du recul par rapport à son rôle de joueur également. Je me retrouvais pas mal dans l’identité qu’ils veulent donner et je connais bien le bassin antibois. J’avais vraiment envie de prendre part à ce challenge et faire partie des prémices de cette « entente ». Et j’ai très hâte de commencer à mener ce projet à bien.

« Créer des effectifs performants et cohérents »

Pour faire simple, le rôle de coach vous manquait ?

C’est un rôle qui demande beaucoup de temps et d’investissement. Après, c’est clair qu’être proche d’un groupe, essayer de créer un esprit, ça me manquait. C’est vraiment le côté humain que j’avais envie de retrouver au-delà de la technique.

Parlez-nous rapidement de ce rapprochement.

Juan-les-Pins n’a pas d’équipe Senior et est totalement axé sur les jeunes. Donc ce rapprochement aura lieu des U14 aux Séniors. C’est-à-dire que les catégories vont fusionner entre elles pour créer des effectifs performants et cohérents. Les deux clubs travaillent actuellement sur les équipes, les éducateurs… En tout cas, la période Covid permet de tout bien mettre en place pour la saison qui va arriver. Ce qui est sûr, c’est qu’on ne se fixe réellement de cap à atteindre, mais on va faire grandir ce projet sur les années à venir. Le but étant d’arriver à une fusion totale à la fin.

« Même chez les jeunes, on sent une démotivation… »

Pensez-vous que les fusions et les rapprochements seront les meilleures solutions à l’avenir ? Notamment avec une période de difficultés économiques.

Je pense que c’est clairement une solution pour que le football continue à grandir même dans les périodes les plus difficiles. Que ça émane des municipalités ou des clubs, il en faudra pour continuer à performer notamment chez les jeunes.

Quel est votre avis sur la situation du football amateur ?

La situation est carrément pire que la saison passée… Ce que je remarque surtout, c’est le désintéressement et le décrochage de nombreux joueurs. La période qu’on vit est tellement compliquée pour certains que je pense qu’il va y avoir beaucoup d’arrêts. Il y aura de la casse et on ressortira marqué de cette année. Même chez les jeunes, on sent une démotivation… Notamment avec le couvre-feu et le confinement le week-end. Ils ne savent pas quand ils s’entraînent, quand ils vont reprendre et tout ça donne un sentiment de lassitude à de nombreux gamins.

« À partir de là, je pourrais commencer à prendre la mesure de mon effectif. »

Logiquement, nous nous dirigeons vers une saison blanche. Vous êtes déjà concentré sur celle qui va arriver ?

On y va doucement. Ce que je souhaite, c’est que le confinement soit levé le plus tôt possible pour que l’équipe actuelle du CDJ puisse reprendre l’entraînement afin que j’y assiste. À partir de là, je pourrais commencer à prendre la mesure de mon effectif. Les points forts, les points faibles, voir s’il y a utilité à faire un recrutement… J’espère vraiment que ça se décantera vers mi-avril pour commencer à prendre part aux entraînements, possiblement mettre des joueurs à l’essai afin de constituer un groupe pour le mois d’août.

Vous avez déjà des projets de jeu en tête ?

Pas vraiment. On peut avoir des idéologies de football, mais le jeu passe par le travail effectué avec le groupe au complet. Après, j’ai toujours été un fervent supporter du beau jeu et de la possession. Mais est-ce qu’on jouera vraiment comme ça, je ne peux pas vraiment le savoir pour le moment.

« Quand j’aurais réussi mon travail sur le côté humain, on essayera d’être le plus performant possible. »

Quels sont vos objectifs et vos ambitions au sein de ce nouveau projet ?

Mon objectif premier sera de créer un groupe et lui donner une âme en fédérant tout le monde. Après quand j’aurais réussi mon travail sur le côté humain, on essayera d’être le plus performant possible. Ma mission va aussi de faire adhérer l’ensemble du groupe à mon projet et remettre les troupes en marche après ce long arrêt. On va beaucoup travailler pour aller chercher des résultats même si on en est encore loin. Il va y avoir une énorme préparation en vue de la saison prochaine. Je navigue un peu à vue mais avec des idées en tête.