Beach SoccerMarseille Beach Team

Théo Cantona : « J’ai eu un coup de cœur pour ce sport quand mon père a ramené la Coupe du Monde aux Caillols ! »

12/04/2021 à 12:15

Théo Cantona, le neveu d'Eric Cantona et fils de Joël Cantona, a décidé de revenir chez lui dans la cité phocéenne pour évoluer sous les couleurs du Marseille Beach Team. Pour Actufoot, il revient sur sa passion pour ce sport et évoque son rêve d'intégrer l'Equipe de France de Beach Soccer.

Théo, pouvez-vous nous raconter votre parcours dans le beach soccer ?

J’ai réellement commencé à pratiquer ce sport en 2017. Ma première saison s’est déroulée dans le club du Beach Soccer Aix (Aix-en-Provence, Ndlr). J’ai dû ensuite faire une pause, car je suis parti un an en Australie pour améliorer mon anglais et me faire une nouvelle expérience. Après cette année passée plus ou moins loin du beach, je suis revenu en France et j’ai passé deux très bonnes années à la Grande-Motte. Un club qui a remporté 4 fois le titre de champion de France de la discipline. Ce qui m’a permis d’évoluer et d’apprendre énormément de choses en tant que joueur. C’est un très bon club français ! Et maintenant me voilà au MBT pour cette nouvelle saison.

Théo Cantona en 2017 avec la Grande-Motte / Crédit : DR

Eric Cantona votre oncle et Joël Cantona votre père, ont été les précurseurs de ce sport en France. Concrètement, quelles influences ont-ils eues sur vous ?

Comme vous pouvez vous en douter, j’ai été bercé depuis tout jeune dans le football. C’est devenu naturellement une passion ! Puis j’ai découvert le beach soccer assez jeune. Bien sûr, mon oncle et mon père ont eu une grande influence sur moi. Le moment précis où j’ai eu un coup de cœur pour ce sport, c’est quand mon père a ramené la Coupe du Monde 2005 de la FIFA (la première édition FIFA, Ndlr) à la maison aux Caillols, à Marseille. Je n’en revenais pas ! La sélection française emmenée par mon oncle à cette époque avait réussi, à Rio de Janeiro, devant plus de 10.000 personnes à ramener la coupe en France. C’est vraiment ce moment qui m’a donné envie de faire de ce sport ma passion. Entre 10 et 15 ans, chaque été, pendant les grandes vacances scolaires, je suivais mon père et l’Equipe de France de Beach partout : en Italie, au Portugal, en Espagne et même en Norvège ! Tout ça dans le cadre du championnat d’Europe des Nations de Beach Soccer. Il y avait un très bon niveau. J’ai adoré passer ces moments privilégiés avec mes proches autour de ce sport. Cela m’a fait découvrir des coins du monde que je ne connaissais pas et c’est également pour ça que j’adore le beach ! Il faut juste une cage ou deux palmiers et du sable et c’est parti ! C’est un sport qui rassemble et qui peut être pratiqué partout ! Je remercie énormément mon père et mon oncle !

Pourquoi avez-vous décidé de signer au Marseille Beach Team ?

Et bien tout d’abord, en tant que Marseillais, j’ai toujours eu envie de porter le maillot de MBT ! C’est également un très grand club français. Nous avons 4 titres de champion de France (2ème club le plus titré de France, Ndlr) et puis bien sûr, je connais beaucoup de monde dans ce club. C’est une belle famille ! Ce sont des guerriers sur le terrain et ils ont un grand cœur en dehors. Ce sont des valeurs que j’apprécie beaucoup ! L’autre raison de mon départ de la Grande-Motte pour MBT est que par rapport à mon travail sur Marseille, il était préférable de signer ici. Je remercie énormément Gérald Guidarini et tout le club de MBT de me donner cette chance de jouer ici, dans ma ville !

Théo CANTONA rejoint le MBT 💗⚽️🖤
Une bonne chose pour le club et pour lui , on fera tout pour le mettre dans les…

Publiée par Marseille BEACH Team sur Jeudi 1 avril 2021

 

Je rêve de jouer pour l’Equipe de France de Beach Soccer »Théo Cantona

Quelles sont les qualités requises pour devenir un bon joueur de beach soccer ?

Alors, il faut savoir qu’un bon joueur de football ne sera pas forcément un bon joueur de beach soccer. On le devient à force d’entraînement et de répétition des gestes. C’est un sport très aérien, il faut donc être très agile au niveau technique, que ça soit pour contrôler, faire une passe ou finir en retournée, tout ça en l’air ! Il faut également une capacité à bien défendre et bien attaquer, car la surface du terrain est réduite. Les 4 joueurs, plus le gardien, attaquent et défendent. La tonicité et l’explosivité sont aussi des éléments déterminants, car courir sur le sable est très épuisant. En découle également le sang-froid, car en plein effort pour faire la bonne passe, la bonne finition, il faut constamment garder sa lucidité ! Je finirai par dire qu’à contrario, le beach soccer est très bénéfique pour le football. Quand on repasse sur une surface plus plane comme la pelouse ou le synthétique, on est bien plus explosif et on augmente sa vitesse de course. On augmente également beaucoup la technicité, et le jeu au pied de manière générale. C’est encore plus vrai pour les défenseurs et les gardiens de but.

Quelles sont tes ambitions à court et long terme ?

Mes objectifs à court terme, c’est déjà de progresser encore et toujours un maximum à chaque fois que je suis sur le sable. Puis dans second temps, je veux rapidement m’imposer à MBT pour jouer le plus de minutes possibles, m’éclater sur le terrain et apprendre aux côtés de grands joueurs comme Franck Gnepo, Dionizo Santos Dias, Anziz Ensoibou ou encore Salim Ben Boina et également d’un grand coach comme Gérald Guidarini. Je suis sûr d’avoir fait un bon choix et je vais me donner à fond ! Ensuite à long terme, même si je n’ai encore aucune expérience en tant que joueur international, je pense bien entendu à un jour porter le maillot de l’Equipe de France. C’est un vrai rêve pour moi de réussir un jour à ce niveau. Pour cela, il faut s’en donner les moyens, mais je crois en mes qualités. Je suis sûr que ça peut arriver. Alors on va continuer à travailler et on verra ce que l’avenir me réservera !