Football AmateurFormation

À l’US Lille Moulins Carrel, là où le football est plus fort que tout

10/06/2021 à 18:01

Avec plusieurs joueurs passant de ses équipes de jeunes à celles de structures professionnelles de la région (LOSC, VAFC, RCL) chaque année, l'US Lille Moulins Carrel est un vivier de talents. Coup d’œil sur un club qui accompagne les futurs pépites de demain, avec une équipe d'éducateurs dévoués et dont l'amour du football est plus fort que tout.

Il est à peine 13 heures quand sur le terrain du Stade Jean-Bouin, des dizaines de jeunes footballeurs en herbe se rassemblent petit à petit par équipe. Durant toute la demi-journée, l’US Lille Moulins Carrel reçoit l’école de football de son club partenaire : le LOSC. Et déjà, l’odeur du football plaisir et convivial règne sur les lieux, avant même que les premiers matches ne soit lancés. Au sein du club, plusieurs joueurs sont chaque saison sollicités par le LOSC, le RC Lens et le VAFC. Des résultats et une formation qui n’auraient que peu de récompenses sans un travail d’éducateurs passionnés et pour lesquels le bonheur des enfants est le plus beau des retours.

« Le fait que nos gamins jouent beaucoup dehors, additionné à l’expérience et aux connaissances des éducateurs nous permet de former de bons joueurs »Cédric Hamel, entraîneur et responsable des jeunes

Un vivier de jeunes talents

Si la vie dans les quartiers n’est pas toujours simple, le club de l’US Lille Moulins Carrel, situé dans une zone sensible de la métropole lilloise, ne cesse d’aller au-delà des problèmes qui peuvent exister dans les alentours. Au Stade Jean-Bouin, le football, et c’est une certitude, est bien plus fort que tout. D’autant plus quand un vivier de talents comme le sien ne cesse de perdurer.

« Le football est très important, mais on souhaite surtout former des hommes et des citoyens. Pour reprendre Cruyff, si tu ne formes pas l’homme, tu ne pourras pas former de joueur. Et puis je pense qu’on bénéficie du fait que nos enfants jouent beaucoup au football très jeune. Dehors, déjà, dans leurs quartiers respectifs. Et nous avons un groupe d’éducateurs expérimentés, dont certains ont connu le sport de haut-niveau, mais aussi d’autres qui officient depuis un certain nombre d’années. Alors le fait que nos gamins jouent beaucoup dehors, additionné à l’expérience et aux connaissances des éducateurs nous permet de former de bons joueurs et de bons hommes », explique Cédric Hamel, entraîneur de l’équipe première et responsable des jeunes.

Un accompagnement réfléchi sur le long terme

À l’US Lille Moulins Carrel, une raison précise peut permettre d’expliquer à quel point les jeunes footballeurs sont autant capables de rivaliser avec ceux des meilleurs clubs formateurs de la région : tout passerait en réalité par… la liberté du dribble. « Dès qu’ils sont petits, ce sont eux qui sont au centre du jeu. En foot à 4 ou à 5, on va leur demander de dribbler sans passer le ballon. Car une fois qu’on passe sur du foot à 8, avec un seul ballon pour 16 joueurs, nos gamins ne vont pas avoir peur de dribbler et auront développé différentes techniques de dribbles », poursuit Cédric Hamel, qui s’occupe également des U6 du club.

Ainsi, au plus les enfants grandissent, au plus le travail de l’éducateur, à l’image de Farid Bouramoula (responsable technique), est important pour venir recentrer le travail sur les détails qui permettront aux joueurs de progresser dans un ensemble plus élargi et plus précis.

L’US Lille Moulins Carrel veut passer un cap

Voyant les fruits d’un travail de longue haleine commencer à être récoltés, l’US Lille Moulins Carrel, conscient d’être à un tournant quant à la possibilité de s’inscrire parmi l’un des meilleurs clubs formateurs de la région, compte structurer encore un peu plus son projet. « On se rend compte qu’on a un bon niveau de formation pour les jeunes. Alors pour passer au niveau supérieur, on va essayer de mieux se structurer. Nous sommes donc en train de réécrire le projet du club, d’un point de vue socio-éducatif, associatif et sportif. On recherche tous les petits détails qui vont nous permettre de passer un cap et de devenir un club plus que crédible », confie Mehdi Guerrouad, coordinateur du club.

À l’image d’un Gaël Kakuta, aujourd’hui au RC Lens, passé entre autres par Chelsea, Séville ou encore la Lazio Rome et dont le premier club fut l’US Lille Moulins Carrel, il n’est pas impossible que les futurs footballeurs professionnels de demain se cachent d’ores et déjà dans ce club, là où le football est définitivement plus fort que tout le reste.

Par Lucas Obin

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟