InterviewNational 2

Enzo Bovis (FC Fleury) : « J’espère pouvoir remettre les pieds en sélection un jour »

17/05/2021 à 17:24

On poursuit aujourd’hui notre rubrique un jour-un club avec Enzo Bovis, défenseur du FC Fleury 91 (N2). Il revient pour nous sur son club de toujours qu’il a rejoint en débutant, ainsi que sur sa récente sélection avec le Madagascar.

Enzo Bovis, vous êtes l’enfant du FC Fleury 91, comment jugez-vous et définiriez-vous votre club ?

Le FC Fleury 91 est avant tout un club familial, encore plus pour moi puisqu’il a été dirigé par mon grand-père puis par mon père. Après, on a certes, une infrastructure familiale mais avec des ambitions qui restent assez importantes, de haut niveau et l’on se professionnalise quand même. Par exemple, on vient de recevoir notre nouveau stade, on a aussi notre vestiaire avec salles de musculations, etc. Avec tous les bénévoles qui nous entourent, on est un club ambitieux, c’est dans notre ADN et c’est vrai que chaque année on essaye de jouer le haut du tableau en travaillant tous ensemble pour arriver un jour à l’échelon de la N1.

L’année prochaine, ce sera la 8e saison d’affilée en N2, avez-vous les armes pour qu’elle soit enfin la bonne ?

On avait fait des premières saisons intéressantes en N2 après notre montée en N3, avant de connaître un petit creux à la suite de gros changements dans l’effectif. Là, on a réussi à stabiliser l’effectif actuel et pour nous sur le terrain, c’est très intéressant, notamment au niveau des repères. L’année prochaine, ce serait ambitieux de notre part de dire qu’on va monter, mais on va en tout cas tout faire pour être le plus performant possible et accrocher cette première place.

Quelle est votre place dans cet effectif ?

Ayant suivi toutes les évolutions du club, c’est une véritable fierté d’en être à son plus haut échelon, et de se retrouver tous les week-ends avec les bénévoles et les supporters. Pour eux aussi, qui m’ont vu grandir depuis tout petit, me voir jouer en équipe A ça leur fait plaisir également. Après, je ne sais pas si ma parole est plus écoutée dans le groupe, mais c’est vrai que j’ai un rôle stratégique en son sein dans la mesure où je représente l’image du club. Il faut faire attention à ce qu’on fait sur et en dehors du terrain, j’essaye donc de montrer l’exemple, notamment aux plus jeunes, et d’être un élément moteur pour l’équipe.

« Etre en sélection, c’est quelque chose de magique »Enzo Bovis

Vous avez connu en mars dernier le bonheur d’être appelé en sélection du Madagascar. Qu’avez-vous ressenti ?

Ma mère est née à Mahajanga à Madagascar et elle y a vécu jusqu’à ses 14 ans, ma grand-mère a passé sa vie là-bas. C’est donc une terre qui m’est très chère, j’ai la double nationalité et j’y vais régulièrement tous les deux ans. J’ai profité de la blessure de Jérémy Morel pour connaître ma première sélection et c’était forcément quelque chose de magique pour moi car on garde toujours un petit espoir que ça arrive. Et quand le moment est enfin venu, ce n’est réellement que du bonheur et j’espère vraiment pouvoir remettre les pieds en sélection un jour.

Justement, en juin débute la phase 2 des éliminatoires de la Coupe du monde 2022 avec un groupe où vous allez retrouver la RD Congo, le Bénin et la Tanzanie … Les Bareas peuvent-ils le faire ?

C’est quelque chose de très compliqué car seul le premier va pouvoir jouer la phase 3. Le Congo va être le grand favori du groupe mais après on sait que ce sont des matchs qui se jouent beaucoup à l’envie. Nous, à Madagascar, on reste ambitieux suite à notre dernier parcours durant les éliminatoires de la CAN et bien évidemment, l’idéal serait de rebondir suite à la non qualification qu’on vient de subir et offrir une Coupe du Monde au pays, ce serait formidable.

Avec Enzo Bovis dans le groupe bien évidemment…

Une fois qu’on a été appelé, on a bien entendu toujours l’ambition d’y retourner. Après je sais qu’il y a des retours de blessures et que ça ne va pas être évident pour moi d’être sélectionné mais je garde toujours l’espoir. En tout cas, j’ai été très bien accueilli, les Malgaches sont vraiment gentils et j’ai retrouvé quelques joueurs que je connaissais déjà donc ça m’a facilité l’intégration. En me retrouvant là bas, j’ai appris et pu grandir mais sans forcément être dépassé par le niveau car à Fleury on a aussi un effectif de très grande qualité.

« J’aime beaucoup Thomas Meunier qui a de l’impact physique et une qualité offensive que j’aimerais bien avoir »Enzo Bovis

Avez-vous l’ambition d’aller au dessus pour faciliter une prochaine sélection ?

Fleury c’est mon club et honnêtement je veux vraiment y rester, si c’est pour aller en National, je souhaite que ce soit avec eux. J’ai ma vie autour et je ne souhaite pas les lâcher, j’aimerais évoluer en même temps que le club. Cela serait pour moi comme un aboutissement et une sacrée belle histoire.

Quel défenseur êtes-vous ?

Je suis quelqu’un avec beaucoup d’envie, très vaillant sur le terrain, qui ne va rien lâcher et courir pendant 90 minutes, peu importe le résultat. J’essaye d’être un élément moteur mentalement et physiquement, d’aller à fond en ayant toujours beaucoup de niaque sur le terrain. Il me manque parfois un peu de vitesse et de technique dans le dernier geste. J’aime beaucoup un Thomas Meunier par exemple qui a de l’impact physique et une qualité offensive que j’aimerais bien avoir.

Y a t-il une personne qui a compté plus que d’autres dans votre parcours ?

Mon père m’a vraiment toujours suivi depuis que je suis petit et poussé dans le foot, avec les qualités et les défauts que cela a bien évidemment . Encore aujourd’hui, il est présent à tous les matchs et c’est lui qui me suit le plus. J’ai grandi avec le FC Fleury 91, donc je dirais mon père et le club de Fleury.

Je vous laisse le mot de la fin.

J’espère que pour tous les sportifs de France, le sport va pouvoir reprendre et recommencer à la normale à partir de la saison prochaine et j’ai vraiment hâte de retrouver tout le monde sur les terrains. Prenez soin de vous !

Par Reynald Trunsard

Photo : DR / FC Fleury 91