ITWLigue 1

Thomas Mangani : « le Vaucluse, mes racines »

08/06/2017 à 13:32

Milieu de terrain au SCO d'Angers, Thomas Mangani a une belle carte de visite derrière lui. Nancy, l'AS Monaco, le Vauclusien connaît bien le monde professionnel. Cela ne l'empêche pas de rester proche de sa région natale, de ses origines.

Une passe laser, un tir cosmique et une vision lunaire. Non non, ce n’est pas un script de la Guerre des Etoiles mais bien ce qui décrit le mieux le natif de Carpentras. Gaucher, Thomas Mangani est de ceux qui rendent le football plus beau. Sur mais aussi en dehors. Entre deux saisons, il fait toujours un petit détour par le Vaucluse et son club d’enfance, le FC Dentelles. Pour superviser, conseiller, il égaye la journée de jeunes footballeurs, rêvant d’imiter celui qui était à leur place il y a quelques années…

Thomas, est-ce un plaisir pour vous d’être là ?

Totalement ! C’est un réel plaisir de partager ce moment avec les jeunes. C’est même devenu une habitude de venir chaque année au mois de juin pour rencontrer les footballeurs de demain. Je suis super content de les côtoyer.

Vous leur donnez quelques conseils en tant que professionnel ?

S’ils m’en demandent, c’est avec joie que je leur répondrai. Par exemple, je leur dis que le foot, c’est avant tout un sport et donc un plaisir. Il faut créer des liens sur le terrain, mais aussi en dehors entre copains, c’est très important. En revanche, il ne faut pas oublier les études le travail à l’école, car ça aussi c’est super important !

A travers eux, vous revoyez-vous quinze ans en arrière, quand Thomas Mangani enfilait ses premiers crampons ?

Oui, complètement. On se revoit en eux. Et puis c’est vrai que j’étais comme eux. Passionné, et jeune, ce sont deux adjectifs qui s’accordent parfaitement, c’est extrêmement plaisant d’évoluer à leur côté cet après-midi. C’est le football de demain et on sent qu’ils ont la passion et l’envie de progresser.

On parlait de vos origines, vous qui êtes né à Carpentras. Quelles sont vos attaches avec le Vaucluse ?

Enfant, adolescent, j’ai toujours joué dans le Vaucluse (avant de rejoindre le centre de formation de l’AS Monaco). Je suis originaire de là, donc ce sont mes racines. Il y a ma famille, mes amis et puis on revient toujours avec plaisir sur les premiers terrains, ce sont où l’on a échangé nos premières passes, marqué nos premiers buts…

Justement, sur ces terrains, de nombreux acteurs du football amateur foulent ces pelouses tout au long de l’année. Quel regard portez-vous sur ce football ?

J’en porte un très beau regard. Ce sont également des passionnés qui sont sur ces terrains tous les dimanches. Je veux aussi tirer un grand coup de chapeau au club du FC Dentelles, où de nombreux bénévoles apportent leur aide. C’est magnifique de voir encore autant de passionnés et personnes dévouées à leur club.

Enfin, pour parler club, vous êtes actuellement joueur du SCO d’Angers. Retrouvez-vous toutes ces valeurs du football au sein de la structure angevine ?

C’est un grand oui. C’est un club qui a beaucoup de similitudes au niveau de la passion. C’est un club avec les vraies valeurs du football ancrées. Pour moi, le football, c’est des valeurs de partage, de plaisir. Il y aussi l’abnégation, car nous sommes des compétiteurs dans l’âme, on veut gagner. L’expression « que le meilleur gagne » prend alors tout son sens. Du moment que l’on donne tout sur un terrain, c’est l’essentiel !

Le mot de la fin pour cette belle visite à Dentelles ?

Le plus important, c’est de transmettre le message.