Quantcast
News

10 novembre | 14h38

A.Chatellier : « Chaque victoire me donne envie de faire plus »

Défenseur central au FC Sud Sèvre et Maine depuis petit, Aymeric Chatellier (22 ans) est également pâtissier (en devenir)... et il s'en donne les moyens ! Eléments d'explications...

LOIRE-ATLANTIQUE D1

Aymeric, peux-tu nous expliquer le concours que tu viens de passer ?

Nous avions quatre heures pour réaliser quatre bûches devant beaucoup de public. Un assez gros défi où j'ai pas mal stressé et travaillé mais ça en valait la peine. Mon titre de champion de France, officiellement appelé "Lauréat du Trophée International de la pâtisserie française, sélection France" se déroulait le week-end du 1er novembre au salon du chocolat à Paris.

Tu représenteras donc la France à l'international ?

Je serais donc le représentant hexagonal pour ce concours international, qui se déroulera dans plusieurs mois ou année à cause des conséquences sanitaires. D'ici là, c'était pour moi une expérience incroyable, de monter sur Paris avec des valises pleines de casserole et d'ingrédients, de stresser devant tant de grands chefs mais de réussir à été encore plus fou...

La pâtisserie, travail ou passion ?

Oui bien sûr, c'est mon métier mais j'adore le pratiquer. Evidemment, comme tout travail, il y a des tâches pénibles mais j'aime tellement faire plaisir en créant de mes propres mains que je ne garde que les bons côté(s).

Tu évoques souvent le stress, l'adrénaline... c'est aussi quelque chose qu'on retrouve dans le sport non ?

Personnellement, c'est surtout le dépassement de soi, de tout donner jusqu'au bout qui m'attire. Un concours, c'est un défi où il faut se préparer à répondre à un thème sans savoir ce que vont faire tes concurrents. Comme une saison de foot, on s'entraîne toute l'année pour gagner le dimanche mais on ne sait jamais vraiment à quoi ressembleront les adversaires (même avec toutes les infos d'avant match). Il faut donc toujours être prêt à se donner jusqu'au bout. Chaque victoire me donne envie de faire encore plus et les défaites, voir même séries noires que j'ai pu connaître au foot comme au travail, m'ont toujours forcé à persévérer.

Comment alternes tu entre l'esprit collectif sur un terrain et la "solitude" au moment d'exercer ?

Non au contraire, j'ai peut-être passé mon concours seul devant les jurys mais j'ai été soutenu et accompagné dès le départ par toute l'équipe de mon entreprise, de ma copine, ma famille où chacun a pu me donner son avis, ses idées, conseils pour que je réussisse.

Arrives-tu à concilier les deux justement ?

Pour ce métier, je suis encore très jeune (22 ans) mais oui, en allant à Angers j'ai réussi à avoir mes dimanche de libre et évidemment que ce genre de titre permette de s'arranger pour jouer le dimanche.

Justement, comment tu qualifierais ce début de saison ?

Assez fou, après une préparation vraiment pas flatteuse et des éliminations au 1ers tours de Coupe de France et de Coupe Atlantique. Cependant, sous les ordres de Fabrice Limousin, Swann Daviau et Samuel Lebastard, l'équipe a fait un super début de championnat avec une grande sérénité sur chacun de nos matchs (4 victoires, 2 défaites). Un vrai plaisir donc de pouvoir profiter de toutes ces victoires après toute cette période sans jouer et malgré le fait d'avoir perdu notre gardien, Charly Gerbaud, en début de saison.

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :