Quantcast
Interviews

23 septembre | 19h00

Abdelhak Oualik « La D1 de Futsal est trop basée sur le physique »

Au moment où la D1 Futsal vient de débuter sa saison, rencontre avec le président de l’un des favoris du championnat. Il s’agit d’Abdelhak Oualik du Mouvaux Lille Métropole.

D1 Futsal D1 Futsal Mouvaux-Lille Mouvaux-Lille Métropole Abdelhak Oualik

La saison a débuté par une victoire à domicile, qu’en retenez-vous ?

Nous avons largement dominé la première mi-temps. On aurait pu mener 4, voire 5 à 0 ! Quand une équipe comme Hérouville ferme le jeu, c’est souvent ce qui arrive. Ensuite, en deuxième période, même lorsque l’on a marqué, ils sont restés derrière. On a manqué de réalisme. Hérouville a bien résisté, mais on a mérité notre succès. Une première rencontre de championnat, c’est toujours compliqué. Il faut savoir la gagner. On l’a fait. C’est un échantillon de ce qui nous attend certainement tout au long de la saison.

Quels moyens vous êtes-vous donné durant l’intersaison pour avoir des chances d’être le champion de France 2022 ?

On a recruté un très bon entraineur, Tiago Polido, d’origine portugaise et également un préparateur physique chevronné : le brésilien David Cardoso. Le championnat de France a une spécificité. Il est basé sur le physique. La technique et la tactique ne prédominent pas. À partir de ce constat, ce qui est important, c’est avant tout de tenir ce rythme très élevé.

Quel bilan faites-vous depuis votre arrivée à Mouvaux durant l’été 2020 ?

Nous en sommes à deux-cents jeunes. On est un club de haut-niveau. La mairie tient son engagement. Nous avons des supporters qui viennent nous voir depuis Douai ou encore Orchies où nous étions auparavant.

Actufoot • Alana Farias Eduardo

Alanos Farias dit "Dudu, fixe-défenseur du Mouvaux-Lille Métropole

Quel impact a eu la crise sanitaire, l’an dernier notamment, avec l’arrêt de la compétition dans les jeunes catégories ?

Cela a été très difficile au niveau budgétaire. Nous n’avons pas beaucoup de soutiens financiers. Nous demandons davantage d’aides de la part du conseil régional ou encore de la Métropole Européenne de Lille. Concernant la MEL, nous aimerions qu’elle nous reconnaisse comme club de haut-niveau. Pour le moment, Mouvaux L.M. supporte tout l’aspect social métropolitain. J’envisage, avec optimisme, un tour de table avec ces différentes collectivités locales. Notre budget actuellement est d’environ 650000 euros, contrôlés et validés par la DNCG. Ça vaut un titre de champion !

En quoi votre politique de formation est-elle importante ?

Mon principal objectif, c’est de faire grandir le Futsal. Je voudrais que mon équipe ne soit composée que de joueurs français. Toute une stratégie est déjà mise en place en ce sens. Là encore, nous aurons besoin de tout le monde autour de la Fédération Française de Football mais aussi de la ligue régionale.

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :