Quantcast
News

21 septembre | 16h05

A. Cropanese : « On ne se cache jamais derrière la malchance »

Nominé pour le trophée du meilleur joueur de National au mois d'août finalement remporté par l'attaquant de Concarneau El-Khoumisti, le capitaine du FC Bastia-Borgo, Alexandre Cropanese, au club depuis 2017, s'est exprimé pour Actufoot. (Crédit photo : Icon Sport).

NATIONAL FC BORGO FC BORGO N1

Le FC Bastia Borgo, actuellement dernier du championnat de National, est loin de réussir son début de saison. Alors que la victoire leur tendait les bras contre Chambly vendredi dernier (1-1), ils ont encore une fois perdu des points en toute fin de match. Avant la réception du Red Star vendredi prochain, le capitaine de cette formation, Alexandre Cropanese (27 ans) s’est confié pour Actufoot. Son rôle, son entraîneur, son groupe… il s’est livré en toute franchise sur ce moment délicat que son club et lui traversent.

Comment expliques-tu le début de championnat compliqué de ton équipe ?

On a eu beaucoup de changement à l’intersaison, il y a beaucoup de joueurs qui sont partis et d’autres qui sont arrivées. Forcément il faut un temps d’adaptation pour créer des automatismes mais on sait que dans le football, malheureusement, le temps il est précieux. Nous en interne on voit quand même contrairement aux résultats qu’il y a de l’amélioration dans notre contenu. Malgré le fait qu’on occupe encore la dernière place du championnat, on y croit tous, on est tous persuadé qu’on va redresser la barre et remonter au classement.

Selon toi, de combien de temps l'équipe a besoin pour prendre ses repères ?

J’espère le moins possible, parce que comme je le dis le temps est précieux. Il faut être lucide et avoir conscience de la situation. On est dernier pour le moment, mais il faut vite que cela change. Il faut qu’on aille chercher cette première victoire qui va nous faire du bien, c’est sûr, mais il ne faut pas s’alarmer et rentrer sur le terrain avec les pieds qui tremblent par exemple. La saison est longue et ça va le faire.

Quel est le discours du coach dans ce moment délicat ? Quel levier utilise-t-il pour vous motiver ?

Il essaie d’être le plus juste possible. Quand il y des erreurs que l’on fait à répétition, il le dit, forcément il est strict là-dessus, et quand on fait les choses biens il sait nous le dire aussi. Pour nous motiver tout passe par le travail avec lui. Il nous fait comprendre, et d’ailleurs on l’a compris, qu’en travaillant dur, on y arrivera.

Mon rôle est de faire en sorte que le groupe se porte bien

En tant que capitaine, ton rôle prend une place encore plus importante dans ce genre de situation …

Oui ! Dès la préparation d’avant saison je prends mon rôle à cœur. Les nouveaux joueurs qui arrivent découvrent une île, un nouvel environnement, un nouveau club, des nouvelles valeurs … donc c’est à moi, accompagné des plus anciens, de les aider au mieux dans ce nouveau cadre. Ensuite, tout au long de la saison mon rôle est de faire en sorte que le groupe se porte bien. D’entrée de jeu on a mis l’accent sur l’état d’esprit parce qu’avec un bon sens du collectif, on savait qu’on pouvait se sortir de moment comme celui-là plus facilement.

A titre personnel, tes performances sont bonnes, c’est important de montrer la voie à tes coéquipiers ?

C’est mieux. On ne va pas se le cacher, la crédibilité on la gagne sur le terrain en étant performant. Si on ne fait que parler et qu’on ne montre pas l’exemple, derrière forcément les joueurs vont être moins être à l’écoute. Mais moi, comme tous mes partenaires, je travaille très dur. C’est vrai qu’en ce début de saison j’ai plutôt de bonnes statistiques avec ces trois buts, mais j’espère que j’en mettrai aussi des décisifs qui nous feront gagner des matches.

Qu’est-ce qu’il vous faut pour sortir de cette spirale négative ?

De l’expérience. On a un groupe jeune qui doit apprendre vite car beaucoup de choses se jouent sur des détails. Comme je le dis et comme le coach le dit, si aujourd’hui ces petits détails sont contre nous, c’est que sans doute les adversaires font certaines choses mieux que nous. Mais on ne se cache jamais derrière la malchance. Pour gagner les trois points, peut-être que nous on devra forcément rendre une copie parfaite. Mais en tout cas on est exigeant et c’est ce chemin-là que l’on suit.

Il vous manque encore ce fameux « match référence » ?

Je pense que la première victoire elle va venir dans un match où l’on va tout faire bien, où on restera concentré en appliquant les consignes du début jusqu’à la fin parce qu’on a par moment des petits trous d’air et on est vite sanctionné. Mais quand on aura ces premiers « trois ponts », on lancera enfin notre saison parce que nos contenus de match restent bons.

Vous recevez le Red Star ce vendredi, un adversaire qui connait lui aussi un début de saison compliqué. Est-ce le moment idéal pour vous de renouer enfin avec la victoire ?

Le moment idéal, il était là depuis le match contre Sète à la première journée. Là, malheureusement, nous sommes à la septième journée et on n’a toujours pas réussi à gagner donc tous les matchs sont bons pour le faire. J’avais dit avant le match contre Chambly qu’on venait pour prendre les trois points. À cinq minutes près, on avait réussi. Il faut retenir le positif de chaque match parce qu'ils sont tous différents. Il faut aller chercher cette première victoire dès ce week-end je l’espère contre le Red Star à domicile. Ça serait parfait et cela viendrait en plus bonifier le point du nul concédé la semaine dernière à Chambly.

Propos recueillis par Ahmet RAYMAN

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :