Quantcast
Interviews

10 mai | 17h18

Alexandre Torres : "C'est bien de partir sur une réussite de temps en temps"

Promu officiellement en National 2 avec le Stade Bordelais, le technicien revient pour Actufoot sur une saison sans véritable fausse note et nous en dit plus sur son futur. (Photo : Régis Hazenfus)

N3 NOUVELLE-AQUITAINE Stade Bordelais N2 Stade Bordelais

Alexandre, félicitations pour la montée en National 2 (validée ce samedi avec une victoire 1-2 sur la pelouse de la réserve des Girondins, ndlr). Quel regard portez-vous sur cette saison ?

Nous sommes allés au bout de l'objectif qui nous avait été fixé. C'est une saison très longue puisqu'elle s'étend en fait sur deux saisons avec le second arrêt des compétitions en novembre 2020. Donc il a fallu maintenir tout le monde dans l'objectif et l'atteindre le plus rapidement possible. Il a également fallu créer une nouvelle dynamique pour les joueurs et le staff. Donc nous sommes très satisfaits de ce que nous avons accompli.

Qu'entendez-vous par la création d'une nouvelle dynamique ?

Lors de la saison 2019-2020, nous descendons en N3 car nous étions sous la barre de flottaison au moment de l'arrêt des championnats. 25 joueurs décident alors de nous quitter à l'intersaison. A ce moment-là, nous nous réunissons avec les dirigeants et dans 95 % des cas, l'aventure se termine avec le coach. Mais, nous nous sommes posés, nous avons dit que nous avions les ressources et les compétences pour repartir sur un nouveau projet. Je l'avais déjà fait par le passé et nous nous savions capables de renouveler cette perf'. Deux ans après, la satisfaction est là.

A quoi j'aspire ? Finir mon BEPF d'ici la semaine prochaine déjà. C'est une formation super enrichissante qui me fournit des atouts supplémentaires pour coacher. Ensuite, trouver un projet qui me permettra de progresser et d'emmener mon fonctionnement et mon projet de jeu sur des niveaux supérieurs.

Quand avez-vous pris la décision de quitter le club à l'issue de cette saison ?

C'est une décision qui a été mûrement réfléchie au fil de la saison. Cela fait six saisons que je suis ici. La première année, je récupérais une équipe qui venait de descendre de N3 et le président voulait remonter immédiatement. Nous l'avons fait. Nous avons ensuite réussi à nous maintenir avec des moyens limités pendant trois saisons. Le challenge était maintenant de remonter après la relégation de 2020. J'ai l'impression d'avoir rempli l'objectif et d'avoir tout donné pour le club. Je le laisse dans les meilleures dispositions sportives possibles avec un groupe sain, une montée, des jeunes qui se structurent. De temps en temps, c'est bien de partir sur une réussite, tous les coachs n'ont pas cette chance. Le temps est venu pour moi de me projeter sur un nouveau challenge.

A quoi aspirez-vous désormais ?

Finir mon BEPF d'ici la semaine prochaine déjà. C'est une formation super enrichissante qui me fournit des atouts supplémentaires pour coacher. Ensuite, trouver un projet qui me permettra de progresser et d'emmener mon fonctionnement et mon projet de jeu sur des niveaux supérieurs.

Visez-vous un niveau en particulier ? Le N1 semble être la prochaine étape pour vous...

J'attache de l'importance à la qualité de la rencontre qui aura lieu avec le club et son président. On oublie souvent que la réussite d'un projet dépend beaucoup de la relation qui peut se nouer entre un entraîneur et une équipe dirigeante. C'est la locomotive qui entraîne tous les wagons derrière. Ce sera donc mon critère de choix principal. Ensuite, il faudra aussi voir dans quelle mesure le club me laissera la liberté de mettre en place mon projet de jeu.

Et ce projet de jeu, par quoi se caractérise-t-il ?

C'est un projet de jeu fait d'initiative, comme celui que nous avons mené cette saison. Je veux que mon équipe soit protagoniste des débats. Je prends du plaisir à travailler, donc je veux que mon équipe reflète cela.

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :