Quantcast

Sponsorisé

News

11 janvier | 17h14

Anthony Esparza : « Le gymnase Jacques Brel, c'était la Bombonera ! »

Vainqueur 6-0 du Futsal Club Chavanoz, relégué de D1 la saison dernière, en finales régionales de la Coupe Nationale, la toute jeune section futsal de l'ASSP, née d'une fusion avec la Team Bel Air, n'en finit plus de surprendre. Pour Actufoot, son capitaine, ancien de l'OL et du GOAL FC, raconte l'histoire et les objectifs de cette équipe de potes.

AS SAINT-PRIEST Coupe Nationale Futsal AuRA Coupe Nationale Futsal

Anthony, quelle perf' ! Comment expliquez-vous cette démonstration face à une équipe de Chavanoz qui évolue aux plus hauts niveaux nationaux ?

Je pense qu'ils ont lâché un peu après le troisième but, ce qui explique le gros score en fin de match. Ils en encaissent un sur powerplay puis un autre sur jet-franc après cinq fautes. Mais on a été relativement solides sur l'ensemble du match en gardant notre cage inviolée.

Qu'est ce qui fait votre force ?

Chavanoz, on sentait que c'était une équipe rodée aux particularités du futsal. Alors que nous, on vient tous du foot à 11. Mais c'est peut-être ça qui fait notre force finalement, le fait qu'on ait pas des attitudes de futsal. On a confiance en nos qualités, on sait qu'on peut rivaliser avec les meilleurs. Il y a des automatismes et ça se ressent sur le terrain.

Quelle est l'histoire de cette bande de potes ? D'où venez-vous ?

On est tous de Saint-Priest. A la base, on a commencé avec du foot à 5. On a fait pas mal de tournois et les résultats ont rapidement été au rendez-vous avec deux titres de champions de France notamment. Ensuite, on a décidé de se structurer en montant la Team Bel Air en compagnie de Muhammed Avci, Ali Ghenmazi et d'autres. On a fait parler de nous assez rapidement là aussi, en atteignant la finale de la Coupe du Rhône à deux reprises, sans parvenir à soulever le trophée. Puis à la fin de la saison dernière, on a fait évoluer le projet d'un commun accord avec l'AS Saint-Priest.

Vivre des émotions comme celles-ci entre potes, il n'y a pas plus beau.

Que vous a apporté cette fusion avec l'ASSP ?

Cette fusion nous a énormément apporté en terme de structuration. Le président Patrick Gonzalez s'est tout de suite investi dans le projet en gérant tous les à cotés. Il nous a offert trois jeux de maillots, a cherché des créneaux, s'est occupé des arbitres. Il nous a vraiment mis bien.

Le foot à 11, c'est une page que vous avez tourné de bon ?

Ah oui franchement, le foot à 11 c'est terminé pour moi, ça y est ! Je prends énormément de plaisir dans cette discipline avec mes potes. Et vivre des émotions comme celles-ci entre potes, il n'y a pas plus beau. On remplit les gymnases, on fait vivre des émotions à nos proches, nos amis et à tous ceux qui viennent nous voir : c'est exceptionnel ce qu'on vit.

On imagine que vous vous êtes fixés des objectifs sympas cette saison...

On vise la montée en D1 en fin de saison et une victoire en Coupe du Rhône. On reste sur deux finales perdues donc on aimerait bien que cette année soit la bonne et en championnat nous sommes leaders invaincus... Ensuite, on veut aller le plus loin possible en Coupe Nationale. On aimerait bien tirer une D1 à domicile, une équipe qui n'est pas du coin, contre laquelle on a jamais joué, ce serait top. On veut revivre des moments comme celui qu'on a vécu ce dimanche. Le gymnase Jacques Brel, c'était la Bombonera !

Recuelli par Simon Marachian

Photo : Sulyvan Manfroi - AS Saint-Priest

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :

Sponsorisé