Interviews

21 juillet | 14h55

A. Retière : « L'USJA sort grandie de cette crise »

Club pionnier du département Loire-Atlantique, l’USJA Carquefou s’est servie de la Covid-19 pour se réinventer. Dans le cadre du dossier "Top licenciés", le président, Anthony Retière, raconte à Actufoot l’évolution qu’est en train de connaître le club carquefolien.

USJA CARQUEFOU Licences LICENCIÉS

Cette année encore, l’USJA Carquefou est le deuxième club de Loire-Atlantique en termes de licenciés. Comment l’expliquez-vous ?

Je pense que cela fait vraiment très longtemps que l’on est aux alentours de ces chiffres-là. La population carquefolienne grandit, celle de nos voisins aussi comme à Saint-Joseph de Porterie par exemple. On renvoie l’image d’un club dynamique et attractif mais je dirais que le souci ne vient pas du nombre de joueurs qui peuvent nous rejoindre. C’est plutôt que nous n’avons pas la capacité d’accueillir tout le monde.

Quels sont les axes de votre politique de formation ?

On reste sur notre plan de formation, à savoir celui de la performance. Il ne faut pas qu’on change notre philosophie de jeu et notre projet sportif. Nos jeunes licenciés ont besoin d’entendre le même discours que les années précédentes. On fera avec les éléments qu’on aura, et on ne changera pas notre façon de fonctionner.

Etes-vous optimiste malgré la situation actuelle ?

C’est vraiment la mobilisation des bénévoles et des éducateurs qui nous a permis de maintenir une certaine activité. On sait bien que dans le sport, la compétition maintient tout le monde en haleine. Je suis plus inquiet sur le niveau sportif que sur le nombre. Beaucoup de jeunes sont encore motivés même s’il en existe de plus en plus en "touristes". A nous de faire en sorte de pouvoir associer performance et loisir.

"On a profité de cette période plus calme pour travailler sur le projet sportif, notre jeu et la philosophie que l’on met en place"

Anthony Retière, président de l'USJA Carquefou

La distance n’a donc pas été un frein à votre communication ?

Tout le monde sait comment fonctionne aujourd’hui la technologie. Le plus important, c’est la finalité. Tout le monde parle football mais chacun avec ses propres mots. Après, c’est sûr qu’on s’est posé des questions qu’on ne se posait pas forcément avant.

Justement, qu’en est-il des féminines par exemple ?

C’est un projet relativement récent au club. On n’a jamais vécu une année complète et on aurait voulu plus de temps avec elles. Nous allons offrir les équipements pour leur section la saison prochaine et on part du principe qu’on ne fait pas de distinction entre les filles et les garçons. On leur apprend la même chose, l’état d’esprit de la gagne.

Et en matière d’arbitrage ?

On a travaillé dessus. Notre souhait est de pouvoir fédérer avec les clubs autour, se retrouver entre nous, car parfois, ils se retrouvent livrés à eux-mêmes. L’objectif est qu’ils échangent sur la façon dont ils voient les choses. On voulait l’amicale des arbitres et y mettre des gens compétents, notamment Tony Heurtebis pour encadrer. Il faut que l’on donne envie. Les enfants aiment les joueurs pro, un arbitre doit pouvoir se comparer à des arbitres locaux qui évoluent en région ou en nation.

L’USJA peut-elle faire face à la "concurrence" à court ou moyen terme ?

On a profité de cette période plus calme pour travailler sur le projet sportif, notre jeu et la philosophie que l’on met en place. Que ce soit au niveau Ligue ou District, tout le monde doit avoir la même info. On propose aussi des stages vacances afin de pouvoir offrir le maximum de plaisir et de jeu.