Quantcast

Sponsorisé

Dossiers

19 novembre | 13h15

Au coeur du MNVDB, Petit Poucet de la Coupe de France

Lors du 7e tour de la Coupe de France le Marcoussis Nozay la Ville-du-Bois FC pensionnaire de D1 Essonne éliminait 3-2 le Pays du Valois qui évolue en R1. Alors que le 8e tour se profile, le MNVDB va devoir réaliser un exploit encore plus grand s'il souhaite continuer l'aventure. Reportage à Marcoussis, au coeur du Petit Poucet.

COUPE DE FRANCE Marcoussis Nozay la Ville du Bois FC

Sponsorisé

Mardi 14 novembre, 20h, stade du Moulin à Marcoussis, le Marcoussis Nozay Ville du Bois FC, prépare son huitième tour de Coupe de France face au Vierzon FC qui évolue en N2. Lors du tour précédant le MNVDB qui évolue lui en D1 a réussi l'exploit d'éliminer le Pays du Valois (R1) 3-2. Au stade du Moulin, football et rugby se côtoient, il faut dire que la ville de Marcoussis possède une histoire assez particulière avec le rugby puisque le Centre National du Rugby s'y trouve également, une sorte de Clairefontaine du ballon oval accueillant toutes les catégories des équipes de France de Rugby. Ainsi, les clubs de football et rugby s'entraînent en même temps sur deux terrains différents.

Le terrain de football a une certaine particularité, il est entouré d'une piste d'athlétisme stabilisé sur laquelle de nombreux coureurs et coureuses circulent et pour certains à grande vitesse. Seule la partie menant à l'entrée de la pelouse n'est pas stabilisé, elle est recouverte d'un synthétique vert tout comme le terrain. L'entrée vers la pelouse s'apparente donc à la traverse d'un passage piéton, à la différence que les piétons n'ont pas la priorité ! Chaque personne regarde donc à gauche puis à droite avant de traverser et comme sur la route la vigilance est de mire notamment avec les plus petits qui sont les plus sujets à des accidents. Comme ce gamin ayant failli être percuté de plein fouet par un coureur, mais sauvé par un homme d'une extrême vigilance.

Actufoot • Image00015

Le terrain entouré de la piste d'athlétisme

Actufoot • Image00011
Actufoot • Image00016

L’accès à la pelouse synthétisé

Une atmosphère détendue

Revenons au football. En attendant l'arrivée des joueurs, l'entraîneur Florent Vovard et son adjoint sont déjà sur la pelouse, autour d'eux les premiers ateliers sont installés. Les premiers joueurs arrivant sur la pelouse se défient au tennis-ballon en attendant les autres. Une fois tous les joueurs présents, petit point organisationnel avec Arthur Didier le responsable sportif de l'équipe. Ce dernier revient une dernière fois à la charge auprès des joueurs pour leur demander le nombre de places qu'ils souhaitent avoir pour le match face au Vierzon FC. Conclusion : "On essaye de s'organiser, mais il y a moyen que ce soit la merde", il risque d'y avoir des malheureux et des heureux.

Cette séquence témoigne de la bonne ambiance et surtout de l'atmosphère très détendue qui règne au sein du groupe malgré l'enjeu de taille qui les attend ce dimanche face à Vierzon. C'est d'ailleurs ce calme et cette sérénité ambiante qui semblent en plus des efforts fournis, être à l'origine de la réussite du MNVDB. En effet, l'entraîneur Florent Vovard nous confirme que les séances d'entraînement sont restées les mêmes peut importe les échéances "Nous allons vivre la semaine comme n’importe quelle autre semaine de compétition, d’un point de vue footballistique la rencontre sera abordée de la même façon que d’habitude". Il est rejoint sur ce point par Mehdi Chtiba, l'un des joueurs de l'équipe qui avait d'ailleurs marqué face au Pays du Valois : "Je pense justement qu’en changeant nos pratiques habituelles l’on ne se rendrait pas service, nous sommes arrivés à ce niveau avec nos méthodes, je pense qu’il faut les garder."

Une équipe qui ne craint ni rien ni personne, la mentalité du MNVDB est très bien résumée par Hugo Gonçalves, coéquipier de Mehdi Chtiba : "C'est onze hommes contre onze hommes, les matches se gagnent sur le terrain pas dans le vestiaire, on sera des guerriers, les exigences sont hautes depuis le début de saison elles le seront encore plus lors de ce match."

Actufoot • Image00001

Mehdi Chtiba et Hugo Gonçalves

L'entraînement

"On essaye quand même d'identifier les aspects où l’on doit être plus rigoureux" indique le coach, donc malgré cette bonne atmosphère les entraînements sont exigeants. Vers 20h20 le groupe est scindé en deux chacun sur un atelier. Sur le premier, la barrière de sécurité qui était utilisée pour le tennis-ballon est remise à contribution. De chaque côté en file indienne, les joueurs font des échanges avec un rebond, à chaque remise ils passent faire des gammes sur les échelles à côté, puis se remettent dans la file. À côté, petit exercice d’échange de passe. "Apporte des variantes à l'exercice" lance Florent à son adjoint. Le premier ne semble ne pas souhaiter rester dans quelque chose de redondant.

Une fois, les groupes ayant exécuté les deux exercices, deux retardataires arrivent. "L'équipe trois ne s'entraîne pas ce soir" leur lance un joueur, l'ambiance est aussi chambreuse. Florent Vovard avait, avant la séance, installé deux carrés de coupelles dans lesquelles les joueurs par équipes de quatre s'adonnent à de la conservation de balle, deux jokers qui échangent avec l'équipe en possession du ballon sont installés dans les deux carrés. Cela donne lieu à de belles séquences de possession, toujours dans sa logique de variante, le coach impose seulement trois touches de balle par la suite.

20h45, le groupe est de nouveau scindé en deux. Cette fois, le coach et son adjoint ne prennent que neuf joueurs avec eux ainsi que le gardien qui quitte son entrainement spécifique qui avait lieu sur l'autre moitié du terrain. Ils travaillent sur des exercices de cheminement répétés, se terminant par une frappe pour mettre à contribution le gardien. Des schémas de passe passant par l'axe et les deux côtés voué à être réutilisé en match. Le faible nombre de joueurs et la présence du capitaine laissent à penser qu'il s'agit des joueurs qui vont composer le onze de départ ce dimanche face à Vierzon.

De l'autre côté, le reste du groupe s'en va avec le responsable sportif Arthur Didier. Les barrières de sécurité sont de nouveau mises à contribution dans des buts cette fois. L'objectif cette fois est de marquer par-dessus ou en dessous de la barrière en passant par les côtés où sont placés des joueurs en tant qu’appuies. Ces oppositions nous gratifient de quelques scènes amusantes, comme ce moment où Arthur Didier qualifie l'une des oppositions de "la plus moche depuis le début" ou alors ce moment où seuls les buts au-dessus de la barrière sont désormais comptabilisés, car l'une des deux barrières est trop basse pour que les ballons passent en dessous.

Actufoot • Image00009
Actufoot • Image00008

Florent Vovard dirigeant sa séance

Le soutient du public

La séance se conclut tranquillement sur des oppositions avec l'ensemble du groupe. En fin de séance les plus jeunes sont priés de rangers les grandes cages. À lire ce reportage et avec la dynamique du MNVDB l'on pourrait croire que tout est rose mais Florent Vovard ne se fait pas d'illusion là-dessus, il sait que malgré une énorme première période face au Pays du Valois la deuxième n'a pas été à la hauteur : "La seconde période fut beaucoup plus compliquée, nous avons senti l’écart de niveau d’abord sur l’aspect athlétique, ensuite sur la gestion d’un match de haut niveau, nous avons senti qu’eux avaient plus l’habitude de ces scénarios", bien qu'il insiste sur le fait que cette victoire n'a pas été volée.

Dans ces moments le MNVDB peut compter sur son public pour pousser. Comme le dit si bien Hugo Gonçalves "Le public a été très important et il le sera encore plus lors du prochain tour". D'ailleurs des anciens membres du club ont créé un KOP de supporters nous indique l'entraîneur. "Cela nous aide dans les matches, c’est un supplément d'âme", ajoute-t-il. D'autant que comme nous l'indique encore une fois Hugo, "Ce sera la première fois pour beaucoup d’entre nous que l’on jouera une N2". Pas de quoi faire peur à Hugo et Mehdi pour autant, à la question vous sentez-vous capable de le faire, leur réponse est claire : "Bien sûr, tu nous ramènes même le PSG, nous sommes capables de le faire", répond instinctivement Mehdi, Hugo lui emboîte le pas avec un "Il n'y a aucun doute là-dessus".


Un reportage signé Bilal BEY

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :