Quantcast
News

17 mars | 8h30

Baïla Dia : « C’est à la fin de la saison que l’on fera les comptes »

Vainqueur ce week-end dans le derby parisien face au Paris FC (1-0), le Racing CFF s'est emparé de la tête du championnat U18 de Régional 1. L'entraîneur Baïla Dia revient sur ce succès et évoque les objectifs de fin de saison.

Racing CFF U18 R U18 R1 IDF

Cette victoire face au PFC a-t-elle une saveur particulière ?

Oui, ce sont deux gros clubs historiques de la région parisienne. C’est un match qui a été difficile à préparer parce qu’il y a eu un mois de trêve. Moi-même, je suis un ancien du Paris FC. Cette victoire avec le nouveau classement en plus a une saveur particulière.

Vous n’avez plus perdu en championnat depuis le 7 novembre dernier (2-4 contre Torcy), comment expliquez-vous cette belle forme ?

On prend les matchs les uns après les autres et on ne s’enflamme pas. Parce que malgré la série aujourd’hui, la réalité est que l’on n’a encore rien fait. C’est à la fin de la saison que l’on fera les comptes. Ce qui nous permet de tenir cette série, c’est l'état d'esprit du groupe. J’ai la chance d’avoir des joueurs qui vivent et s’entendent très bien, ce qui me permet de maintenir les jeunes sous pression et de toujours tout dédramatiser. Mais surtout de pouvoir prendre les matchs les uns après les autres.

Clairement je ne parle pas avec mon groupe de jouer la montée

Baïla Dia, entraîneur des U18 R1 du Racing CFF

Vous profitez également de la défaite de Fleury (1-2 contre Mantois) pour vous emparer de la première place. Pensez-vous à la montée et en parlez-vous avec vos joueurs ?

Je mentirais si je disais que les joueurs n’en parlent pas entre eux, forcément. Je fais en sorte de ne surtout pas évoquer surtout ça avec eux. Parce que ce serait tomber dans de la facilité et faire peut-être un peu moins d'efforts. Je leur dis que c’est à la fin de saison que l’on fera les comptes. Aujourd’hui, clairement je ne parle pas avec mon groupe de jouer la montée. Je leur dis surtout de prendre les matchs les uns après les autres et de ne pas aller plus vite que la musique, de ne pas faire de calculs de victoires ou de défaites. Parce que c’est le meilleur moyen de se tirer une balle dans le pied.

Quels sont les axes d’améliorations pour votre équipe ?

Il y en a encore pas mal. Ce qui fait notre force mais également un point à améliorer est que l’on a gagné beaucoup de nos matchs par un but d’écart. Cela démontre une force de caractère mais aussi la difficulté de se mettre rapidement à l'abri. On mène par plus d’un but d’écart et on se fait remonter. Ou à l’inverse, on attend d’être mené pour revenir au score et réagir. C’est vraiment de travailler sur une maturité dans le groupe, comprendre la physionomie du match et pouvoir s’adapter le plus rapidement possible. C’est ça qu’il manque.

Elie Rollé

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :