Quantcast
News

9 février | 10h10

Bergerac : la meilleure défense, c’est l’attaque !

Après avoir éliminé deux équipes de L1, Bergerac va affronter le FC Versailles 78 ce mercredi en 1/4 de la Coupe de France. Si les pensionnaires de N2 sont les petits poucets de la compétition, ils peuvent jouir d’une statistique qui les érigent en grand : en 8 matches de coupe, ils n’ont encaissé aucun but. Focus sur cette solidité défensive.

COUPE DE FRANCE Bergerac Périgord Bergerac Périgord N2

Alors qu’ils ont successivement éliminé deux équipes de Ligue 1, le FC Metz (0-0, 5-4 après TAB), puis l’ASSE (1-0), les joueurs bergeracois vont tenter de rallier les demi-finales de la Coupe de France ce mercredi (18h30) contre le FC Versailles 78, un adversaire de même niveau (N2). Petit poucet de la compétition, le FCBP affiche pourtant une étonnante solidité défensive. La statistique est peu croyable, mais les hommes d’Erwan Lannuzel n’ont encaissé aucun but depuis leur entrée en lice dans la compétition. Pour le capitaine de l’équipe, Damien Fachan, il n’y a rien de surprenant : « Les efforts réalisés sur le terrain sont incroyables. Ce n’est pas un hasard. Quand on ne prend pas de but sur une période aussi longue, c’est forcément qu’il y a du travail derrière. Quand tu vois un mec qui se bat à côté de toi, ça te donne forcément un regain d’énergie, et cela, peu importe le match, que ce soit Versailles, Saint-Étienne, Metz, ou Chamalières en championnat. »

« On essaie de proposer du beau football »

Dit comme ça, nous pouvons penser que Bergerac est une équipe qui mise essentiellement sur les aptitudes physiques et sur le redoublement d’efforts de chacun pour sécuriser ses cages. Mais il n’en est rien. Si le FCBP est la meilleure défense en coupe et en championnat, c'est également une équipe qui aime se projeter vers l’avant. Dans la poule D de N2 dans laquelle Bergerac est leader, seules quatre formations ont inscrit plus de buts que les Bergeracois (22) : « Ce qui me rend le plus fier avec cette statistique, c'est que nous ne sommes pas du tout une équipe défensive, raconte Fachan. On essaie de proposer du beau football. On est une des meilleures attaques du championnat, et en Coupe de France on a quand même mis quelques buts. Je prends souvent cet exemple où en début de parcours, on a joué les Portugais de Pau. On a gagné 6 - 0, mais je suis persuadé que 3/4 des équipes se seraient relâchées et auraient encaissé un but dans ce genre de matches. »

« Chacun d'entre nous veut remporter ses duels et régner en maître dans sa zone »

Mais alors, comment peut-on expliquer une telle solidité défensive ? Le gardien Pierre Laborde-Turon nous a donné quelques éléments de réponse : « En début de saison, on a travaillé cette façon de défendre tous ensemble. Après, c’est aussi une question de confiance et de responsabilité. Chacun d'entre nous veut remporter ses duels et régner en maître dans sa zone", explique-t-il. On a à cœur d’aider nos coéquipiers qui ont besoin d’aide, et on n’hésite pas à se battre les uns pour les autres. On part toujours avec les mêmes principes de jeu que ce soit en coupe ou en championnat, et cela, peu importe l’adversaire que nous avons en face. Quand on a commencé le parcours en octobre, c’est nous qui étions favoris lors des premiers tours, mais on a toujours eu la même façon de jouer et d’appréhender les rencontres. » Le capitaine insiste également sur ce point important. À Bergerac, on ne choisit pas les matches, on les joue tous à fond : « C’est une chance véritable pour nous d’arriver à mettre autant d’importance dans un huitième de finale de Coupe de France contre Saint-Étienne puis cinq jours après en championnat contre Chamalières. Quand on approche des gros matches, il n’y pas la fameuse pression négative qui nous inhibe et cela nous donne envie de bien faire à chaque fois. »

« Ce n’est pas uniquement grâce au gardien ou aux défenseurs »

Même si l’exploit ne date pas d’hier, Laborde-Turon a encore du mal à prendre conscience de ce qu’il réalise avec son équipe : « On pourrait me le dire dans cinq ou dix ans que je ne réaliserai pas encore qu’en 8 matches de Coupe de France, on n'a pas encaissé le moindre de but. Mais attention, ce n’est pas uniquement grâce au gardien ou aux défenseurs. C’est vraiment le travail de la totalité du groupe. C’est une belle récompense pour nous tous. » Face aux grosses équipes de Ligue 1, le portier bergeracois ne ressens pas plus pression que d’habitude. Selon lui, ses défenseurs lui facilitent bien les choses, même s’il doit redoubler de vigilance : « Sur les premiers matches de Coupee justement, j’avais peut-être un ou deux ballons qui arrivaient à moi. Mais contre les équipes de L1, c’est différent. Face à Saint-Etienne par exemple, j’ai eu un ou deux arrêts à faire, mais je devais surtout mieux gérer les situations en profondeur parce qu’ils ont une vision de jeu différente de la nôtre et surtout des positionnements que l’on pas l’habitude de voir en N2. Donc je dois être plus attentif. Mais de là à dire que je suis davantage sollicité non. J’ai la chance d’avoir une ligne défensive très solide devant moi qui ne me laisse que les miettes (rires). »

Si Bergerac n'entre pas sur le terrain en ayant pour unique objectif de défendre, l'escouade d'Erwan Lannuzel est quelques fois bien obligée de trahir ses principes, mais jamais pour très longtemps : « Saint-Étienne et Metz nous ont imposé des phases de possession de balles où notre bloc a dû reculer de 10 mètres par rapport à d’habitude, analyse le capitaine. Mais nous, de notre côté, on ne se dit pas d’entrée de jeu qu’il faut reculer contre ces équipes-là. Ce n’est pas du tout la mentalité du coach, et c’est n’est pas l'état d’esprit de notre groupe. Nos résultats en championnat puis en coupe nous ont permis d’acquérir une confiance assez importante. Et c’est vrai que sur le terrain cela nous aide, parce qu'on ne ressent pas forcément la nécessité de reculer contre les grosses équipes.» Bergerac va-t-il continuer d’assouvir sa folle statistique ? Réponse aux alentours de 20h ce mercredi.


Propos recueillis par Ahmet RAYMAN

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :