Quantcast

Sponsorisé

News

13 octobre | 13h23

Bordeaux, le boulet Koscielny ?

Actuellement blessé, Laurent Koscielny (36 ans) a le pouvoir de décider seul s'il souhaite activer une prolongation de deux ans à Bordeaux écrite dans son contrat. Une situation, au vu des émoluments du défenseur, qui ne fait pas les affaires de la nouvelle direction girondine.

BORDEAUX BORDEAUX L2 Laurent Koscielny

Sponsorisé

Ce ne sera pas faire offense à Laurent Koscielny que de dire qu'il se rapproche plus de la fin que du début de sa carrière. Arrivé chez les Girondins de Bordeaux en 2019 en provenance d'Arsenal, le défenseur s'est immédiatement imposé comme un cadre de l'équipe. Son expérience et son leadership naturel l'ont amené dès l'été suivant à endosser le rôle de capitaine lors de l'arrivée de Jean-Louis Gasset sur le banc. A cette époque-là, le contrat signé par l'international français (51 sélections, 1 but), ne pose pas question mais il en est bien autrement aujourd'hui. Dans les colonnes de l'Equipe ce mercredi, nous apprenons que l'ancien Gunner a paraphé un bail de trois saisons + deux en option qu'il peut décider seul de lever. En juin prochain, il arrivera donc à un tournant de son histoire girondine sur le plan contractuel et sa future décision est scrutée depuis déjà quelques temps en interne par les nouveaux repreneurs.

Un contrat longue durée qui pose question et un poids pour les finances du club

Pourquoi ? Parce que le Français émarge à 3 millions d'euros brut par an et que les Girondins sont censés lui verser encore 5 millions d'euros d'ici la fin de leur engagement. Un poids certain pour les finances du club au scapulaire qui projetterait de négocier à la baisse les sommes prévues il y a trois ans par GAPC. Un montage financier avec 5 ans de contrat garanti qui a tout de même de quoi étonner pour un joueur âgé de 32 ans au moment de sa signature. Sur le point de revenir de blessure, Koscielny dispose par ailleurs d'une clause de reconversion au club. Cela pourrait le conduire à entraîner dans une équipe de jeunes, dans la mesure où il passerait ses diplômes de formateur. Et les décideurs girondins doivent espérer qu'il emprunte ce chemin beaucoup moins onéreux pour eux.

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :