Quantcast

Sponsorisé

News

25 mars | 14h57

Boubacar Barry : "On a pris acte de la décision mais..."

Au lendemain du verdict des commissions de discipline et de compétition, qui ont donné match perdu à l’US Langueux dans son match qui l'opposait à Vignoc Hédé Guipel, lequel avait été arrêté prématurément en raison de supposées insultes racistes entendues, l’entraîneur de l’équipe costarmoricaine s’est exprimé sur ces décisions.

R1 BRETAGNE US LANGUEUX R1 BRETAGNE R1 - POULE C AS Vignoc-Hédé-Guipel AS Vignoc-Hédé-Guipel R1 US Langueux

Sponsorisé

Cette semaine, soit deux mois après le match disputé face à l’AS Vignoc Hédé Guipel, arrêté à 15 minutes de son terme et lors duquel vous avez dénoncé des insultes racistes, la commission régionale de discipline a classé ce dossier sans suite, tandis que la commission régionale des compétitions a donné match gagné à l’ASVGH. Comment accueillez-vous ces nouvelles ?

J’ai appris ça hier aussi et au club on a pris acte de la décision. J’en ai parlé avec mes dirigeants, et le comité directeur se rassemblera pour faire appel très rapidement de cette décision du match perdu à notre égard. En tout cas, ce qui est certain, c’est que ce n’est pas ce que l’on attendait. Et même au-delà des points potentiellement perdus, ça ne devrait pas se passer comme ça. A côté de ça, il y a aussi la plainte du joueur qui est toujours en cours.

Ce match perdu est-il handicapant pour vous en termes de points ?

Handicapant je ne sais pas. On verra à la fin de la saison où on en sera. Notre objectif est le maintien, et on fera tout pour le décrocher. Mais pour l’heure, on doit se concentrer sur ce qu’on fait de bien aujourd’hui.

Je campe sur mes positions, le résultat importe peu. Dans ce cas de figure, ce qui importe c’est l’humain

Boubacar Barry, entraîneur de l'US Langueux

Lorsque l’on vous avait interrogé il y a deux mois, vous disiez que cela vous importait peu de gagner ou de perdre le match. Est-ce toujours le cas ?

Complètement, oui. C’est encore le cas et moi, ce qui me révolte, c’est cette notion de racisme qui a entaché cette rencontre et qui entache le football. Je ne comprends pas qu’on arrive à se traiter de cette manière. Je campe sur mes positions, le résultat importe peu. Dans ce cas de figure, ce qui importe c’est l’humain. Et je sais que mon joueur a été extrêmement touché ce jour-là. En ce qui me concerne, je suis toujours énervé par rapport à ce qu’il s’est passé.

Aujourd’hui, vous continuez à soutenir votre joueur ?

Oui, toujours autant. Je le vois régulièrement, je le vois même plus souvent depuis ce qu’il s’est passé ce jour-là, et je continuerai à le soutenir. Et si la situation se présentait, j’agirais de la même manière. Je n’accepte pas qu’on puisse en venir à prononcer des insultes racistes. Je crois mon joueur, je crois en son discours, je n’ai pas entendu les mots qui ont été prononcés mais j’ai vu la scène et à quel point il a été touché.

Quelle relation votre club entretient-il aujourd’hui avec celui de Vignoc Hédé Guipel ?

Ce sont des adversaires de notre poule. On n’a pas spécialement de nouvelles de leur part, et on ne cherche pas particulièrement à en avoir. Au besoin, en ce qui concerne le côté sportif, je continue à me renseigner sur eux, comme je le fais vis-à-vis d’autres équipes. Mais même après le rendu de ces décisions, on n’a pas de message à leur faire passer ou la volonté de les contacter. C’est avec la Ligue et les différentes commissions qu’on doit s’entretenir au besoin.

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :