Quantcast

Sponsorisé

Interviews

14 décembre | 15h35

C. Koreichi : "Je n’aurais jamais eu l’opportunité de vivre ce type d’expérience en France"

Aux USA depuis 5 ans, Camil Koreichi s'éclate du côté de l'université Seton Hall dans la côte est des Etats-Unis au New-Jersey. Champion en 2020, il nous raconte son expérience extraordinaire. Entretien.

FFFUSA Camil Koreichi

Sponsorisé

Camil avant d'arriver aux USA, tu as fait tes classes en région parisienne ?

C'est ça, je suis originaire de Maisons-Laffitte (78), où j’ai grandi et commencé le football. J’y ai joué avec mes amis avant de rejoindre en U13 le Racing Club de France à Colombes (92). J’ai poursuivi ma formation dans ce club où j’ai évolué en U14 Régionaux, U15 DH, U17 Nationaux et U19 DH jusqu’à mes 18 ans. En parallèle de mon parcours sportif j’effectuais un baccalauréat scientifique. Lors de l’année d’obtention de mon baccalauréat, je cherchais un chemin vers lequel m’orienter pour mes études. Mon père est tombé, par hasard, sur un article mettant en valeur FFFUSA. J’ai par la suite envoyé mon dossier de candidature avec un CV vidéo de mon année en U17 Nationaux sans me faire trop d’espoir. J’ai reçu une offre d’un coach du Kansas, et me voilà maintenant aux États-Unis depuis cinq ans, dans le championnat universitaire.

Le hasard t’a mené vers les États-Unis. C’est une sacrée découverte...

Absolument ! Je ne m'y attendais pas. Le mail du coach est arrivé tard, en mai. À aucun moment je ne m’étais fait le scénario de partir aux États-Unis. J’étais jeune et ce n’était pas facile de tout quitter, ma copine, mes amis et ma famille.

Comment s’est faite ton adaptation au Kansas ?

C’était un changement de vie radical. Les six premiers mois n’étaient vraiment pas faciles. Au niveau du football je me débrouillais bien, j’ai réussi à m’imposer dans l’équipe. Le manque était du côté familial. Ce départ pour un autre pays était un réel choc, ma famille me manquait, je ne savais pas dans quoi je m’embarquais et il était compliqué pour moi d’exprimer ce que je pensais malgré mon bon niveau en anglais. Il m’a fallu un moment d’adaptation.

Actufoot • Camil vainqueur 2020

Comment as-tu fait pour finir par t’acclimater à cette nouvelle vie ?

Ce sont les personnes présentes autour de moi qui m’ont donné l’envie de rester. Il y avait un Français au sein de mon équipe qui m’a beaucoup aidé. Le coach adjoint, lui aussi français, m’a pris sous son aile, m’a donné des conseils. À mesure du temps j’ai constaté que l’équipe de football était une réelle famille. Nous sommes tous éloignés de nos familles respectives, nous « remplaçons » celle-ci par les membres du groupe. Nous vivons et jouons ensemble, ces liens créés m’ont fait me sentir bien ici.

Depuis ton arrivée, il y a quelques années, tu as donc changé une fois d’université. Comment s'est passé ce transfert ?

Dès mon arrivée au Kansas, j’ai toujours eu pour objectif d’atteindre le meilleur championnat universitaire, le NCAA (National Collegiate Athletic Association). J’évoluais en seconde division universitaire, dans une petite université. J’aimais beaucoup cette époque mais je souhaitais vivre une autre expérience, dans une grande ville où il était possible de connaître une vraie expérience universitaire tout en jouant à un meilleur niveau. Là FFFUSA m’a aidé dans mes démarches pour rejoindre une nouvelle université, en faisant l’intermédiaire avec les coachs et afin de négocier les bourses. J’ai donc rejoint l’université Seton Hall il y a deux ans.

Sur le plan sportif tu as connu la consécration en décrochant le titre du championnat universitaire en 2020...

C’était le prime de ma carrière (rires), une expérience folle. Personne ne nous attendait à ce niveau. Dans les projections de résultats en début d’année, nous devions terminer en quatrième ou cinquième position de la poule de six équipes. Au final nous avons gagné tous les matches de notre conférence avant de rejoindre les play-offs (matches opposant les vainqueurs de chaque conférence) où nous avons stoppé notre parcours en quarts de finale.

Gagner notre conférence a créé une réelle émulation autour de l’équipe. Tout l’université était à nos côtés, c’était une magnifique expérience

Tu as découvert une tout autre vision des études.

Ce qui est très intéressant aux États-Unis est la valorisation des domaines où les étudiants sont bons, même en dehors des cours. Je n’aurais jamais eu l’opportunité de vivre ce type d’expérience en France, des choix m’auraient été imposés. Je suis actuellement dans une université mettant beaucoup de moyens dans les installations, les équipements et pour les conditions dans lesquelles nous exerçons notre sport. Ce système me convient parfaitement et n’est pas adapté que pour le sport, il y est aussi pour les musiciens, …

Tu as évoqué à plusieurs reprises FFFUSA, quel rôle ont-ils joué dans toute ton expérience aux USA ?

Sans eux, je n’aurais pas pu tenter cette aventure. Je n’avais aucune idée de la manière dont le processus fonctionnait pour rejoindre ce genre d’université, je n’avais aucun contact aux États-Unis. Ce sont eux qui m’ont permis d’obtenir un lien avec les coaches via leurs démarches et leur réactivité.

Tu arrives au bout de l'aventure, comment va se passer la suite ?

Il me reste une année d’éligibilité au sein de l’université. J’ai joué ma dernière saison avec l’équipe universitaire. J’ai maintenant pour objectif d’obtenir mon Master dans les prochains mois. Différentes options s’offrent à moi, continuer de jouer au football en tentant d’intégrer l’USL (deuxième division des États-Unis) afin de saisir certaines opportunités de rejoindre la MLS (Major League Soccer) un jour. Je peux aussi prolonger mon VISA d’une année et trouver un job ici (New York).

Vers quelle option se porterait ton choix ?

J’explore encore les deux options, mon choix n’est pas fait. Mais je serais prêt à entrer dans le « vrai monde », la vie active et trouver ce que j’aime en poursuivant mon parcours aux USA. J’aimerais rester ici quelques années avant de rentrer en France.

Propos recueillis par Ridha Boukercha avec Germain Villeneuve

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :