Quantcast
Portraits

8 février | 14h20

Dan Delaunay, la force tranquille du FC Versailles 78

Alors que dans 24 heures, le FC Versailles 78 disputera son premier 1/4 de finale de Coupe de France de son histoire, son gardien de but, Dan Delaunay, va vivre cette expérience pour la deuxième fois consécutive après l’épopée de Rumilly la saison passée. Portrait d’un gardien qui impose le respect. (Crédit Photos : FC Versailles 78).

COUPE DE FRANCE FC Versailles FC Versailles N1 Dan Delaunay

L'histoire n’est pas banale, elle est même inédite. Ce mercredi, sur la pelouse du petit stade Francis-Rongiéras, il n’y aura pas que le Bergerac Périgord FC et le FC Versailles 78, qui vont faire l'histoire, en accédant pour la première fois de leurs existences à un tel niveau dans la doyenne des compétitions. Il y aura également une histoire dans l’histoire, comme le football les affectionne tant. Celle-ci aura pour héros un Normand de 26 ans, le genre de gaillard qui ne passe pas inaperçu avec sa grande carcasse d’1m87, et qui prend beaucoup de place dans les cages … Car oui notre héros est gardien de but, et pas n’importe lequel pourrait-on même ajouter.

En disputant son deuxième quart de finale de suite au sein d’une équipe amateur, Dan Delaunay entre dans la légende de la Coupe de France. L’année dernière, on avait déjà été épaté durant le parcours exceptionnel du GFA Rumilly-Vallières (qui s’était arrêté en demi-finale au Parc des Sports d’Annecy face à l’AS Monaco, NDLR), par ce gardien complet, ancien international U16, formé au Havre. On se souvient encore de ces séances de tirs au but, au nombre de trois, qui en ont fait un héros dans toute la Haute-Savoie. Un parcours encore plus impressionnant quand on sait qu’il n’avait rejoint le club que durant le mois d’octobre, juste avant l’arrêt définitif du championnat. « Sur notre épopée, il avait été décisif, notamment sur les tirs au but. Il est capable de se mettre dans la tête des joueurs adverses, de les bluffer et de les mettre sous pression, ce qui lui a permis de gagner des duels », se remémore son entraîneur de l’époque, Fatsah Amghar.

Actufoot • Dan Delaunay 2 Versailes

Homme timide et réservé, Dan Delaunay n'en demeure pas moins un gardien de but qui sait se faire comprendre sur un terrain

Mais limiter Dan Delaunay a un simple gardien de but spécialisé dans les penaltys serait une erreur. « Il sait gérer ses émotions, en impose sur sa ligne et possède un bon jeu au pied », poursuit Amghar. Un avis partagé par l’actuel entraîneur des gardiens du FC Versailles, Thierry Lepesqueux, qui côtoie donc tous les jours l’ancien portier de Quevilly (6m en L2, 32m en N1) : « C’est un gardien qui a fait toute sa formation au Havre et qui à un parcours assez rempli, donc techniquement c’est un bon gardien, solide sur ses prises de balles et qui a une bonne lecture du jeu. Physiquement, il prend de la place dans le but et sort les bras assez rapidement », précise t-il avant de poursuivre, « il possède également un bon jeu au pied, puissant, et dans le domaine aérien il est au-dessus de la moyenne. »

On se permet de le citer en exemple pour faire redescendre certains qui n’ont pas toujours cet état d’esprit quand ils ne jouent pas

Thierry Lepesqueux, entraîneur des gardiens de but du FC Versailles 78

Outre ses qualités techniques, les deux entraîneurs s’accordent sur une autre chose concernant ce fan de Manuel Neuer, qui pourrait bien être encore plus importante dans sa réussite : Son caractère hors norme et son sens du collectif. Pour Fatsah Amghar, Dan Delaunay est « quelqu’un qui dégage une sérénité et du calme, qui fait preuve de confiance sur un terrain. Réservé dans la vie de tous les jours, il sait toutefois communiquer, c’est un bon camarade de vestiaire. » Des propos qui concordent encore une fois avec ceux de Thierry Lepesqueux : « C’est quelqu’un de très discret, très réservé. Il ne va pas parler pour ne rien dire. Lorsqu’il intervient, c’est toujours très ciblé et juste. Il a une grosse force de caractère, a toujours su rebondir, c’est le joueur de notre effectif qui a le plus gros parcours, en ayant connu la L2, et en effectuant des années pleines en National, ce qui ne l’empêche pas de garder ses émotions et de mettre toujours le groupe en avant. »

Quand on sait qu’il n’est pas titulaire en championnat, cela a valeur d’exemple. Ce dont ne se cache pas l’adjoint de Youssef Chibhi : « On se permet de le citer en exemple pour faire redescendre certains qui n’ont pas toujours cet état d’esprit quand ils ne jouent pas. C’est une force tranquille, on peut compter sur lui. » Preuve du niveau du groupe Versaillais, Dan Delaunay n’est en effet que numéro deux en championnat, les buts étant gardés par Aly Yirango, ex des Lusitanos de Saint-Maur, arrivé lui aussi cette saison dans les Yvelines.

C’est quelqu’un d’ambitieux qui a encore envie d’aller plus haut

Fatsah Amghar, son ex coach du côté du GFA Rumilly-Vallières

Un club qui avait décidé de repartir sur une base complètement nouvelle à ce poste l’été dernier, et qui a su trouver deux gardiens de buts de très grand talent, aux profils différents mais qui font en sorte que le groupe ne perd pas en qualité en fonction de qui se trouve dans les cages. Toute la force de l’entraîneur est alors de garder une osmose entre les différents protagonistes, Thierry Lepesqueux précise : « J’ai fait d’autres clubs ou les gardiens ne parlaient pas. Toute la difficulté en termes de management, c’est de concerner les deux gardiens qui ont le niveau pour évoluer dans cette équipe. Dan facilite cette gestion, il n’est pas à revendiquer, c’est quelqu’un de très calme et serein qui a pas mal de recul par rapport à tout ça. Il est toujours à la disposition d’Aly quand celui-ci joue en championnat, c’est quelqu’un de très positif. »

Encore une fois, le groupe avant tout. Et peu importe si un Covid assez long contracté sur la dernière partie de la préparation lui a certainement coûté sa place de titulaire, ce gabarit assez lourd, très bosseur, qui se doit d’être prêt physiquement, sait que rien n’est figé. Il l’a prouvé tellement de fois durant toute sa carrière. En parlant de carrière justement, comment envisager l’avenir pour celui qui à 26 ans, a encore de très belles années devant lui, même si on sait que sur ce poste de gardien de but, il n’y a pas beaucoup de place et que très peu d'élus. Fatsah Amghar ne perd pas espoir de voir plus haut encore celui avec qui il est allé en 1/2 finale de Coupe : « C’est quelqu’un d'ambitieux et je pense qu’il a encore envie d’aller plus haut, et bien entendu, la Coupe de France peut être une belle vitrine pour lui. »

Actufoot • FC Versailles CDF pose après match

Ce mercredi, en 1/4 de finale de la Coupe de France, Dan Delaunay et ses coéquipiers du FC Versailles 78 ont l'occasion de rentrer encore plus dans l'histoire du club et de la compétition.

Aller plus haut, un avis que partage forcément Thierry Lepesqueux, avec une petite arrière pensée dans un coin de la tête tout de même : « Il n’y a rien d’impossible vous savez, mais rebondir dans un premier temps en National avec Versailles ce serait pas mal non ? »

Mais avant de penser à l’avenir et au National qui tend les bras au FC Versailles, profitons du présent. Un présent synonyme de 1/4 de finale de Coupe de France. Un quart de finale de Coupe de France à jamais dans l'histoire. Une histoire qui aura une fois de plus dans la peau de l’un des ses héros, un gardien de but pas comme les autres. Un Normand qui ne connaît pas la pression et qui s’apprête dans le plus grand des calmes, à montrer une fois de plus tout son talent aux yeux de la France du foot.

Reynald Trunsard

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :