Quantcast

Sponsorisé

News

6 octobre | 18h30

Deschamps : « Ce final four ? Une parenthèse enchantée »

Didier Deschamps et Hugo Lloris se sont présentés en conférence de presse avant le choc face à la Belgique ce jeudi (20h45) lors de la demi-finale de la Ligue des Nations à Turin.

EQUIPE DE FRANCE LIGUE DES NATIONS

Si Didier Deschamps en a profité pour évoquer ses souvenirs avec Turin, sa "deuxième maison" puisqu'il y a passé la moitié de sa carrière de joueur, le selectionneur de l'Equipe de France a bien entendu abordé la demi-finale de la Ligue des Nations édition 2021 face à la Belgique ce jeudi. Il a notamment rebondir sur la charge émotionnelle qu'il pourrait y avoir du côté adverse : "Je ne pense pas. Je vous laisse l’interprétation, on ne peut rien changer à ce qu’il s’est passé. Ca a été une étape décisive puisqu’elle nous a offert la possibilité d’accéder à une finale de Coupe du monde. Ca ne changera rien au sort de la rencontre de demain. Mais on joue également une place en finale pour cette Nations League. Y a toujours eu une rivalité seine parce que c’est un pays frontalier. Après le match en Russie, il y a eu des déclarations d’un côté comme de l’autre mais il y a beaucoup de respect. C’est une très belle affiche, avec de la qualité". Après l'échec de l'Euro, la Ligue des Nations est-elle le parfait moyen de rebondir ? : "Ce final four, c'est une parenthèse enchantée. On a tout fait pour se qualifier au final four et gagner au Portugal pour assurer cette place. De jouer l’équipe de Belgique ou l’Italie, l’Espagne, c’est des affiches prestigieuses. Y a un titre en jeu, je suis compétiteur, les joueurs aussi. Rein ne remplace cette adrénaline ».

Hugo Lloris serein

Le gardien de but de l'Equipe de France, qui va retrouver certains (ex) coéquipiers lors de cet affrontement, a lui aussi évoqué les retrouvailles avec les Diables Rouges : "Ils ont finis 3emes du mondial, ont été accueillis comme des héros dans leur pays. Ils jouent les premiers rôles depuis des années au classement FIFA. On a beaucoup d'estime et de respect pour cette génération qui joue à un très grand niveau. Il y a vraiment tout pour dresser le contexte de cette demi-finale". Un parfait rendez-vous pour se jauger alors que la question des résultats en dents de scie de l'Equipe de France a été abordé : "Je crois que c’est une mauvaise idée de mélanger les compétitions. Les phases de qualification, c'est comme un championnat. Là, on évoque une demie finale de compétition et dès lundi, j’ai pu sentir dans le vestiaire cette motivation et cet enjeu dans le vestiaire. Affronter un tel adversaire, c’est se confronter aux meilleurs. Même si la Ligue des Nations n’a pas la même importance qu’une coupe du Monde, l'ambition est d’aller le plus loin possible". Pour l'appréhender, Didier Deschamps a de la matière et a pu rappeler certains joueurs comme Tchouaméni, ou encore Jules Koundé. Des choix qu'il a justifié...