Quantcast
Portraits

5 mai | 17h08

D'ex-espoir du MHSC à Challans, le singulier parcours de Valentin Rémy

Formé au MHSC pendant cinq ans, Valentin Rémy (23 ans) a connu un parcours singulier avant de rebondir au FC Challans (N3), club avec lequel il termine actuellement sa deuxième saison. (Crédit photo : DR)

MONTPELLIER L1 FC CHALLANS N3 Frédéric Mendy Valentin Rémy Frédéric Garny

Originaire de Martigues, Valentin Rémy a débuté le football dans le Sud près de Toulon. Il a ensuite poursuivi sa pré-formation du côté de l'US Sanaryenne puis au Six Fours Le Brusc FC, club où il montrera tout l'étendu de son talent au football européen. En participant à d'importants tournois de la région comme celui de l'AS Cannes ou de Saint-Tropez, celui qui est alors considéré comme un petit "crack" est supervisé par de nombreux clubs français, mais également par les géants anglais tels que Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United ou encore Liverpool : "J'ai fait un essai à Chelsea pour signer un contrat de cinq ans. Une offre que j'ai dû décliner grâce aux conseils de mon père, un ancien pro qui connaît le système et qui préconisait une formation française."

Sa signature au MHSC était selon ses proches la meilleure solution pour le faire grandir et afin qu'il poursuive sa marge de progression. Un choix qu'il n'a d'ailleurs jamais regretté nous confie-t-il, "ces cinq années là-bas m'ont énormément aidé, j'ai notamment gagné en expérience." Sa formation a été marquée par deux éducateurs, Frédéric Mendy et Frédéric Garny qui ont été des acteurs majeurs de son évolution. L'ancien coach de l'équipe féminine du MHSC connaissait ce jeune joueur grâce à son père, Jacques Rémy, un ami proche. Il avait pu déceler son potentiel et n'a pas été surpris de sa signature dans le club professionnel de l'Hérault : "Il ne fallait pas être un spécialiste pour repérer son talent. Pour l'anecdote, j’étais à ce moment-là dans la cellule de recrutement avec d’autres éducateurs du club ainsi que le directeur du centre Jean-François Domergue et nous avions tous été unanimes pour le recruter. C’est vraiment le joueur que tout entraîneur souhaite avoir dans son effectif."

De son côté, Frédéric Garny a connu Valentin Rémy en 2015 lorsqu'il évoluait en U16. Ce dernier dit avoir été très marqué par "sa qualité technique au-dessus de la moyenne ainsi que sa compréhension du football." Finalement, après cinq ans passés là-bas, de U14 à U19, le natif de Martigues quitte la Paillade où l'aventure s'est achevée par la quête de la Coupe Gambardella en 2017 au Stade de France contre l'Olympique de Marseille : "C'est le moment le plus marquant de mon passage au club." assure-t-il, plein de souvenirs en tête avec la génération 98/99.

C’est vraiment le joueur que tout entraîneur souhaite avoir dans son effectif

Les propos de Frédéric Mendy lorsque Valentin Rémy intègre le centre de formation

Actufoot • Valentin Rémy MHSC

Contre l'OM de Boubacar Kamara en 2017, Valentin Rémy remporte la Coupe Gambardella avec la génération 98/99. Ses coéquipiers sont alors Dimitry Bertaud et Nicolas Cozza, deux joueurs qui ont percé au MHSC.

L'Euro 2016 avec la sélection italienne...

Moment marquant de sa carrière, Valentin Rémy a cette particularité d'avoir pu s'entraîner durant trois semaines avec une sélection nationale pour la préparation de l'Euro 2016. Et pas n'importe quelle nation, car il s'agit de la Squadra Azzurra qui a fait appel à quelques apprentis du centre de formation pailladin pour compléter son groupe : "C'est le directeur du centre qui m'a donné cette opportunité. Initialement, on était trois puis au bout de quelques jours, j'étais seul." Une opportunité incroyable pour le jeune joueur de 16 ans qui côtoie des cadors tels que Thiago Motta, auquel il tape dans l'oeil, Buffon ou encore Giorgio Chiellini. A l'époque, c'est Lorenzo Insigne, l'ancien joueur du Napoli qui évolue maintenant au Toronto FC qui éblouit Valentin Rémy. Cette expérience a été pour lui plus qu'enrichissante et restera gravée à vie : "C'était extraordinaire, j'ai pu me rendre compte du niveau qui est encore au-dessus du monde professionnel. J'ai vraiment profité de ces moments qui arrivent sûrement une seule fois dans une vie."

Actufoot • Valentin Rémy Italie

Valentin Rémy au côté de la Squadra Azzurra entraînée à l'époque par Antonio Conte et qui s'était hissée jusqu'en quart de finale de l'Euro 2016 après une élimination face à l'Allemagne lors de la séance de tirs aux buts.

Après le sacre en Gambardella, le projet proposé par le MHSC ne l'a pas emballé plus que ça, actant la fin de l'aventure : "Après la mort de Loulou Nicollin, c’est son fils (Laurent) qui a repris et plusieurs choses ont changé. Il voulait que je fasse deux ans sous statut amateur et un an en pro, et à ce moment-là, ce n'était pas ce que j'avais imaginé." Déçu, il fait le choix de quitter son cocon pour tenter l'expérience en Espagne et plus précisément à Cadix : "J'avais une belle opportunité avec un superbe beau contrat à la clé : du travail pour ma famille, une incroyable maison,..." Mais tout ne se passe pas comme prévu, le transfert n'aboutit pas parce que le président du club refuse de payer les indemnités de formation obligatoires.

À cette période, ce deal qui capote constitue un réel échec pour Valentin Rémy qui se voyait déjà performer en terre espagnole : "Je voulais montrer à tout le monde que j'avais les capacités pour réussir ailleurs." Après cet événement, Laurent Nicollin n'a pas souhaité faire revenir le petit joyau du MHSC. Rémy nous affirme, qu'avec le recul, il n'aurait peut-être pas dû quitter le club de l'Hérault après sa dernière saison en U19 : "Je me serais sûrement entraîné avec le groupe professionnel et avec un peu de chance, j'aurais pris part à quelques entrées en Ligue 1."``

Son passage au Portugal

Vient la période sans club jamais facile à vivre qui plus est pour un jeune joueur inexpérimenté. Une situation qu'il a vécue pendant une saison, où il s'est seulement entraîné avec un club de National et a disputé quelques matches amicaux. À la suite de cela, le natif de Martigues, a eu une proposition au Portugal, à Guimarães : "J'ai fait une première saison là-bas où je m’entraînais avec les pros, mais à cause de l'emprise du MHSC, je ne pouvais jouer qu'avec les U23 dans un niveau amateur." Une saison qui s'est avérée néanmoins payante pour Rémy qui a retrouvé des couleurs. Il affirme d'ailleurs être agréablement surpris du niveau affiché en U23, qu'il décrit comme "très technique et remplit d'énormes talents." Il décide ensuite de rester dans le pays de Cristiano Ronaldo en signant en National au Berço Sport Club. C'est vraiment à cette période, qu'il retrouve le goût de la compétition avec un plutôt bon niveau. Mais son passage au Berço SC est freiné par la pandémie de Covid. Rémy souhaite trouver un autre club notamment en France, mais à ce moment-là, il n'est plus vraiment dans les radars.

Quand on connaît ses qualités et ce qu'il peut réaliser sur un terrain, c'est forcément une déception pour nous et surtout pour lui, car c'est un gâchis

Frédéric Garny à propos de sa signature au FC Challans

Lorsque son aventure au Portugal se termine, Valentin Rémy connaît une petite période creuse. Il ne souhaite pas prendre une mauvaise décision dans son choix de carrière. En septembre 2021, il signe officiellement en Vendée au FC Challans, pensionnaire de National 3. Un choix qui a quelque peu choqué ses coachs de l'époque au MHSC, mais qui savent pertinemment que le garçon peut encore rebondir : "Connaissant le football, plus rien ne m’étonne, mais au vu de ses qualités, son niveau est et restera au-dessus. Val se nourrit de défi et le haut niveau est fait de défi.", affirme Frédéric Mendy. De son côté, Frédéric Garny ne s'attendait vraiment pas à ce qu'il atterrisse en N3 : "Quand on connaît ses qualités et ce qu'il peut réaliser sur un terrain, c'est forcément une déception pour nous et surtout pour lui, car c'est un gâchis." Un mois après sa signature, le 23 octobre, le jour de son vingt-deuxième anniversaire, Rémy dispute son premier match sous ses nouvelles couleurs. Un jour synonyme de résurrection pour celui qui a vécu de nombreuses péripéties ces dernières années dans sa carrière de footballeur : "Ce jour-là, c'était un énorme soulagement."

Le choix de la stabilité au FC Challans

Après une bonne première saison avec son nouveau club, Valentin Rémy avait la possibilité de prendre la direction des Herbiers en N2. Une offre qu'il a dû décliner, car d'après lui "le contrat n'était pas sûr" et a donc préféré rester au moins une saison supplémentaire. Lors du mercato hivernal cette saison, les Herbiers sont revenus à la charge à deux reprises, toujours sans succès. Une première fois en raison de sa situation contractuelle (il est sous contrat fédéral) et une seconde fois car le président challandais ne pouvait se permettre, dans la course à la montée, de perdre un joueur clé de son effectif. "C'est de bonne guerre", dira sobrement l'intéressé.

À quelques semaines de la fin de cette saison 2022-2023, le joueur de 23 ans reste focus sur son club. Ce dernier enchaîne les matches depuis un an et demi et cela pour son plus grand bonheur : "La stabilité chez un footballeur, est-ce qu’il y a de mieux. Je suis parvenu à maîtriser ce championnat N3, qui n’est pas forcément facile. C’est une très bonne expérience même s'il est un peu tard pour retrouver le monde pro même si rien n'est joué d'avance. J’ai la chance d’être performant pour l’équipe et pour moi-même." Au vu de ces très bonnes prestations, le téléphone de l'ancien montpelliérain ne cesse de sonner. Il est conscient qu'il aura des opportunités à la suite de cette saison. Néanmoins, l'important pour lui est de ne pas penser à ailleurs jusqu'à la dernière journée : "Club de N3 ou de Ligue 1, je souhaite finir ma saison en apothéose surtout que l’on a quelque chose à jouer avec l'accession à la N2."

Il y a plusieurs routes pour y arriver et il y arrivera par un autre chemin qui est peut-être plus long, mais je suis certain qu'il parviendra à toucher le monde profesionnel

Frédéric Mendy à propos de l'avenir de son ancien protégé

Bien qu'il ait connu une période compliquée, Valentin Rémy n'a jamais baissé les bras et a toujours regardé de l'avant : "Des ambitions, j'en ai toujours eu ! Je sais que je peux évoluer encore plus haut. Des clubs de National se sont d'ailleurs déjà renseignés à mon sujet pour la future saison." Conscient de ses qualités, Frédéric Mendy pense également qu'il a encore la possibilité de retrouver un jour le niveau professionnel : "Il y a plusieurs routes pour y arriver et il y arrivera par un autre chemin qui est peut-être plus long, mais je suis certain qu'il parviendra à toucher le monde profesionnel. Val crois toujours en toi et fonce." Frédéric Garny est également unanime avec ces propos et souhaite le meilleur pour la suite à son ancien protégé : "J'espère que tu vas rattraper tes années de perdu en faisant les bons choix de carrière."

Actufoot • Valentin Rémy FC Challans

Depuis son arrivée au FC Challans (N3), Valentin Rémy comptabilise 35 apparitions toutes compétitions confondues pour 16 buts et 13 passes décisives. De belles statistiques pour celui qui a connu un long passage à vide.

Un amoureux du ballon rond

À 23 ans, Valentin Rémy s'estime très heureux de pouvoir vivre de sa passion. Ce fan de football depuis petit est conscient que d'être sur un terrain est une chance : "Certes, il y a la compétition avec les objectifs qui s'ensuivent, mais il faut toujours garder ce plaisir de jouer, il n'y a rien de mieux." Il est d'ailleurs toujours heureux à l'idée de fouler les pelouses, et cela, peu importe sa position. Habitué depuis des années à évoluer au poste de sentinelle devant la défense, il est assigné cette saison à un rôle plus offensif, en tant qu'électron libre derrière l'attaquant : "Cela me permet d’être polyvalent et ainsi d'acquérir d’autres qualités que je ne soupçonnais pas forcément. Je pense notamment à la frappe, aux passes décisives ou encore aux dribbles."

Rémy est un joueur qui adore toucher un maximum de ballons sur un terrain à l'image de joueurs comme Messi, Modric ou encore Busquets, qui sont tous ses idoles. Grâce à sa qualité technique et sa vision de jeu que "peu de joueurs de son âge possèdent" d'après Frédéric Mendy, il est très à l'aise sur un terrain. C'est un joueur qui fait également preuve de beaucoup d'intelligence et qui parvient à avoir un temps d'avance sur ses adversaires. En effet, grâce à son placement, il parvient à récupérer le ballon avant tout le monde. L'une de ses qualités essentielles selon Mendy, est son sens du collectif : "Il est un joueur d’équipe qui est prêt à aller défendre ses coéquipiers si le besoin s’en faisait sentir." Ce joueur pétri de talent a encore des aspects du jeu à travailler s'il veut atteindre le haut niveau. Que ce soit lui ou ses anciens coachs, tous sont unanimes pour dire que le physique est la dominante qui doit être améliorée. Concernant le tempérament, il n'en manque pas : "Valentin est un garçon attachant et très jovial malgré son caractère trempé sur le terrain."


Paul Durel

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :