Quantcast
News

11 mars | 11h30

Didier Camizuli crie haut et fort le scandale de l'arbitrage en Ligue

Entraîneur de l'AS Bouc Bel Air (R2) avec Nicolas Bussutil, Didier Camizuli souhaite parler au nom de tous les coachs silencieux, concernant l'arbitrage en Ligue Méditerranée. Consterné par les rouages de certains arbitres, celui-ci s'est confié à Actufoot.

Ligue Méditerranée As Bouc Bel Air As Bouc Bel Air R2 Didier Camizuli Nicolas Bussutil

Parlez-nous de ce ras le bol permanent depuis septembre ?

Cela a commencé au début de la saison, avec notre rencontre contre le Aubagne FC, où on a eu un arbitrage très partial. J'avais déjà ressenti une attitude très incohérente vis-à-vis de notre équipe. J'ai eu une altercation avec nos adversaires, puisqu'ils ne se comportaient pas bien. Ce jour-là, l'arbitre a fait un rapport et j'ai pris 10 matches de suspension, à croire que j'avais tué quelqu'un. Il faut savoir qu'à la Ligue Méditerranée, ils ont des barèmes. En fonction de ce que marque l'arbitre, vous avez plusieurs matches de suspension. Ce sont des barèmes qu'eux seuls ont décidé et mettent en place. Quand on passe devant la commission en tant qu'entraîneur, je peux vous dire qu'ils n'en ont rien à faire.

Avez-vous cette impression de rencontrer des arbitres partiaux ?

J'ai eu la chance de connaître des arbitres et des délégués qui travaillent à la Ligue et qui m'ont dit de me méfier, parce que certains ne viennent pas arbitrer Bouc Bel Air, mais Didier Camizuli, qui leur pose problème. La personne qui est présente, est conditionnée au préalable. Il y a un véritable système de "radio-arbitre". Sur 10 matches de championnat, nous avons pris 42 matches de suspension, 5 cartons rouges, 42 jaunes, 1 carton noir, et 8 penalties sur nos 5 dernières rencontres. Je n'ai jamais manqué de respect à qui que soit. Oui, je conteste quand les arbitres ne sont pas compétents et qu'ils font des rapports mensongers. C'est problématique pour des personnes qui ont le monopole de la vérité. Je précise qu'ils ne sont pas tous comme ça, je félicite ceux qui font leur travail correctement.

Quelle a été votre réaction par rapport à cette situation permanente ?

J'ai alerté la commission des arbitres, le secrétaire général de la Ligue, ainsi que toutes les personnes concernées qui ont un problème avec Bouc Bel Air. Je vais aussi faire un sondage auprès de tous les clubs de R1 et de R2. J'ai déjà sondé quelques entraîneurs et ils sont ouverts à cette discussion. Il faut bien noter qu'il y a des problèmes d'arbitrages dans tous les championnats de France. Les arbitres sont les patrons du football à ce jour, ce ne sont pas les entraîneurs ou les dirigeants qui donnent de leur vie et de leur passion. Cela fait 30 ans que j'entraîne et c'est la première année en Ligue. Ce que je vois est un scandale. Je ressens réellement de l'injustice, je vais donc aussi alerter tous les médias sportifs. J'ai rendez-vous avec La Provence cette semaine. Je vais également envoyer une lettre à Foot national et à la fédération.

C'est scandaleux, les rapports qu'ils font, sont paroles d'évangile !

Didier Camizuli, entraîneur de l'AS Bouc Bel Air (R2)

Pouvez-vous nous donner un exemple récent de cette injustice constante ?

Il y a 3 semaines, nous avons affronté le club de Pernes-les-Fontaines. L'arbitre a fait prendre 7 matches à un de mes joueurs. Au début de la rencontre, mon garçon savait qu'il ne ferait pas long feu. L'arbitre lui a répété qu'il ferait tout pour l'expulser. Ça n'a pas manqué. J'ai pourtant alerté le délégué en lui précisant ce qui se passait. Bien entendu, celui-ci m'a répondu qu'il ne pouvait rien faire. J'ai déposé une réserve technique pour sa partialité et son incohérence, mais ça n'a abouti à rien... C'est scandaleux, les rapports qu'ils font, sont paroles d'évangile ! C'est presque une secte au final ! Ils sont assis dans leur bureau et méprisent les clubs. De plus, lors d'un match récent à Ramatuelle, j'ai deux joueurs qui avaient un peu de retard. On a demandé un report d'un quart d'heure, il n'a pas voulu. On a commencé ce match très important avec un groupe de 12 joueurs. On m'a dit que j'avais le droit au quart d'heure et on me l'a pourtant refusé. En prime, j'ai pris 6 cartons jaunes. Je vous passe les attitudes agressives et hautaines à mon regard.

Avez-vous le sentiment de ne pas être reconnu à votre juste valeur ?

Les acteurs du football, ce sont les entraîneurs et les joueurs. Aujourd'hui, on met en avant des dirigeants qui sont dans leur bureau alors que nous, nous passons notre semaine sur le terrain à mobiliser les garçons et à les rendre disponible le dimanche pour qu'ils soient performants. On est là pour aller faire un résultat avec une pression et on est pris pour des fous. Eux ne savent pas ce que c'est, ils ne comprennent rien du tout. Cependant, on manque tellement d'arbitres, que l'on fait abstraction de tout. Quand je me suis mal comporté, j'ai été sanctionné et ça il n'y a pas de problèmes, mais il y avait un échange. Je le crie haut et fort, je reste indifférent si l'on me met 2 ans de suspension. Je commence à être fatigué, je ne peux plus exercer mon métier comme je devrais le faire.

Je commence à être fatigué, je ne peux plus exercer mon métier comme je devrais le faire.

Didier Camizuli, entraîneur de l'AS Bouc Bel Air (R2)

Restez-vous ouvert à la discussion ?

La Ligue est au courant, mais personne ne bouge. Je reste bien entendu ouvert à la discussion. Cependant, face à des arbitres qui usent de ces différents barèmes c'est très compliqué. J'aimerais bien savoir comment ces grands patrons du football les ont décidés et surtout avec qui. J'invite toutes ces personnes qui ont le monopole et le privilège de se fier aux rapports de ce que fait l'arbitre, d'ouvrir les yeux. Comme c'est une secte, je vais en créer une aussi de mon côté avec des entraîneurs, afin de dénoncer ce qui se passe actuellement dans le foot amateur. aujourd'hui, ils sont formatés. Je voudrais juste collaborer avec des gens honnêtes et sincères.

Vous avez le sentiment que l'on vous met des bâtons dans les roues pour ce championnat...

Je veux bien évidemment notifier que l'on n'est pas dernier à cause, de l'arbitrage. On a eu beaucoup de blessés et de joueurs suspendus. Mais si en plus, on est 12 contre 11 et que l'arbitre songe seulement à savoir si je me comporte bien et si mes joueurs vont parler, ça ne peut pas marcher.

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :