Quantcast
Interviews

10 septembre | 18h00

Djezon Boutoille « Je veux que mon équipe soit ambitieuse et enthousiaste »

La réserve dunkerquoise, ce dimanche 12 septembre, ce sera la première étape de l’US Gravelines, cette saison, en R1 (poule A). Avant ce premier rendez-vous à domicile, Djezon Boutoille, le coach, nous livre ses attentes pour 2021-2022.

R1 Hauts-de-France US GRAVELINES R1

Tout d’abord, quel regard portez-vous sur la saison blanche précédente ?

La difficulté a surtout été pour mes joueurs. La remise à niveau s’est avérée difficile. Quand vous êtes quasiment un an sans jouer, ce n’est pas simple de reprendre le rythme. On a pris notre temps pour bien préparer nos garçons. Il y a également beaucoup de prévention à faire pour éviter la casse.

Quel bilan faites-vous par rapport à votre préparation ?

Elle s’est plutôt bien déroulée. Peu de blessures, à l’exception de Rabbi Lusuama, victime d’une entorse au genou gauche. Il devrait être absent encore quelques semaines. L’effectif est néanmoins quasiment au complet.

Actufoot • US Gravelines

US Gravelines- Football 2021-2022

Est-ce que votre effectif a beaucoup changé ?

Nous avons recruté 4 joueurs pour 1 départ. En matière de renforts, on avait besoin de poids sur l’animation offensive. On a doublé les postes au niveau latéral, à droite comme à gauche. On voulait aussi quelqu’un dans l’axe pour y apporter de l’expérience.

Quel est votre objectif ?

On ne s’en fixe pas. On sait que nous ne sommes pas favoris et loin de là ! Je voudrais que mon équipe mette de la folie dans son jeu. J’ai pu le constater lors de matchs d’avant-saison.

Vous débutez votre troisième saison à Gravelines. Qu’est-ce qu’il a de particulier ce club ?

C’est un club familial. J’ai connu cette sensation précédemment à Calais. L’équipe est en reconstruction. La formation est remontée il y a 3 ans. Il a donc fallu rebâtir pour gagner des places au classement. Quand je vois la qualité de nos adversaires, je pense que cela peut être une saison compliquée, mais je suis serein.

En quoi votre carrière de joueur professionnel vous sert-elle pour celle d’entraineur ?

Elle m’a apporté les bases. J’ai connu des entraineurs de qualité comme Claude Puel ou encore Vahid Halilhodzic, à Lille. Même si le métier de coach est différent de celui de joueur, on acquiert de bonnes notions tactiques et techniques. La fibre humaine aussi est importante. Si on ne l’a pas, ça ne sert à rien d’être entraineur !

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :