Quantcast

Sponsorisé

News

11 janvier | 13h35

Draft MLS : Mode d’emploi

D’abord perçu comme un championnat mineur, faisant la part belle aux stars proches de la retraite, la MLS (Major League Soccer) a bien évolué.

FFFUSA MLS DRAFT MLS

Portée dorénavant plus sur l’éclosion de jeunes pépites, la ligue fermée nord-américaine attire de plus en plus, et ce dès le plus jeune âge. Le système de draft, consacré aux équipes de NCAA, pousse les jeunes européens à intégrer les universités américaines, afin d’en suivre le cursus complet. Retour sur ce phénomène récent et en pleine expansion.

Pour revenir au commencement, la MLS ou Major League Soccer est créée en 1993. Celle-ci survient suite à la faillite de la NASL (North American League Soccer), ainsi que la volonté de la FIFA qu’un championnat national américain existe, alors que la Coupe du Monde 1994 s’organise dans le pays. L’idée ne ravit pas immédiatement les Américains, toutefois la MLS voit le jour quand-même. A cette époque-ci, seulement 10 équipes composent la ligue, contre 27 aujourd’hui. A noter, qu’elle réunit déjà les Etats-Unis mais aussi le Canada et que, comme beaucoup d’autres sports professionnels aux USA, elle est une ligue fermée. L’organisation est en revanche différente des ligues européennes. Il n’y a ni montée, ni descente et l'attribution du titre de champion se fait par l’intermédiaire d’un système de play-offs.

Autre différence par rapport au football européen, les joueurs n’appartiennent pas aux clubs, ou franchises là-bas, mais plutôt à la ligue. De ce fait, un plafond salarial est directement imposé à chaque franchise. Il est important de préciser qu’à l’inverse, un salaire minimum, versé aux joueurs, est fixé. Dans ce même but, le nombre total de joueurs par effectif est également limité à 30. Une règle existe aussi pour favoriser les talents locaux, qu’ils soient américains ou canadiens, afin de limiter le nombre de joueurs internationaux dans un effectif. Ainsi, les franchises MLS se voient imposer une limite de 8 joueurs étrangers dans leur effectif. Toute cette organisation a comme objectif le renouvellement régulier de la ligue et de son intérêt.

Le sport, un show aux USA

Aux Etats-Unis, le sport est considéré comme un show à part entière. L'intérêt sportif, l’intérêt du divertissement mais également l’intérêt financier sont au même plan. Autant que favoriser la compétition, les organisateurs veulent générer du profit. C’est d’ailleurs en cela qu’il s’agit d’une ligue fermée, à l’instar de la NBA ou de la NFL. Les bénéfices sont répartis équitablement entre tous, selon classement, mais seulement entre les clubs concernés. Ceux-ci sont sélectionnés difficilement, ce qui en fait l’élite, ne laissant que peu de place à de petites franchises. Ce modèle économique est rentable mais très fermé, ce qui fait très souvent grincer des dents outre-Atlantique d’ailleurs (cf: la création d’une Super League en Europe, très vite abandonnée au vue des polémiques immédiates que cela a suscité).

Toutefois, depuis maintenant quelques années et ce grâce à la forte expansion de la ligue, de nouveaux clubs se créent et s’ajoutent régulièrement à la MLS. En 2020 par exemple, c’est l’Inter Miami, porté par la star et ancien joueur de MLS, David Beckham, qui intègre la ligue. Pour la nouvelle saison qui arrive, c’est l’équipe de Caroline du Nord, le Charlotte FC, qui fait son entrée en Major League Soccer. Tandis que l’avenir est déjà programmé, car 2 équipes vont d’ores et déjà s'ajouter aux 28 participantes, le St. Louis City FC (en 2023) et le Republic de Sacramento (encore à déterminer). De plus, il est important de comprendre qu’elles ne sont pas simplement là pour faire le nombre. Les équipes choisies pour intégrer la ligue sont compétitives et on y retrouve régulièrement des anciens joueurs européens. L’Inter Miami compte ainsi dans ses rangs Kieran Gibbs (ex-Gunners), Blaise Matuidi (champion du Monde 2018 avec la France) ou encore son actuel capitaine et buteur insatiable, Gonzalo Higuain. Tout est fait pour favoriser le show, avec la forte présence d’anciennes stars du football européen. Toutefois, ceci tend maintenant à changer, donnant une plus grande chance aux jeunes talents du continent. On retrouve désormais beaucoup plus de jeunes joueurs, entre 17 et 23 ans, au sein des effectifs de MLS. Ce bouleversement est notamment dû au renforcement du système de Draft, mis en place depuis un certain temps.

Mode d’emploi Draft

La draft en MLS n’est pas différente de celle installée en NBA ou NFL. Il s’agit toujours d’une loterie, dans laquelle les équipes choisissent des joueurs selon le nombre de choix qu’elles possèdent et surtout de la position à laquelle elles peuvent décider. Cette draft s’organise en 3 ou 4 tours, dans lesquels plus d’une vingtaine de joueurs sont sélectionnés par les franchises. Ce nombre n’a d’ailleurs cessé d’augmenter avec les années, 10 joueurs seulement n’étant sélectionnés par tour lors des 1ères éditions. Afin d’aider les équipes à faire leur choix, un camp de détection est organisé peu avant. Appelé MLS Combine, ce camp met en scène les protagonistes de la prochaine draft et les regroupant en 4 équipes. Chacune affronte les 3 autres, permettant ainsi aux joueurs d’exprimer leur talent, et aux recruteurs de les superviser. L’objectif est bien entendu que les franchises puissent repérer les plus forts potentiels ou tout simplement l’élément manquant à leur effectif.

De plus, toujours dans l’intérêt du développement de la ligue et de son renouvellement, les meilleures positions à la loterie sont attribuées selon le classement de la saison précédente.

Le meilleur choix revient à l’équipe s’étant classée en dernière position la saison précédente. L’objectif est de permettre à ses équipes de se reconstruire et d’être à nouveau compétitives dans les années à venir. Ces choix de draft peuvent également servir de monnaie d’échange, dans une organisation où les transferts à la sauce européenne, n'existent pas ou peu. Les franchises s’échangent ainsi des joueurs ou choix de draft pour compléter leurs effectifs. Leur renouvellement se fait donc simplement par petites touches, et non à coup de millions. L’équité entre les franchises se veut ainsi plus respectée, laissant la chance à tous et offrant chaque année ou presque, un champion différent de l’année précédente.

Elite Athlète en force à la Draft 2022

Pour en revenir à la draft et ses joueurs, la quasi-totalité des éléments présents lors du tirage sont issus de la NCAA (National Collegiate Athletic Association). Il s’agit du championnat de football des universités et collèges. En effet, aux USA, le sport et les études vont en effet de pair. Les étudiants américains suivent régulièrement un cursus universitaire en parallèle d’un cursus sportif. Les meilleurs d’entre eux sont d’ailleurs récompensés par l’obtention de bourses, leur permettant de mener à bien leur projet sportif. Pour pouvoir intégrer cette draft et donc être sélectionné par les franchises MLS, il est nécessaire de faire partie de ce processus de NCAA. Sans ça, impossible pour un non américain ou canadien, d’intégrer cette loterie. C’est en cela que de plus en plus de jeunes européens migrent vers les Etats-Unis dès les années collèges et lycées. Et c’est d’ailleurs dans cet objectif-là, que l’agence française Elite Athletes a été créée en 2010. Elle se charge de détecter de jeunes joueurs français (pouvant évoluer dans des clubs amateurs ou des centres de formation), potentiellement intéressés par le rêve américain. Grâce à elle, les premiers joueurs français commencent à intégrer les universités américaines, en alliant sport et études durant tout leur cursus, et pour les meilleurs d’entre eux pouvoir un jour intégrer la MLS.

A force de persévérance et de travail, Jérôme Méary et Edouard Lacroix voient leur modèle approuvé par la FFF, aboutissant même à un partenariat entre les deux parties. Le programme FFFUSA voit finalement le jour, scellant concrètement les relations entre les 2 pays. Les joueurs étrangers plus âgés commencent également à s’intéresser à la MLS, ne la voyant plus seulement comme un championnat pour les préretraités. Certains joueurs du championnat de Ligue 1 font ainsi le choix d’aller évoluer dans le championnat nord américain. L’inverse est également vraie, l’AS St. Étienne ayant raté de peu Alphonso Davies, l’actuel latéral gauche titulaire du Bayern Munich. Désormais connue et reconnue, l'agence Elite Athlete représente des talents venus de toute l’Europe. Preuve en est, dans la nuit de mardi à mercredi lors de la DRAFT 2022, ce n’est pas moins de 7 représentants que l’agence va envoyer (5 français, 1 portugais et 1 islandais). Souhaitons leur la même réussite que Maxime Chanot, dernier français à avoir remporté le championnat de MLS avec le New York City FC, il y a seulement quelques semaines de cela ! (le 11 décembre 2021, le N-Y City FC remporte la finale de MLS aux tirs aux buts, face au Portland Timbers)

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :

Sponsorisé