Quantcast

Sponsorisé

Dossiers

5 février | 17h32

FC Côte Bleue-Marignane Gignac FC : quatre municipalités à convaincre (5/6)

Le FC Côte Bleue et le Marignane Gignac FC ne sont pas prêts à fusionner. En tout cas, pas pour le moment. Il y aura plusieurs étapes à passer, parmi elles, le plus difficile : convaincre les mairies. 5e partie du dossier.

FUSION

Sponsorisé

Dans l'objectif de fusionner un jour, les deux clubs du Marignane Gignac FC et du FC Côte Bleue devront passer par plusieurs étapes. D'abord, il faudra apprendre à se connaître, se séduire puis se mettre d'accord pour ne former qu'un. Ensuite, une fois cette étape terminée, un plan d'action et un projet communs devront être mis en place. C'est à ce moment-là que la possibilité d'aller convaincre les mairies pourra se présenter, pas avant. Et ces deux dernières étapes seront importantes pour obtenir un oui des quatre communes (Marignane et Gignac-la-Nerthe pour le MGFC, Carry-le-Rouet et Sausset-les-Pins pour le FCCB) qui subventionnent ces deux clubs, le FC Côte Bleue à hauteur de 30.000 euros et le Marignane Gignac FC à hauteur de 300.000 euros.

Ça pourrait bloquer du côté de la municipalité de Gignac ?

En effet, les deux clubs sont déjà issus de deux fusions : celle de l'US Marignane avec l'AS Gignac en 2016 et celle de Carry Sports Côte Bleue avec le Sport Olympique Saussetois en 1996. Il s'agit donc de deux entités récentes qui dépendent chacune de deux communes différentes. Pas toujours du même bord politique, les maires devront accepter de discuter puis de s'entendre quant à une éventuelle alliance sportive. "D'abord, il faut obtenir l'accord des communes. A priori, cela ne semble pas poser de problème au maire de Marignane. Le maire de Gignac-la-Nerthe, lui, n'y serait pas trop favorable. A Sausset, il n'y aurait pas de problème et pour le maire de Carry-le-Rouet, je ne sais pas" nous a informé le boss du MGFC. Avant la fusion de l'US Marignane avec l'AS Gignac, il avait fallu 7 ans pour se mettre d'accord avec toutes les parties. A l'époque, d'après nos sources, il était là encore compliqué de convaincre la municipalité de Gignac-La-Nerthe qui éprouvait déjà des réticences.

Il ne servira donc à rien d'avancer de ce côté-là si les deux clubs ne sont pas sûrs d'un accord au niveau de ces municipalités. "Il faudra obtenir tous ces visas avant d'y arriver, c'est pour ça que ça va prendre du temps, et c'est pour ça qu'il ne faudrait pas rêver d'un projet qui se fasse d'un coup de cuillère" a ajouté Marc Vicendone, le boss du MGFC. Aujourd'hui, selon nos informations, les deux clubs n'auraient pas commencé à discuter d'un projet de fusion avec ces municipalités. Il serait bien trop tôt pour le faire sachant qu'aucun plan d'action n'a été décidé au préalable entre les deux clubs. Cependant, rien n'empêche les deux associations de tâter le terrain chacun de leur côté.

Pas contre une fusion du côté de Sausset-les-Pins et Carry-le-Rouet ?

Si du côté de Gignac, il faudra aller convaincre une nouvelle fois les représentants politique, du côté de la Côte Bleue, l'idée ne semble pas refroidir les maires. Celui de Sausset-les-Pins, Maxime Marchand, était d'ailleurs présent à l'Assemblée Générale extraordinaire du FCCB il y a un peu plus d'une semaine. Il a donc pu assister au vote qui a donné son accord pour entamer les négociations entre les deux institutions dans l'objectif de concrétiser une fusion. "Ça amène pour le club une dynamique. Le club de Côte Bleue est quand même le 150e club français.Pour une toute petite ville comme la notre, ce n'est quand même pas rien, et avec un budget très très faible. Le foot semi-pro et pro souffre énormément en ce moment du manque de moyens et du manque d'argent. Il s'agit d'un soutien mutuel entre ces deux clubs qui ont besoin l'un de l'autre pour vivre, parce que les temps sont très difficiles. Et en tant que maire, c'était important d'être là pour garantir la meilleure prise en charge des enfants, parce que c'est notre priorité" a commenté le maire Maxime Marchand sur Maritima.

Pour Carry-le-Rouet, nous avons pu discuter avec l'adjoint aux sports, Francis Der Kasparian. L'élu reste ouvert à des discussions, mais affiche un bémol. "Nous rentrons dans un truc que nous, on ne veut surtout pas gérer, précise l'adjoint au maire. Des discussions oui, aucun problème, un gros oui même, mais ce qu'il y a surtout c'est que les communes n'ont plus d'argent. On a 120 associations, on manque de créneaux de tous les cotés et le budget n'est pas exponentiel. Quand on gagne 3000 euros par mois, on ne s'achète pas une Ferrari. Christophe (Celdran), il faut lui remettre une médaille avec tout l'argent qu'il met à perte" argumente celui qui épaule le maire René-Francis Carpentier dans le domaine du sport à Carry-le-Rouet.

La peur d'une perte d’identité

Conscient de la nécessité de réunir les forces en présence en cette période de crise sanitaire et économique, l'élu de Carry-le-Rouet affirme que "ce n'est pas une mauvaise idée" mais craint en revanche qu'on "perde l'identité des gamins". "Ils pourront jouer pour l'équipe fanion en N2, c'est bien d'un coté car ça fera rêver les jeunes si le groupe est bon, mais je pense qu'il y aura de moins en moins de petits clubs et que les petites communes ne pourront plus s'identifier à leur petit club. On devra alors faire une équipe qui réunit Châteauneuf, l'Etang de Berre, Martigues, Cote Bleue, etc, car on n'aura plus de moyens. J'ai lu un article où la FFF disait qu'elle était en train de perdre les petits clubs. On va arriver à un point où il faudra faire des clubs régionaux ou des clubs de cantons. Dans les Bouches-du-Rhône, il y aura 50 entités" imagine Francis Der Kasparian.

Les gros clubs pourraient donc absorber les petits et c'est un peu ce que redoute l'élu qui n'aimerait pas voir le MGFC, plus riche, prendre le dessus sur le club de sa commune et perdre complètement son identité, ses couleurs et son histoire. Autre problème mis en avant par l'adjoint au maire : la distance entre les deux clubs. 13,4 kilomètres, 25 minutes en voiture environ, ce n'est pas grand chose, mais ça compte ! "L'union fait la force, mais le petit de Carry qui est très bon, on va lui dire tu vas jouer à Marignane, il va falloir qu'il fasse un trajet plus long, ça signifie qu'il faut mettre en place des transports pour les gamins. Le FC Côte Bleue a déjà failli s'unir avec l'AS Martigues Sud, mais des parents me disaient "je ne vais pas emmener mes gamins à La Couronne, il faut trois heures pour y aller"" a confié l'adjoint au maire.

Les municipalités donnent la priorité aux jeunes. Les subventions sont données dans le but de donner aux enfants de la commune la possibilité d'exercer leur passion dans le meilleur environnement possible. En plus de la distance et des coûts que les trajets engendrent, les mairies voudront offrir le meilleur à leurs enfants. "Je suis pour l'union, c'est sûr, mais après il faut voir si on va vers l'élite. Je pense que c'est le but car il y a déjà 6 joueurs de Côte Bleue qui sont allés à Marignane cet hiver. Mais nous, on est là pour les jeunes" a conclu Francis Der Kasparian. On sait donc par où devront passer les deux clubs pour mettre toutes les chances de leurs côtés.

Dans la 6e et dernière partie de notre dossier, nous demanderons l'avis des anciens sur la question d'une fusion entre le Marignane Gignac FC et le FC Côte Bleue.

Crédit photo : DR

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :