Quantcast

Sponsorisé

News

10 février | 15h46

Guerre déclarée entre le Nîmes Olympique et les Gladiators

Le Nîmes Olympique a porté plainte en début de semaine contre le groupe de supporters "Gladiators Nîmes" suite aux insultes publiques aggravées à l'égard de Rani Assaf, le président et actionnaire majoritaire du club, lors de la réception de Dunkerque en Ligue 2 samedi dernier.

NÎMES OLYMPIQUE Nîmes Olympique L2

Sponsorisé

L'arrivée de Nicolas Usaï et les trois victoires consécutives récoltées au début de son mandat par le nouveau technicien du Nîmes Olympique n'ont pas suffi à calmer certains supporters du club gardois à la rancoeur profonde envers Rani Assaf, le propriétaire qu'ils aimeraient tous voir partir. Une rancoeur qui s'est transformée en haine, samedi, lors de la réception de Dunkerque ponctuée par une défaite mais surtout marquée par des "insultes publiques aggravées à l'égard du président du club" prononcées et chantées dans les travées des Costières.

Dans un communiqué publié en début de semaine, le 8e de Ligue 2 s'est éhonté "des chants insultants, xénophobes, homophobes et inacceptables (Rani Assaf est une sal.., Assaf fils de p…, Assaf Assaf on t’en…, Assaf casse toi le club est aux Nîmois) devant un public familial médusé", émanant de certains membres des Gladiators Nîmes. De tels agissements ont poussé la direction à porter plainte contre le groupe et les individus identifiés mais aussi à effectuer les démarches nécessaires pour dissoudre l'association, "le comportement et l’attitude de ses membres étant manifestement contraire à son objet et nuisant gravement aux intérêts du Club."

En réaction au communiqué du club, le groupe de supporters nîmois fondé en 1991 s'est contenté de répondre sur les réseaux de sociaux : "Beaucoup nous ont vu naître, personne ne nous verra mourir." Signe que le climat délétère entre Nîmes et ses supporters les plus chauds n'est pas près de s'améliorer.

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :