Quantcast

Sponsorisé

News

14 juillet | 15h31

Hugo Vogel : "Je suis certain de pouvoir progresser à Bâle"

Grand espoir de l'académie OL, Hugo Vogel, un des cadres de la prestigieuse génération 2004, a fait le choix de signer son premier contrat professionnel avec le FC Bâle. Le joueur qui a intégré le centre de formation lyonnais à l'âge de neuf ans, espère passer un cap en Suisse, loin de sa ville natale, Lyon. Entretien exclusif.

EXPAT OL OL N2 OL L1

Comment s'est déroulé ton transfert vers le FC Bâle ?

Les négociations n'ont pas duré très longtemps et ça s'est fait assez rapidement. Je pense que c'est un bon club pour débuter ma carrière. Le FC Bâle fait confiance aux jeunes et j'ai senti le côté "familial" qui se dégage de cette institution en échangeant avec le président. Tout cela m'a vraiment donné envie de signer ici.

As-tu eu un moment d'hésitation avant de quitter l'OL ?

Honnêtement, non. Quand je prends une décision, je ne reviens jamais dessus et je pense avoir fait le bon choix en rejoignant Bâle. C'est un très grand club qui joue l'Europe donc c'est une source de motivation et ça peut être un bon tremplin pour la suite de ma carrière. Moi je suis là pour donner la meilleure version de moi-même et leur offrir le plus possible. Je suis certain de pouvoir progresser ici.

Tu es maintenant en Suisse depuis une quinzaine de jours, comment s'est déroulée ton intégration ?

Tout s'est super bien passé. Ils m'ont tous très bien accueilli donc je n'ai eu aucun problème d'adaptation ici. Ce sont tous des super mecs et on veut tous faire une bonne saison. On a eu une préparation physique assez intense avec deux entraînements par jour et beaucoup de musculation.

Tu as signé pour rejoindre le groupe pro du FC Bâle, est-ce que c'est la place que tu pensais mériter à l'OL ?

Quand ton niveau te le permets, que le travail réalisé est bon et que tous tes efforts sont concluants, je pense qu'il est normal de mériter d'évoluer avec les pros.

Avec du recul, que penses-tu qu'il t'as manqué pour t'imposer à Lyon ?

Je vais répondre franchement, à l'OL je ne jouais pas à mon poste. J'étais toujours à droite… C'est sûr qu'il me manquait encore pas mal de choses pour prétendre à être titulaire, mais ce changement de poste ne jouait pas en ma faveur. Je me sens beaucoup mieux à gauche, et même si je suis doué des deux pieds, ce ne sont pas du tout les mêmes repères...

Selon toi, quels sont tes points forts ?

Avant tout, je suis quelqu'un qui bosse énormément. Je fais attention à ma nutrition et à ma condition physique. Sur le terrain, je ne compte pas les efforts et me donne toujours à fond pour aider l'équipe. Comme je le disais, je me débrouille bien des deux pieds mais je suis plus à l'aise avec le gauche. Je pense être un bon centreur et un atout important offensivement. Pour ce qui est de la défense, j'estime être pas mal en un-contre-un et j'essaie de toujours faire attention à mon placement.

Il y aussi ton physique…

Oui, mes grands-parents m'ont offert une bonne génétique (rires), mais c'est quelque chose que je travaille depuis longtemps. Après chaque entraînement je fais mes abdos et mon gainage pour rester en forme.

Depuis quand t'entraînes-tu en dehors des séances collectives ?

J'ai commencé quand j'étais en U15. C'est là qu'on évolue pour la première fois sur grand terrain et qu'on s'aperçoit que les efforts font la différence. J'ai pris cette habitude et ça m'aide énormément à atteindre mon objectif qui est d'être le meilleur à mon poste. Je sais que tout passe par le travail donc je ne baisserai jamais les bras en ce qui concerne le travail en dehors des terrains.

Quels sont tes axes de progression ?

Je n'aime pas dévoiler mes faiblesses (rires). Mais je pense qu'il faut toujours chercher à progresser dans tous les aspects de son jeu et quoi qu'il arrive, travailler reste le plus important.

On a gagné beaucoup de tournois en jeune avec l'OL, mais c'est vrai que la Gambardella était un objectif important du club

Tu as écrit ton nom dans l'histoire moderne de l'OL puisque tu es le deuxième plus jeune joueur à débuter un match de coupe d’Europe derrière Jean-Louis Rivoire (17 ans et 234 jours, en 1960), mais surtout devant Karim Benzema (17 ans et 352 jours en 2005)...

Oui.Au moment de disputer ce fameux match contre les Glasgow Rangers le 9 décembre dernier, je ne réalisais pas trop. C'était vraiment une surprise pour moi et j'étais encore sur un nuage. C'est une statistique dont je suis fier, mais ce n'est pas ça qui va me permettre de faire une belle carrière.

Quels souvenirs gardes-tu de ta première sortie avec les pros contre Brondby ?

Il y a une chose dont je me rappellerai toujours, c'est Anthony Lopes qui était venu me voir depuis sa cage jusqu'au milieu de terrain pour me féliciter et me dire "poulet tu vas voir c'est incroyable, bienvenue dans le monde des grands". C'est des moments magiques que je n'oublierai pas.

Il y a un autre moment important de ton passage à l'OL, c'est la victoire en Gambardella…

On a gagné beaucoup de tournois en jeune avec l'OL, mais c'est vrai que la Gambardella était un objectif important du club. La gagner après 25 ans, c'était une consécration pour notre groupe mais aussi pour le club. On s'était donné à fond du début jusqu'à la fin de la saison pour aller au bout de cette coupe.

On sait que dans la génération 2004 il y a beaucoup de talents. Mais quel est le joueur qui t'as le plus impressionné ?

Mohamed El Arouch. Toute sa technique, son toucher de balle … C'est très très fort. Après j'ai joué un peu avec Rayan Cherki quand j'étais surclassé et j'ai vu aussi que c'est pas mal non plus (rires). Ce qu'on voyait à l'entraînement et en match, c'était du costaud. C'est vrai qu'à l'OL tout le monde est très bon, mais les deux qui m'ont marqué sont vraiment Mohamed et Rayan.

Tu es régulièrement appelé en Équipe de France U19, quels sont tes objectifs avec les Bleuets d'ici trois ans ?

On a un Euro qui arrive et on va essayer d'aller chercher la coupe. Après, d'ici trois ans c'est la frontière entre les Espoirs et le groupe A, donc j'aimerais bien m'installer dans une de ces deux équipes, avec une petite préférence pour les A quand même (rires). En tout cas, l'Équipe de France fait partie de l'un de mes objectifs, et je ferai tout pour y arriver un jour.

Propos recueillis par Ahmet Rayman

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :

Sponsorisé