Quantcast
News

1 septembre | 12h33

J.Fournier (OGCN) : « J'attends des résultats à moyen terme »

Au lendemain de la fin d'un mercato agité, le directeur sportif de l'OGC Nice s'est exprimé sur l'aspect formation et en fait sa priorité pour les années à venir.

OGC NICE

Le football ce n'est pas seulement le mercato ! Même si l'OGC Nice a été très actif, cet été, avec l'arrivée de nombreux joueurs de qualité, le directeur du football d'Ineos veut continuer à compter sur son centre de formation dans les années à venir. Car voilà quelques années que le Gym n'a pas sorti de grands talents. Après Neal Maupay, Vincent Koziello, Malang Sarr et on en passe, la stratégie de formation niçoise s'est un peu noyé sous la grande machine INEOS.

Voilà pourquoi Julien Fournier a essayé d'identifier certains manques pour continuer à bien former et faire éclore des jeunes talents. "Les manques sont multiples. Certains ont été ralliés. La première étape était d'abord de bien recruter. C'est-à-dire ne pas avoir le 4e ou le 5e choix mais le premier. Mais nous sommes en train d'inverser la tendance. L'OGC Nice donne sa chance aux jeunes joueurs. Beaucoup l'ont compris et ont fait le choix de nous rejoindre."

On peut notamment penser à Amine Gouiri et Melvin Bard qui n'ont pas eu leur chance à Lyon. Mais le Gym doit aussi pouvoir compter sur des staffs performants pour se servir au mieux des infrastructures que possède le club. "Avoir un staff performant pour les mettre dans les meilleures dispositions pour progresser. Je pense que nous l'avons atteint aussi. Tous les ingrédients sont là, le travail est en train de se faire. J'attends maintenant des résultats à moyen terme."

Partenariat et scouting

Évidemment, pour bien recruter et continuer à choisir les meilleurs talents, l'OGC Nice peut s'appuyer sur son club satellite, Lausanne-Sport. À l'image d'Evann Guessand ou encore Lucas Da Cunha, partis en prêt la saison passée, le Gym veut permettre à ses talents de demain de revenir avec un bagage dans le groupe professionnel. "Nous ne voulons surtout pas y envoyer des joueurs en échec mais des ceux destinés à intégrer le groupe pro plus tard. Evann, Lucas et Pedro en faisaient partie. Ils ont eu des réussites diverses, mais Lausanne doit faire partie intégrante du cursus de formation de haut niveau à condition qu'ils le méritent. D'ailleurs cette saison, nous n'avons envoyé personne car personne ne le méritait."

Pour aller dégoter les talents à travers la France voire le monde, Nice peut aussi s'appuyer sur son réseau de scouting. Qui peut toujours être amélioré selon le directeur du football d'Ineos. "Je pense qu'aujourd'hui nous sommes bien en place. Nous avons des moyens humains et structurels suffisants. Maintenant, il faut du résultat. Les recruteurs sont essentiels. Ce sont souvent d'anciens éducateurs de clubs amateurs. En plus de bien connaître le football, ils savent tisser des liens avec les familles. Ce n'est pas le même travail que de recruter un joueur professionnel. Ils sont souvent dans l'ombre mais jouent un rôle essentiel dans le développement du club."

Concurrence

Dans la région PACA voire la France, l'OGC Nice doit faire face à une concurrence rude des autres structures professionnelles comme Monaco, Montpellier, Marseille... Mais le recrutement local reste capital, même s'il n'est pas suffisant pour Julien Fournier. "Quand vous voyez que 70% des joueurs professionnels viennent de la région parisienne, c'est exceptionnel. Nous avons trois recruteurs à temps plein là-bas. Il faut qu'on soit présent comme on l'est à Marseille ou à Nice. C'est une vraie concurrence que l'on veut saine avec un projet sportif et pas à travers l'argent. Je pense vraiment que les jeunes d'aujourd'hui voient que l'OGC Nice peut leur faire confiance."

Une confiance qui parfois n'arrive parfois pas à son terme. Cet été, le feuilleton Salim Ben Seghir et Bilal Nadir a été un parfait exemple d'échec au niveau de la formation. Mais d'après Julien Fournier, leurs demandes n'étaient pas cohérentes avec ce que veut l'OGC Nice. "Nous leur avions proposé un contrat Élite au même titre que Tom Louchet et Justin Smith. Ils ont estimé que le projet à Marseille était plus intéressant que celui de Nice. Ils avaient des demandes de statut et financières qui n'étaient pas cohérentes. Nous le regrettons car ce sont des jeunes pour qui nous nous sommes beaucoup investis. Mais le football est ainsi et nous verrons s'ils ont eu raison de quitter le Gym."

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :